GNATHOSTOMES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Gnathostomes : mâchoires

Gnathostomes : mâchoires
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Gnathostomes : relations phylogénétiques

Gnathostomes : relations phylogénétiques
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin


L'origine des gnathostomes

L'aube des gnathostomes est peu documentée par des données fossiles et reste largement énigmatique. Un faisceau de données paléontologiques suggèrent que certains vertébrés sans mâchoires fossiles (cf. ostracodermes), les ostéostracés, sont les plus proches parents des gnathostomes, partageant avec eux quelques caractères uniques (présence d'os cellulaire, d'os périchondral, nageoires pectorale, nageoire caudale épicerque). Cependant, ils ne présentent aucune structure évoquant les mâchoires. Dès le début du Dévonien, vers 416 Ma, lorsqu'ils deviennent abondants, les gnathostomes sont anatomiquement presque identiques aux actuels. On considère parfois l'origine et le succès évolutif des gnathostomes comme le résultat de l'apparition rapide et quasi simultanée d'un grand nombre de caractères qui présentaient tous des avantages sélectifs. Cependant, le partage de ces caractères, à divers degrés, avec les « ostracodermes » sans mâchoires suggère que cet « assemblage » des caractères des gnathostomes s'est échelonné dans le temps, peut-être depuis plus de 470 Ma.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages



Écrit par :

Classification


Autres références

«  GNATHOSTOMES  » est également traité dans :

ACANTHODIENS

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER
  •  • 816 mots
  •  • 4 médias

Les acanthodiens ( Acanthodii Owen, 1846 ; du gr. acantha , épine) sont un groupe de vertébrés à mâchoires, ou gnathostomes, éteints, connus par des fossiles de l'ère primaire, ou Paléozoïque. Ils sont les plus anciens gnathostomes certains à apparaître dans le registre fossile, à l'Ordovicien supérieur, il y a 445 millions d'années (Ma), mais disparai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/acanthodiens/#i_16018

ACTINOPTÉRYGIENS

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER
  •  • 2 759 mots
  •  • 9 médias

Au sein des vertébrés à mâchoires, ou gnathostomes, les actinoptérygiens ( Actinopterygii Cope, 1887) sont, avec les sarcoptérygiens, l'un des deux groupes d'ostéichthyens. Ils comptent dans la nature actuelle 23 712 espèces de poissons, dont l'immense majorité sont des téléostéens. Comme tous les ostéichthyens, ils présentent de grandes plaques osseuses dermiques couvrant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/actinopterygiens/#i_16018

CHONDRICHTHYENS

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER
  •  • 2 409 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Origine, évolution et histoire des chondrichthyens »  : […] Si les relations phylogénétiques des chondrichthyens au sein des vertébrés sont assez claires (cf. vertébrés ), l'apparition de leurs caractères reste une énigme. Les chondrichthyens ont longtemps été considérés comme un groupe primitif au sein des vertébrés à mâchoires (ou gnathostomes) en raison de la nature cartilagineuse de leur endosquelette et de leurs fentes branc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chondrichthyens/#i_16018

CYCLOSTOMES

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIRAMBAULT, 
  • Philippe JANVIER
  •  • 2 723 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Les myxines »  : […] Les myxines sont uniquement marines, prédatrices ou nécrophages. Elles vivent le plus souvent dans des terriers creusés dans la vase, leur tête seule dépassant de la surface du fond marin. Du fait de ce mode de vie, certaines espèces ont des yeux extrêmement régressés et l'on a attribué à une telle régression l'apparence primitive de ces animaux. Le squelette des myxines est très simple et se li […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cyclostomes/#i_16018

ENTELOGNATHUS PRIMORDIALIS

  • Écrit par 
  • Gaël CLÉMENT
  •  • 1 140 mots
  •  • 1 média

Entelognathus primordialis (signifiant animal primordial à mâchoires complètes) est un petit poisson fossile vieux d’environ 420 millions d’années qui a été mis au jour dans la province du Yunnan, dans le sud de la Chine. L’étude de ce fossile viendrait bouleverser les hypothèses de l'évolution des vertébrés à mâchoires (M. Zhu et al., « A Silurian pla […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/entelognathus-primordialis/#i_16018

