GRÈCE ANTIQUE (Civilisation)Fonctions de l'image

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les vases : des funérailles au banquet

De la production figurée des anciens Grecs, nous sommes loin de tout connaître ; les peintures restent peu nombreuses, mais aussi quantité d'objets de bois, d'osier, de tissus, toile de Pénélope à jamais défaite pour nous. Le hasard des fouilles, la conservation des objets dans les tombes nous ont cependant transmis un nombre considérable de vases peints, ornés de figures variées qui constituent un riche répertoire iconographique. Produits pour l'essentiel à Athènes aux vie et ve siècles avant J.-C., ils constituent une classe à part dans l'ensemble des images grecques ; créations modestes, dues à des artisans qui ne signent pas souvent leurs œuvres, ils circulent dans un espace privé, objets courants de la vie domestique.

L'usage de ces vases permet souvent d'en comprendre le décor. Certains ont une fonction strictement rituelle. On les utilise pour transporter l'eau lustrale nécessaire aux cérémonies du mariage ou des funérailles, et leur décor présente souvent ces moments rituels, ou leur transposition mythologique. Si l'on veut saisir pleinement la fonction des premières images peintes sur vase, au viiie siècle avant J.-C., il ne faut pas les dissocier du support sur lequel elles figurent. Les grands vases géométriques, premiers témoins d'une nouvelle tradition figurative, sont en effet placés sur la tombe des défunts et jouent le rôle d'un marqueur, d'un sêma, qui localise l'emplacement de la sépulture. De ce point de vue le vase est l'équivalent ou le complément de la stèle. Le décor géométrique dont il est orné a très souvent pour thème le rituel funéraire : exposition du mort entouré de pleureuses ou convoi funèbre. L'image s'intéresse donc dès l'origine à la mise en scène du traitement rituel du corps du défunt et vient s'insérer dans le dispositif de commémoration du mort. À la différence de la statue, ce n'est pas le mort en lui-même qui est mis en avant mais le rapport entre vivants et morts, dans le rituel. À l'époque classique, d'autres types d'images se développent dans ce contexte. D'une part des plaques peintes (pinakes) représentant le rituel funéraire ; ce ne sont plus des vases mais des panneaux plats en terre cuite ; l'image acquiert une sorte d'autonomie par rapport au vase dont elle se détache, se rapprochant de ce qui est pour nous un tableau ; on la fixe, en tant qu'image, sur la tombe. Parallèlement, toute une série de petits vases à parfums, des lécythes, sont déposés comme offrande, sur la sépulture ; or ils sont très fréquemment décorés de thèmes funéraires, soit les préparatifs d'une visite à la tombe, soit la visite elle-même, et le dépôt des offrandes au pied de la stèle. L'image représente le rituel commémoratif ; non pas l'ensevelissement, mais le moment où les vivants viennent entretenir le mort. Souvent ces images représentent le défunt à côté de sa propre stèle, et les vivants qui le côtoient ; les archéologues ont parfois beaucoup de mal à distinguer les vivants du mort. C'est que précisément l'image ne cherche pas à les distinguer, mais bien au contraire à les mettre en scène sur le même plan, comme pour abolir la distance qui les sépare. L'image, par son pouvoir d'illusion, met en présence ceux qui sont irrémédiablement désunis. L'importance de l'image dans les pratiques funéraires et la place des vases aux origines de la figuration ne surprennent donc pas ; l'image est à la fois un moyen de rendre présent l'absent, de conjoindre deux plans distincts de la réalité, le monde des vivants et celui des morts, afin de perpétuer en les représentant les rituels qui organisent les rapports entre ces deux mondes. Par ce dernier aspect, l'imagerie des lécythes prend un caractère réflexif très marqué ; le vase met en scène son propre usage.

Il en va de même, mais de manière moins systématique, pour les vases du banquet. L'usage grec veut que l'on boive ensemble – c'est le sens du terme symposion –, allongés sur des lits, dans une salle de modestes dimensions ; chacun doit être à portée de voix et de regard des autres. Après avoir mélangé vin et eau, on distribue à la ronde, de manière égale, le breuvage divin. D'où la nécessité d'une vaisselle complexe et diversifiée : vases à contenir, à mélanger, à puiser et à verser, vases à boire enfin. La plupart de ces poteries sont décorées de figures [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  GRÈCE ANTIQUE  » est également traité dans :

GRÈCE ANTIQUE (Histoire) - La Grèce antique jusqu'à Constantin

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ, 
  • Nicolas SVORONOS
  •  • 11 756 mots
  •  • 6 médias

