Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

BOURGUIBA HABIB (1903-2000)

Fondateur de l'État tunisien

Ce n'est qu'en 1954, sous le gouvernement de Pierre Mendès France, que Paris tend la main à Bourguiba, qui l'accepte. Un an plus tard, la Tunisie est autonome. Deux ans plus tard, elle est indépendante. Bourguiba a fait prévaloir sa stratégie des « étapes » sur celle des exigences immédiates préconisée par son rival Salah ben Youssef : mais l'évolution a été plus rapide encore qu'il n'avait prévu. Premier ministre en 1956, il fait déposer le bey en 1957 et devient chef de l'État. L'accession de l'Algérie à l'indépendance semble le rapprocher de son objectif majeur : une Tunisie émancipée servant de guide à une Afrique du Nord fédérée. Mais ses voisins s'y refusent.

Il lui reste trois tâches à accomplir : institutionnaliser un pouvoir qu'il résume trop fortement pour ne pas le vouer, lui disparu, à la décadence ; développer l'économie d'un pays qui, apte à nourrir deux millions d'habitants, s'essouffle à en alimenter cinq ; faire du Maghreb le trait d'union et le courtier entre l'Occident et le monde arabe d'Orient.

La tentative d'institutionnalisation du pouvoir

Institutionnaliser le pouvoir pour assurer la continuité de l'État après lui ? Habib Bourguiba est peut-être le seul leader arabe qui ait créé un vrai parti et fondé un État de type moderne, fonctionnant presque selon les normes européennes. Mais l'éclat de sa personnalité, l'enflure de son discours, son intolérance à la critique, l'effacement inévitable d'une équipe qui se résigne à n'être qu'un état-major docile, tout contribue à une personnalisation presque caricaturale d'un pouvoir qu'un seul homme représente, incarne et exprime.

Si bien que cette mutation dans l'histoire arabe qu'avait provoquée Habib Bourguiba, introduisant la politique là où n'était que la foi, le débat où régnait la prophétie intermittente du zaïm, s'est peu à peu flétrie. La Tunisie, à son tour, en est revenue à l'âge de l'homme providentiel, seul médiateur entre les masses et Dieu. Il arriva parfois à H. Bourguiba de parler de succession, si tant est que l'on puisse succéder à Bourguiba, « combattant suprême », père fondateur de la patrie et guide inspiré du peuple tunisien.

Le socialisme destourien

Formé par l'école française libérale, peu intéressé à l'origine par les questions économiques, Habib Bourguiba aura eu quelque peine à se rallier, dans la lutte pour le développement, à un dirigisme pour lequel il n'avait guère d'inclination, dès lors que le plus brillant de ses collaborateurs, Ahmed ben Salah, ancien syndicaliste, lui eut démontré que, faute de capital national et d'une aide étrangère suffisante, l'État tunisien devait prendre en charge la production, voire la distribution. D'où ce « socialisme destourien », vaguement inspiré du coopérativisme yougoslave, qui sombra rapidement dans le bureaucratisme autoritaire et répressif et mit la Tunisie au bord de la crise de régime.

L'échec de ce « socialisme » fondé sur la coopération peut être attribué à la médiocrité des ressources du pays, et aussi au retrait de l'aide financière française en 1964, consécutive à la nationalisation des terres « de colonisation » françaises, réalisée dans des conditions qui en firent l'une des erreurs psychologiques et diplomatiques les plus incompréhensibles de Habib Bourguiba vis-à-vis de la France.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Habib Bourguiba, 1961

Habib Bourguiba, 1961

Autres références

  • AFRIQUE (Histoire) - Les décolonisations

    • Écrit par Marc MICHEL
    • 12 424 mots
    • 24 médias
    ...France nouvelle, qui sortait de l'épreuve, et la formation de la Ligue arabe avaient nourri des espérances d'évolution rapide. C'est d'abord de ce côté que Bourguiba avait cru obtenir le principal appui, en rejoignant clandestinement Le Caire, dès mars-avril 1945. C'est du même côté que, après deux années...
  • BEN ALI ZINE EL-ABIDINE (1936-2019)

    • Écrit par Universalis
    • 510 mots
    • 1 média

    Président de la Tunisie de 1989 à 2011.

    Né le 3 septembre 1936 à Hammam-Sousse, Zine el-Abidine Ben Ali reçoit une formation militaire en France, à Saint-Cyr et à l'école d'artillerie de Châlons-sur-Marne (aujourd'hui Châlons-en-Champagne). Il effectue également des études d'ingénieur électronicien...

  • BEN SALAH AHMED (1926-2020)

    • Écrit par Pierre SPITZ
    • 1 033 mots

    Homme politique et syndicaliste tunisien.

    Né le 13 janvier 1926 dans une famille de la petite bourgeoisie de Mouknine, dans le Sahel tunisien, Ahmed ben Salah se lance, ses études terminées, dans l'action syndicale. Il se révèle rapidement comme un animateur de l'Union générale des travailleurs...

  • BEN YOUSSEF SALAH (mort en 1961)

    • Écrit par Emile SCOTTO-LAVINA
    • 409 mots

    Djerbien de naissance, avocat de formation, politicien de vocation, Salah ben Youssef (Salāḥ ibn Yūsuf), figure de proue, avec Bourguiba, du nationalisme tunisien, était promis, par ses éminentes qualités, à l'avenir que lui assurait auprès du Combattant suprême son rôle de brillant dauphin. Secrétaire...

Voir aussi