SEMPER GOTTFRIED (1803-1879)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Architecte allemand, Semper est, avec Schinkel, l'un des plus importants représentants de l'historicisme romantique allemand, mais aussi l'un des tout premiers fonctionnalistes, et un grand théoricien de l'architecture.

Né à Hambourg, formé à Munich et à Paris, ayant voyagé en Italie et en Grèce (il écrit sur la polychromie dans l'architecture grecque, polychromie qu'il sera l'un des premiers à préconiser pour l'architecture moderne), Semper connaît parfaitement l'histoire de l'architecture lorsqu'il obtient une chaire à l'Académie de Dresde (1834). Cette ville possède son œuvre la plus célèbre, l'Opéra (où Wagner remportera ses premiers succès) : édifié en 1837-1841, il sera reconstruit par Semper en un style différent après l'incendie de 1869. La première version, de facture néo-Renaissance (relents de palladianisme), laissait voir de l'extérieur la fonction et l'organisation interne du bâtiment : façade courbe (semi-circulaire) évoquant l'emplacement réservé au public. La seconde version (1871-1878) est néo-baroque ; sans changer la configuration générale de l'édifice, elle ne démontre plus le rôle de ses différentes parties (et la raison de leur agencement), la décoration y reprenant figure de masque. Curieux retournement, car Semper est l'un des rares architectes du xixe siècle, surtout dans le mouvement de l'historicisme romantique, à penser l'« ornement » (il aura une grande influence sur Loos) et à le penser en termes structuraux : la décoration ne doit pas être plaquée, mais elle doit jouer un rôle par rapport à une fonction globale de l'édifice et s'adapter historiquement, spatialement à la configuration du bâtiment. Semper édite une revue dont le titre est significatif (si on le rapproche du nom du groupe hollandais, De Stijl, gravitant autour de Mondrian), Der Stil (1861-1863), dont le thème principal est que tout détail signifie et que rien, dans un bâtiment comme dans la vie quotidienne, n'est accessoire ou indifférent. C'est pourquoi il ne faut pas se contenter d'une décoration de façade (comme souvent le néo-classicisme et, plus tard, l'Art nouveau), mais il faut l'organiser et la lier à toute la construction. À cette pensée, que l'on peut qualifier de structuraliste, correspond une métaphore chère au linguiste Saussure : pour Semper, le vêtement (dont il parle dans sa revue) est plus que le vêtement, ce n'est pas une simple enveloppe, car il est chargé de sens ; aussi n'est-ce pas un hasard si Semper est le premier Européen à considérer le tatouage africain comme un art.

Mais entre les deux versions de l'Opéra de Dresde s'est écoulé presque un demi-siècle : après la révolution de 1848, Semper, chassé (comme Wagner) de la ville pour son activité politique, se réfugie à Paris, puis à Londres (il prend contact avec les jeunes architectes, aussi bien les héritiers du Gothic Revival que les fonctionnalistes, et il prend la défense du Crystal Palace de Paxton). De cette époque datent les réflexions de Semper sur les relations entre la structure interne des matériaux et la forme, aussi bien dans l'artisanat qu'en architecture, Le Style dans les arts techniques et architectoniques (Der Stil in den technischen und tektonischen Künsten, 1860-1863). En 1855, il se rend à Zurich pour enseigner jusqu'en 1871 au Polytechnikum ; il entreprend alors la reconstruction de l'Opéra de Dresde et la création du Burgtheater de Vienne (qui sera réalisé sur ses plans par von Hasenauer). Mais aucun de ces bâtiments tardifs n'a la justesse (au sens où lui-même l'entendait, selon le principe d'harmonie du néo-classicisme) de ceux de la première période.

Kunsthistorisches Museum, Vienne

Photographie : Kunsthistorisches Museum, Vienne

Kunsthistorisches Museum, Vienne (Autriche), façade. Architectes : Gottfried Semper et Karl von Hasenauer. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  SEMPER GOTTFRIED (1803-1879)  » est également traité dans :

ARCHITECTURE (Thèmes généraux) - Architecture, sciences et techniques

  • Écrit par 
  • Antoine PICON
  •  • 7 907 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le siècle de l'industrie »  : […] Au cours du xix e  siècle se produit une diversification sans précédent des techniques de construction. Au sein de cet ensemble de transformations, le développement de l'architecture métallique constitue le phénomène le plus marquant. Aux premiers édifices faisant appel à la fonte succèdent des constructions en fer puis en acier. Tandis que la fonte, qui résiste mal aux efforts de traction, est p […] Lire la suite

FORMALISME (arts)

  • Écrit par 
  • François-René MARTIN
  •  • 1 870 mots

Dans le chapitre « Aux origines du formalisme »  : […] D'un point de vue historique, le formalisme, tel qu'il s'est constitué en Allemagne dans le sillage de l'esthétique kantienne, ou suivant celle d'un de ses interprètes, Johann Friedrich Herbart (1776-1841), implique une réflexion aiguë, voire critique, sur la représentation du réel. De ce fait, le formalisme accompagne l'insurrection des avant-gardes contre les conventions « réalistes » ou « class […] Lire la suite

MUSÉOLOGIE

  • Écrit par 
  • Germain BAZIN, 
  • André DESVALLÉES, 
  • Raymonde MOULIN
  •  • 13 794 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Exploitation »  : […] Tandis qu'au xix e  siècle les musées s'adressaient à un public restreint d'amateurs, de connaisseurs et d'artistes, à partir du xx e  siècle, ils sont utilisés, non seulement pour servir au progrès des connaissances humaines, mais pour seconder l'enseignement et enfin concourir à l'éducation populaire. Cette exploitation intense a bouleversé toutes les données de la muséologie. Autrefois, un mus […] Lire la suite

ŒUVRE D'ART TOTALE

  • Écrit par 
  • Philippe JUNOD
  •  • 8 394 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Unité des arts visuels »  : […] Le deuxième sens concerne le seul domaine des arts visuels. Dans Notre-Dame de Paris (1831), Victor Hugo (1802-1885) avait reproché à l'architecture de n'avoir « plus la force de retenir les autres arts. Ils s'émancipent donc... et s'en vont chacun de leur côté. Chacun gagne à ce divorce. L'isolement grandit tout. La sculpture devient statuaire, l'imagerie devient peinture ». La réaction ne se fe […] Lire la suite

ORNEMENT, histoire de l'art

  • Écrit par 
  • Peter FUHRING
  •  • 4 468 mots

Dans le chapitre « Les créateurs de l'ornement »  : […] Dans chaque domaine de l'art et des arts décoratifs, il y a eu des artistes qui créaient des ornements, architectes, peintres, sculpteurs, graveurs ou orfèvres, mais il n'existait pas dans ce domaine de véritable spécialisation professionnelle sous l'Ancien Régime. L'emploi généralisé du terme ornemaniste , dès le quatrième quart du xix e  siècle en France, pour désigner la personne qui invente l' […] Lire la suite

Pour citer l’article

Yve-Alain BOIS, « SEMPER GOTTFRIED - (1803-1879) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gottfried-semper/