Rien ne semblait a priori destiner la péninsule grecque à être le centre d'une des plus brillantes civilisations de l'histoire, de la première surtout qui sut poser les problèmes auxquels l'homme n'a pas encore fini de chercher des réponses. Le pays est en effet aride, le relief compartimenté, le climat rude l'hiver, chaud l'été. Peu de grandes plaines, sauf dans le Nord (Macédoine, Thessalie). Ai […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Histoire) - La colonisation grecque

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ
  •  • 2 793 mots
  •  • 1 média

Les Grecs qui s'étaient établis dans la péninsule des Balkans au début du IIe millénaire commencèrent à émigrer dans le bassin de la Méditerranée à partir du viiie siècle avant J.-C. Ce mouvement de colonisation devait avoir des conséquences extrêmement importantes sur l'évolution des […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Histoire) - La Grande-Grèce

  • Écrit par 
  • Claude MOSSÉ
  •  • 3 358 mots

Le nom de Grande-Grèce apparaît pour la première fois dans l'œuvre de l'historien Polybe. Mais il est probable que les Grecs l'employèrent dès une époque plus ancienne pour désigner la partie méridionale de la péninsule italienne, où, depuis le milieu du viiie siècle, les Grecs venus du continent avaient établi d […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La cité grecque

  • Écrit par 
  • François CHÂTELET, 
  • Pierre VIDAL-NAQUET
  •  • 7 727 mots
  •  • 3 médias

« La cité grecque (polis) est une communauté de citoyens entièrement indépendante, souveraine sur les citoyens qui la composent, cimentée par des cultes et régie par des nomoi [lois] » (André Aymard). Cette définition vaut pour l'époque classique (ve-iv […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - L'homme grec

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE
  •  • 8 576 mots

La civilisation occidentale est fondée sur un petit nombre de principes qui donnent à la vie humaine son sens et sa valeur. Ces principes ont été formulés en Occident, pour la première fois et de façon définitive, par des Grecs. C'est ce qu'il importe de rappeler : après un demi-siècle de terribles vicissitudes, et alors que l'homme occidental est attaqué de toutes parts, il n'est peut-être pas ma […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La religion grecque

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 20 054 mots
  •  • 8 médias

Les caractères dominants de la religion grecque apparaissent d'emblée : il s'agit d'un polythéisme qui s'est enrichi par l'adjonction progressive de nouvelles divinités ; les dieux sont conçus sous forme anthropomorphisée, encore que les traces de vieux cultes animistes de la pierre, de la plante, de l'animal soient […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Langue et littérature

  • Écrit par 
  • Joseph MOGENET, 
  • Jacqueline de ROMILLY
  •  • 8 251 mots
  •  • 2 médias

Si abondante qu'elle soit par les œuvres conservées, si étendue qu'elle ait été dans le temps, puisqu'elle s'étale du viiie siècle avant J.-C. au vie siècle de notre ère, la littérature grecque ancienne s'est concentrée essentiellement – à une exception majeure près, celle d'Homère – sur une courte périod […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Théâtre et musique

  • Écrit par 
  • Jacques CHAILLEY, 
  • François JOUAN
  •  • 5 725 mots
  •  • 2 médias

Parmi les créations les plus remarquables de la Grèce figure celle du genre théâtral, tragique et comique. Les premiers, les Grecs ont imaginé de produire devant le peuple assemblé, dans un dialogue réglé, des acteurs incarnant des héros des anciens mythes ou de simples hommes de la société contemporaine et de les int […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Urbanisme et architecture

  • Écrit par 
  • Roland MARTIN
  •  • 4 725 mots
  •  • 7 médias

Symbole des mouvements de colonisation qui amenèrent, au viiie siècle avant notre ère, l'installation des Grecs en Sicile et en Italie méridionale, les villes grecques de Sicile illustrent encore, par l'ampleur et la beauté de leurs ruines, par la qualité de leurs œuvr […] Lire la suite

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Les arts de la Grèce

  • Écrit par 
  • Pierre DEVAMBEZ, 
  • Agnès ROUVERET
  •  • 18 521 mots
  •  • 26 médias

Le sort de l'art grec à partir de la fin de l'Antiquité est des plus étranges. C'est un art qui n'est connu directement que depuis peu, et dont pourtant on n'a cessé des siècles durant de se recommander, qu'on s'est efforcé d'imiter, qu'on a de confiance admiré. Cette admiration remontait aux temps les plus anciens : il était à peine né que déjà les riches Étru […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

François LISSARRAGUE, « GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - Fonctions de l'image », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-fonctions-de-l-image/