GRÉGOIRE PALAMAS (1296-1359)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une théologie de la déification

La pensée de Palamas n'est pas un système conceptuel mais une « théologie des réalités », l'expression modeste, nécessairement antinomique, d'une expérience du mystère qui met en cause l'homme total pour le « déifier » tout entier. « Toute parole peut être contestée par une autre, mais quelle est la parole qui peut contester la vie ? » (Défense des saints hésychastes). Cette vie, qui est l'incorporation réelle de l'homme au Ressuscité, Palamas la définit simultanément comme existence dans l'Église et comme existence dans l'Esprit. Car l'Église, dans sa profondeur sacramentelle, n'est rien d'autre que le « corps pneumatique » du Christ, « flambeau de verre » à travers lequel resplendit la gloire de la Trinité. Le baptême et l'eucharistie greffent l'existence corporelle de l'homme, « l'abîme du cœur », à la chair déifiée et déifiante du Christ. Ainsi se trouve justifiée la méthode hésychaste, qui ramène la conscience non vers le nombril, mais vers le « cœur », « ce corps » ensemencé de lumière « au plus profond du corps ». La rencontre personnelle du Dieu vivant permet à l'être entier de l'homme, réunifié à partir du cœur-esprit, de participer à la vie divine : « La grâce de l'Esprit donne au corps aussi l'expérience des choses divines. »

Certes, ce Dieu au-delà de Dieu est l'abîme, le sans-fond radicalement inaccessible. Mais il se révèle abîme d'amour : « Lui qui transcende toutes choses, incompréhensible et indicible, consent à devenir participable... et invisiblement visible. » L'apophase n'est pas seulement une théologie négative, mais, par la crucifixion des concepts et la métamorphose des passions, l'ouverture au Suressentiel qui se révèle sur la Croix, au Dieu caché par le caractère incréé de la lumière même où il se dévoile.

Ainsi Palamas, approfondissant la distinction patristique de la « théologie » et de l'« économie », est amené à discerner en Dieu l'essence inaccessible et les énergies participables ; car « tout entier il ne manifeste et ne se manifeste pas... tout entier i [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, professeur à l'Institut Saint-Serge de Paris

Classification


Autres références

«  GRÉGOIRE PALAMAS (1296-1359)  » est également traité dans :

BARLAAM LE CALABRAIS (1290 env.-1350)

  • Écrit par 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 564 mots

Théologien de l'Église d'Orient, adversaire de Grégoire Palamas dans la querelle sur l'hésychasme. Né à Seminara, en Calabre, de parents orthodoxes, Barlaam se trouve, en 1330 environ, à Constantinople. Protégé du grand domestique Jean Cantacuzène, il commente, au monastère du Saint-Sauveur, les œuvres du pseudo-Denys. Une joute dialectique avec Nicéphore Grégoras aurait tourné à sa confusion ; et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/barlaam-le-calabrais/#i_3679

ORTHODOXE ÉGLISE

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT, 
  • Bernard DUPUY, 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 23 318 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'antinomie apophatique et la distinction de l'essence et des énergies »  : […] La déification réelle se réalise dans une approche apophatique du mystère. L'apophase est d'abord une théologie négative qui nie toute limitation conceptuelle au sujet de Dieu. Dieu n'est pas la clé de voûte d'un système de valeurs ou de concepts, il n'est ni l'être suprême, un « étant » au sommet des « étants », ni l'essence intelligible, ni même « Dieu ». « Il n'existe pas à son égard, écrit Gr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglise-orthodoxe/#i_3679

Voir aussi

Pour citer l’article

Olivier CLÉMENT, « GRÉGOIRE PALAMAS (1296-1359) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gregoire-palamas/