OSTÉICHTHYENS

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER
  •  • 1 139 mots
  •  • 2 médias

Les ostéichthyens (littéralement « poissons osseux ») constituent un grand groupe monophylétique de vertébrés à mâchoires, ou gnathostomes (cf.  gnathostomes ), qui comprend non seulement la plupart des poissons actuels (cf.  actinoptérygiens , sarcoptérygiens ), mais aussi l'ensemble des tétrapodes, vertébrés pourvus de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/osteichthyens/#i_16018

OSTRACODERMES

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER
  •  • 1 584 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Phylogénie : relations avec les cyclostomes et les gnathostomes »  : […] On regroupe classiquement les ostéostracés, les anaspides et les lamproies en un taxon monophylétique, les céphalaspidomorphes, caractérisé par la position dorsale de l'orifice naso-hypophysaire, sans communication avec la cavité branchiale (fig. 5 ). Ce regroupement est toutefois infirmé par au moins cinq caractères connus uniquement chez les ostéostracés et les gnathostomes. La question est ac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ostracodermes/#i_16018

PLACODERMES

  • Écrit par 
  • Hervé Léo LELIÈVRE
  •  • 1 796 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Phylogénie »  : […] C'est le naturaliste suisse Louis Agassiz (1807-1873) qui reconnut le premier, en 1844, la nature ichthyenne des placodermes – ils étaient jusqu'alors confondus avec des tortues. De nos jours, ils sont considérés comme un groupe naturel (monophylétique), bien que leurs affinités soient régulièrement revisitées. Ainsi, dans les années 1960, les paléontologues suédois Erick Stensiö (1891-1984) et T […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/placodermes/#i_16018

PLAN D'ORGANISATION DES VERTÉBRÉS

  • Écrit par 
  • Bertrand FAVIER
  •  • 5 774 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le contrôle du plan du corps des mammifères »  : […] Chez la drosophile les effets des protéines homéotiques antérieures sont « supprimés » par les protéines exprimées plus postérieurement. Cette règle dite de suppression phénotypique ou « prévalence postérieure » n'est observée chez la drosophile que dans des conditions expérimentales où on provoque artificiellement cette superposition. La prévalence postérieure est en revanche fonctionnelle chez […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/plan-d-organisation-des-vertebres/#i_16018

POISSONS

  • Écrit par 
  • Yves FRANÇOIS, 
  • Pierre-Antoine SAINT-ANDRÉ
  •  • 10 059 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Gnathostomes »  : […] Les Gnathostomes constituent un ensemble monophylétique dont l'apomorphie principale est la possession de mâchoires articulées : celles-ci sont traditionnellement conçues comme un arc viscéral modifié , homologue sériel des arcs hyoïdien et branchiaux ; mais la position interne de ces derniers par rapport aux branchies chez les Gnathostomes est très différente de la disposition du squelette branc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/poissons/#i_16018

SARCOPTÉRYGIENS

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER
  •  • 3 887 mots
  •  • 3 médias

Les sarcoptérygiens ( Sarcopterygii Romer, 1955) sont l'un des principaux groupes des vertébrés à mâchoires, les gnathostomes. Dans la nature actuelle, ils comprennent les dipneustes (cf.  dipneustes ), les actinistiens du genre Latimeria (cf.  cœlacanthe ) et les tétrapodes (vertébrés terrestres), ma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sarcopterygiens/#i_16018

VERTÉBRÉS

  • Écrit par 
  • Charles DEVILLERS, 
  • Philippe JANVIER
  •  • 9 711 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La paléontologie »  : […] L'apport de la paléontologie à la connaissance de l'origine des Chordés et de l'aube des Vertébrés est limité par la rareté des fossiles aussi anciens et surtout par les conditions de conservation d'organismes qui ne possèdent pas toujours un squelette minéralisé. Quelques fossiles datant du début de l'ère primaire ont été considérés comme des Chordés primitifs et rapprochés soit des Céphalochordé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vertebres/#i_16018

Voir aussi

Pour citer l’article

Philippe JANVIER, « GNATHOSTOMES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gnathostomes/