HADEWIJCH (mil. XIIIe s.)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Poétesse et mystique flamande de la première moitié du xiiie siècle, Hadewijch est l'auteur de poèmes d'inspiration courtoise, de lettres et de visions où l'amour, traité en thème privilégié, tend à se substituer à Dieu, au terme d'une expérience extatique dont l'expression passionnelle est rendue avec une particulière sensualité.

Les lacunes de sa biographie ont souvent permis de ranger Hadewijch parmi les mystiques de l'orthodoxie chrétienne. Pourtant, rien n'autorise à prétendre qu'elle fût moniale ou béguine. L'origine anversoise qui lui est attribuée date du xive siècle. Sa langue est brabançonne et sa parfaite connaissance de l'œuvre des troubadours accrédite l'hypothèse de Joseph Van Mierlo (De visioenen van Hadewijch, Louvain, 1924-1925) selon laquelle elle aurait appartenu à la classe aristocratique. Il y a tout lieu de croire que sa production littéraire s'échelonne de 1220 à 1240 environ. En tout cas, sa Liste des parfaits amants, qui succède à la treizième vision et mentionne la béguine Aleydis « que maître Robert fit mourir pour son juste amour », a été rédigée entre 1236, date d'exécution d'Aleydis à Cambrai, et 1239, année où fut destitué l'inquisiteur Robert le Bougre.

L'œuvre comprend 45 poésies strophiques, 29 poésies nouvelles d'inspiration courtoise, 31 lettres, parmi lesquelles certaines s'apparentent à de petits traités (dont l'un sur le baiser spirituel) et 13 visions, augmentées d'une Liste des parfaits amants. Celle-ci compte 107 noms, dont 57 contemporains de Hadewijch. La plupart n'ont pas été identifiés, mais outre Aleydis, suspectée de sympathies amauriciennes, on y trouve un nommé Constant « qui vécut pendant neuf ans à quatre pattes sur mains et pieds comme une bête » et une béguine du nom de Dine à qui, selon P. C. Boeren (Hadewijch en Heer Hendrik van Breda, Leyde, 1962), Nicolas von Bibra reproche la perte de sa virginité. Hadewijch s'y réfère à un groupe, les Nuwen (nouveaux), qu'elle oppose aux Vremden (étrangers), comme, un demi-siècle plus tard,

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  HADEWIJCH (mil. XIII e s.)  » est également traité dans :

LIBRE-ESPRIT MOUVEMENT DU

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 3 154 mots

Dans le chapitre « Les doctrines »  : […] moraux et religieux dont restent prisonniers les membres « d'Église la petite ». Comme Hadewijch s'adresse à la mystérieuse congrégation des « Nouveaux », Marguerite se revendique « d'Église la grande ». Il ne s'agit plus de s'identifier à un Dieu du bien et du mal, mais de le dépasser en se fondant au sein d'un flux amoureux incréé et infini […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mouvement-du-libre-esprit/#i_13395

NÉERLANDAISE ET FLAMANDE LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Paul GELLINGS
  •  • 6 853 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  Moyen Âge et rhétorique (1150-1560) »  : […] auteurs ; chez certains, toute création littéraire converge même avec une mystique ardente, comme chez la béguine brabançonne Hadewijch (1200 ?-1250 ?). Une légende exemplaire anonyme mais toujours accessible est Beatrijs, l'histoire d'une sacristine égarée, mais remplacée – et en dernier lieu sauvée – par la Sainte Vierge. Par la suite, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litteratures-neerlandaise-et-flamande/#i_13395

Pour citer l’article

Raoul VANEIGEM, « HADEWIJCH (mil. XIIIe s.) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/hadewijch/