GRATIEN (fin XIe s.-av. 1159)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Décret de Gratien (Decretum Gratiani) ou, selon son vrai titre, la Concorde des canons discordants (Concordia discordantium canonum) fut, d'après une tradition très généralement acceptée, composé à Bologne vers 1140 par un moine camaldule, « Maître Gratien », dont on ne sait à peu près rien — il meurt, croit-on, avant 1159. On suppose qu'il serait né près de Chiusi en Toscane ou à Carrara près d'Orvieto, qu'il aurait fait ses premières études à Ravenne ou à Bologne et que c'est dans le monastère des saints Félix et Nabor de cette ville qu'il composa sa grande compilation canonique. La chronique de Robert de Torigny, qui fut abbé du Mont-Saint-Michel (1154-1184), fait mention à la date de 1130 de la compilation « fort utile » qui fut faite par Gratien, « évêque de Chiusi » (ce qui est inexact). La chronique de Burchard, prévôt d'Ursberg de 1215 à 1226, qui utilise des sources antérieures, signale également la compilation faite par « Maître Gratien ». Un poème composé à l'abbaye du Bec après 1168 par Étienne de Rouen (le « dragon normand ») présente Gratien comme l'un des proches collaborateurs du pape Innocent II et le fait assister au concile de Reims de 1131 que présida ce pape. On a aussi supposé, sur la base fort ténue de deux vers du Paradis de Dante, qu'il aurait participé aux négociations du concordat de Worms (1122) avec Lambert de Fagnano, le futur pape Honorius II. Enfin, des chroniqueurs croates du xviie et du xviiie siècle, Lukarevic (Luccari) et Rastic (Rasti), lui attribuent une légation en Croatie que lui aurait confiée le pape en 1151. Au concile de Dubrovnik, Gratien aurait déposé l'archevêque de Split et réglé les difficultés de l'église locale. Des inscriptions très postérieures et fort vagues en l'honneur de Gratien se lisent encore dans le cloître de l'hôpital et à la basilique de San Petronio à Bologne.

Mais, si l'homme reste mystérieux, le Décret mis sous son nom connut une fortune immense. Réunissant dans une compilation relativement ordonnée des milliers [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur à la faculté de droit et des sciences économiques de Paris, directeur d'études à l'École pratique des hautes études

Classification


Autres références

«  GRATIEN (fin XI e s.-av. 1159)  » est également traité dans :

DÉCRET DE GRATIEN

  • Écrit par 
  • Jean-Urbain COMBY
  •  • 205 mots

L'auteur de l'ouvrage qui est devenu la base du droit canonique de l'Église latine, disparaît derrière son œuvre. Selon une biographie incertaine, Gratien fut proche de la papauté, moine à Bologne, et confirma à cette ville sa notoriété dans les études juridiques. Le premi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decret-de-gratien/#i_23004

BOLOGNE ÉCOLE JURIDIQUE DE

  • Écrit par 
  • Jean GAUDEMET
  •  • 810 mots

Le centre d'enseignement juridique le plus illustre du Moyen Âge. Les débuts de l'université de Bologne restent mal connus : Ravenne et Pavie avaient sans doute pendant le haut Moyen Âge tenu la première place en Italie pour un enseignement du droit, d'ailleurs assez modeste ; l'étude du droit est attestée à Bologne dans les dernières décennies du xi e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecole-juridique-de-bologne/#i_23004

BOLOGNE UNIVERSITÉ DE

  • Écrit par 
  • Jacques VERGER
  •  • 818 mots

Au début du xii e siècle se produisit en Italie une renaissance des études juridiques dont Bologne fut le foyer principal. Les luttes politiques (papes contre empereurs, communes contre empereurs) poussaient les partis en présence à appuyer leur propagande sur des arguments de droit ; on rechercha de bons manuscrits du Code de Justinien et on se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/universite-de-bologne/#i_23004

CANONIQUE DROIT

  • Écrit par 
  • Patrick VALDRINI
  •  • 8 001 mots

Dans le chapitre « Les Codes comme sources principales du droit »  : […] Le recours à la codification, bien que maintenant admis et habituel dans l'Église, est un phénomène tardif dans l'histoire des sources du droit canonique. Les premiers âges ont donné une forme au droit de l'époque en le présentant, dès le iv e  siècle, dans des collections réunissant des sources éparses, décisions conciliaires, décrétales pontific […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-canonique/#i_23004

Pour citer l’article

Jean GAUDEMET, « GRATIEN (fin XIe s.-av. 1159) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gratien-fin-xie-s-av-1159/