GUILLAUME D'AUVERGNE (apr. 1180-1249)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sacré, en 1228 par Grégoire IX, évêque de Paris, où il avait été reçu magister theologiae en 1223, Guillaume d'Auvergne a été fortement influencé par les commentaires arabes d'Aristote et se présente à la fois comme le défenseur des ordres mendiants, alors en plein essor, et comme le tenant d'un aristotélisme réinterprété à la lumière de saint Augustin et d'Ibn Gabirol. Il a laissé une œuvre théologique importante, notamment le De primo principio (Sur le premier principe), écrit vers 1228 ; le De anima (Sur l'âme, 1230) et le De universo (Sur l'univers, 1230-1236 env.).

Il reprend à Avicenne la distinction radicale entre les deux sens de l'être (esse) : entre l'essence, qui est aussi substance pure dénuée de tout accident (la quiddité), et le fait d'être, pour une chose qui est (l'existence). Pour Guillaume, comme pour Avicenne, les deux sens de l'être sont radicalement distincts : qu'on imagine l'être qu'on voudra, un chien ou un cheval, jamais l'existence n'entrera dans sa définition à titre de nécessité ; on le peut concevoir sans qu'il existe. Seul Dieu « ne peut être conçu sans l'exister, puisque Son essence et Son exister sont absolument la même chose ». C'est sur cette distinction que, dans le De primo principio, Guillaume appuie ses preuves de l'existence de Dieu, comme un recours nécessaire à un être qui existe par soi.

Sur ce point, Guillaume semble préparer l'argumentation de saint Thomas. Cependant, pour lui, Dieu est toute simplicité puisque coïncident en lui essence et existence ; à la question quid sit Deus ? il n'est qu'une seule réponse possible, celle du texte sacré (Exode, iii, 13-14) : « Il est Celui qui est. » Cette parfaite simplicité nous fait atteindre, selon Guillaume, l'idée d'un être totalement être ; saint Thomas, au contraire, met l'accent [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  GUILLAUME D'AUVERGNE (apr. 1180-1249)  » est également traité dans :

ESTHÉTIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 11 893 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le Moyen Âge »  : […] Le christianisme apporte en premier lieu à l'esthétique l'idée de création conçue d'après le modèle théologique. Certes, Dieu n'a pas besoin de matière pour créer ; son opération, qui s'accomplit hors du temps, ne peut se comparer à aucune autre. Mais sur l'artiste rejaillit quelque chose de la dignité de l'Acte suprême ; d'où ce que l'on a pu appeler un optimisme esthétique, propre à tout le Moy […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetique-histoire/#i_15236

FILLES-DIEU INSTITUTION DES

  • Écrit par 
  • Antoinette CHAUVENET
  •  • 738 mots

D'après la Chronique de Tours , l'institution des Filles-Dieu remonte à l'année 1225. À cette époque, Guillaume d'Auvergne, évêque de Paris, ayant par ses prédications converti un grand nombre de femmes de mauvaise vie, les réunit dans un hôpital construit en 1226, auquel fut donné le nom d'hôpital des Filles-Dieu. Le but de cette fondation était de « retirer des pécheresses […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/institution-des-filles-dieu/#i_15236

Pour citer l’article

Olivier JUILLIARD, « GUILLAUME D'AUVERGNE (apr. 1180-1249) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-d-auvergne/