Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

VERDI GIUSEPPE

Verdi

Verdi

Au même titre que Mozart ou Wagner, Verdi est un des grands maîtres de l'opéra, parmi les plus joués et les plus admirés. Il commence sa carrière en s'inscrivant dans une tradition lyrique qui a plus de deux siècles et qui s'est profondément renouvelée au début du xixe siècle avec Rossini, Donizetti et Bellini. Au cours de sa vie, la culture et la politique changent ; le musicien le sent et modifie son écriture, créant un opéra moderne comme Otello (1887), qui n'a presque plus de rapport avec ses œuvres de jeunesse, à l'exception du chant qui demeure l'instrument privilégié de l'opéra. Ces changements se reflètent dans les goûts des amateurs du compositeur : certains préfèrent l'énergie volcanique du premier Verdi, tandis que les autres privilégient le raffinement orchestral et vocal du dernier. Par-delà ces différences de goût, Verdi est néanmoins devenu un symbole de l'Italie nouvelle, née du Risorgimento : un mois après sa mort, lors du transfert de sa dépouille dans la maison de repos pour musiciens qu'il avait fondée à Milan, la foule et un immense chœur dirigé par Toscanini entonnèrent le chœur patriotique de Nabucco (1842).

Viva Verdi

Viva VERDI

Viva VERDI

Fils d'un aubergiste de campagne, Giuseppe Verdi naît en 1813 aux Roncole, près de Busseto, dans la province de Parme alors département de l'Empire français. Il révèle des dons précoces pour la musique et fait ses premières études dans la petite ville de Busseto, auprès de Ferdinando Provesi, maître de chapelle local. À dix-neuf ans, il se présente au conservatoire de Milan, la métropole voisine, qui le refuse, ce qui l'oblige à parfaire son éducation musicale avec un maître privé, Vincenzo Lavigna. En fait, c'est en praticien, en artisan autodidacte que Verdi aborde la musique. Très vite, il se tourne vers le théâtre lyrique et présente à la Scala, en 1839, Oberto, conte di San Bonifacio, qui obtient un succès honorable. L'année suivante, son premier opéra bouffe, Un giorno di regno, est un fiasco. Devant cet échec, auquel s'ajoutent des malheurs familiaux (la mort de sa première femme et de ses deux enfants), il songe à abandonner l'opéra. Mais, dès 1842, il revient à la scène avec Nabucco, qui connaît un triomphe. Cette œuvre est la première affirmation du génie dramatique de Verdi, mais elle doit aussi son succès à l'atmosphère patriotique que favorise le livret, centré sur les mésaventures des Hébreux en captivité à Babylone ; il faut préciser que l'Italie bouillonne alors de passions nationalistes et aspire à se délivrer du joug autrichien.

Pendant les dix années qui suivent, Verdi déploie une activité intense, créant pour les grands théâtres de l'époque une douzaine d'opéras, parcourant l'Europe pour suivre les destinées de ses créations, surveillant minutieusement la mise en scène, la direction, le choix des chanteurs, en imprésario avisé qu'il sera toute sa vie. De ces opéras, certains ont vu croître leur popularité, comme Ernani (1844) ou Macbeth (1847), d'autres, tels I Due Foscari (1844), Alzira (1845) ou Attila (1846), ont mis plus de temps à entrer au répertoire ; sans doute ces derniers se ressentent-ils d'un certain manque de discernement dans le choix des livrets et de la rapidité avec laquelle Verdi a composé la musique. On y trouve les défauts et les qualités du premier Verdi : intrigues souvent rocambolesques fondées sur d'inextricables conflits familiaux, caractérisation des personnages efficace mais sommaire, instrumentation souvent fruste. Autant de défauts compensés par le sens de l'effet dramatique, la véhémence de la musique, la beauté des chœurs, et notamment des chœurs patriotiques, et l'inspiration héroïque dont une des plus belles illustrations sera l'air « Di quella pira » dans Il Trovatore[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite à l'université de Paris-III

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Verdi

Verdi

Viva VERDI

Viva VERDI

Boris Christoff

Boris Christoff

Autres références

  • DON CARLOS (G. VERDI)

    • Écrit par Gilles de VAN
    • 1 231 mots
    • 1 média

    Le premier contact de Giuseppe Verdi avec Don Carlos date de 1850, mais il faut attendre 1865 pour que soit signé un contrat. Verdi accumule un tel matériel que, dès les répétitions, il lui faut procéder à des coupures. La première version de Don Carlos, en cinq actes, est créée à l'...

  • LA TRAVIATA (G. Verdi)

    • Écrit par Christian MERLIN
    • 263 mots
    • 1 média

    La première représentation de La Traviata, le 6 mars 1853 à La Fenice de Venise, se solde par un échec retentissant. Raison immédiate : le manque de crédibilité des interprètes de la création (la corpulence de Fanny Salvini-Donatelli s'accorde peu au personnage de Violetta et Felice Varesi, qui...

  • ALBANESE FELICIA (1909-2014)

    • Écrit par Universalis
    • 326 mots

    Cantatrice américaine d’origine italienne, Licia Albanese sut captiver son public par sa gestuelle nuancée, l’intensité passionnée et la profonde sensibilité avec lesquelles elle a incarné les héroïnes tragiques des compositeurs italiens Giacomo Puccini et Giuseppe Verdi. De cette soprano...

  • BARBIERI FEDORA (1920-2003)

    • Écrit par Pierre BRETON
    • 946 mots

    Le 3 novembre 2000, la mezzo-soprano italienne Fedora Barbieri fêtait au Teatro del Maggio Musicale de Florence ses soixante ans de carrière en interprétant, à quatre-vingts ans, une ultime Mamma Lucia (Cavalleria rusticana de Mascagni). Son exceptionnelle longévité vocale lui a valu de triompher...

  • BERGONZI CARLO (1924-2014)

    • Écrit par Pierre BRETON
    • 606 mots
    • 1 média

    Ce n’est ni par l’éclat triomphant de son timbre ni par ses talents d’acteur que Carlo Bergonzi a gagné sa place parmi les plus grands ténors verdiens du xxe siècle. Une diction d’une exemplaire clarté, un style à la fois sobre, élégant et passionné, une technique de souffle exceptionnelle,...

  • BOITO ARRIGO (1842-1918)

    • Écrit par Philippe BEAUSSANT
    • 175 mots
    • 1 média

    Maître de chapelle et compositeur, son principal mérite n'est pas là : mais, poète de surcroît, Boito a fourni à Verdi plusieurs livrets. Homme de lettres, journaliste combatif, garibaldien, sénateur, il fut un ardent défenseur de Wagner. Il apporta, par sa culture, une collaboration précieuse à...

  • Afficher les 18 références

Voir aussi