VAUTRIN JEAN (1933-2015)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La carrière de Jean Vautrin n'est pas banale. Après s'être illustré d'une façon très honorable dans son premier métier de cinéaste, il décide à quarante ans de se tourner vers l'écriture, en jugeant avec sévérité ses films qu'il assimile à des productions ratées.

Jean Herman (son nom véritable), né à Pagny-sur-Moselle le 17 mai 1933, fait ses études secondaires à Auxerre et réussit le concours de l'I.D.H.E.C. en 1952. Il met à profit le poste de lecteur de littérature française au Wilson College de Bombay en travaillant pour le cinéma : il rédige notamment la version française de Pather Panchali de Satyajit Ray, et des articles pour les Cahiers du cinéma et Cinéma 56. Illustrated Weekly publie ses dessins humoristiques, tandis qu'il tourne deux documentaires. Entre 1956 et 1958, il assiste Roberto Rossellini sur le tournage d'India et pour la série télévisée J'ai fait un beau voyage. Quand il revient en France, il est assistant à la télévision, ainsi qu'auprès de Vincente Minelli (Les Quatre Cavaliers de l'Apocalypse) et de Jacques Rivette (Paris nous appartient), tout en collaborant à des films américains comme Le Jour le plus long et en coréalisant avec Claude Choublier une version filmée des dessins antimilitaristes de Bosc (Voyage en Boscavie). Il se distingue par des courts-métrages qu'il réalise alors qu'il est incorporé au service cinématographique des armées, puis, jusqu'au milieu des années 1970, il réalise de nombreux films, téléfilms ou documentaires, assiste Jean Cayrol pour le tournage de Le Coup de grâce, signe un feuilleton, Les Peupliers de la prétentaine (1974), ainsi que des films comme Le Dimanche de la vie (d'après Raymond Queneau) ou encore Adieu l'ami (1967) et Jeff (1968), qui connurent un réel succès populaire. Signalons son travail de scénariste, d'adaptateur ou de dialoguiste – avec Michel Audiard par exemple – dans une vingtaine de films : Le Grand Escogriffe, [...]

Jean Vautrin

Jean Vautrin

Photographie

Parti du cinéma, le romancier s'est par la suite tourné vers une pluralité de genres qui tous tendent à la création d'un nouveau réalisme. 

Crédits : Sophie Bassouls/ Sygma/ Corbis

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  VAUTRIN JEAN (1933-2015)  » est également traité dans :

POLICIER ROMAN

  • Écrit par 
  • Claude MESPLÈDE, 
  • Jean TULARD
  •  • 16 578 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le roman noir français »  : […] Dès 1966, Francis Ryck (Yves Delville, 1920-2007) apporte un ton inédit en créant dans ses ouvrages (de type « espionnage ») un personnage nouveau, marginal et contestataire, en proie au doute et à l'utopie ( Opération millibar ). Cinq ans plus tard, Jean-Patrick Manchette (1942-1995) publie L'Affaire N' Gustro (inspiré par l'enlèv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-policier/#i_85542

Pour citer l’article

Michel P. SCHMITT, « VAUTRIN JEAN - (1933-2015) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-vautrin/