PIAZZETTA GIOVANNI BATTISTA (1683-1754)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le déclin de la peinture vénitienne à la fin du xviie siècle explique le fait que Piazzetta soit allé faire son apprentissage à Bologne, chez Giuseppe Maria Crespi. Il y découvre, avec les échos d'un caravagisme tardif, le point de départ d'une manière très personnelle qui lui vaudra une place de premier plan dans le renouveau artistique accompli par les peintres de sa génération : Venise retrouvera grâce à lui le goût des grandes scènes romanesques, des compositions tumultueuses où les couleurs se décomposent dans la vibration lumineuse de l'atmosphère. Le père de Piazzetta, sculpteur sur bois, l'avait sans doute rendu sensible à la densité des formes et des structures. Crespi lui apprend à exprimer cette densité des formes par la profondeur des ombres, le glissement de la lumière, les modulations tonales. Il l'oriente vers les sujets populaires, vers les scènes rustiques, et Piazzetta donne dans ce genre ses œuvres les plus accomplies. Les clairs-obscurs aux lueurs fauves, qui créent dans ses tableaux religieux une atmosphère d'effusion mystique, font place peu à peu, dans des sujets plus familiers, à des tons allégés, à une luminosité plus brillante. Au réalisme vigoureux de Saint Jacques conduit au supplice (1717, San Stae, Venise), à la puissance encore baroque de La Gloire de saint Dominique (1727, San Giovanni e Paolo), succèdent la sérénité de la Pastorale (musée de Chicago), la grâce épanouie de La Diseuse de bonne aventure (1740, Académie, Venise), les colorations subtiles de Rebecca au puits (env. 1740-1745, Brera, Milan ; ici, le thème biblique est transposé en une ambiance toute profane), qui donnent aux visages la « présence » de modèles attentivement observés dans la vie quotidienne.

Saint Jacques conduit au supplice, G. B. Piazzetta

Saint Jacques conduit au supplice, G. B. Piazzetta

photographie

Giovanni Battista Piazzetta, Saint Jacques conduit au supplice. 1717. Huile sur toile. San Stae, Venise, Italie. 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

La séduction de ce style valut à Piazzetta d'être imité jusqu'à la fin du siècle par des émules d'inégal talent : il faut citer parmi eux le Dalmate Federico Bencovich qui exploite les effets de clair-obscur dans des œuvres tourmentées, excessives, mais dotées parfois d'un singulier pouvoir expressif.

—  Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  PIAZZETTA GIOVANNI BATTISTA (1683-1754)  » est également traité dans :

GUARDI LES

  • Écrit par 
  • Terisio PIGNATTI
  •  • 2 551 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Gian Antonio, un peintre d'inspiration rococo »  : […] Gian Antonio Guardi, né à Vienne en 1699, mort à Venise en 1760, était l'aîné d'une famille de peintres. Il était encore très jeune lorsqu'il vint s'installer à Venise avec son père, Domenico Guardi. Celui-ci mourut peu de temps après. Gian Antonio Guardi se trouva alors dans l'obligation de travailler. Il se mit à faire des copies de tableaux pour un grand collectionneur de la ville, le maréchal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-guardi/#i_17545

ROCOCO

  • Écrit par 
  • Georges BRUNEL, 
  • François H. DOWLEY, 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 21 053 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Venise et les écoles italiennes »  : […] Le xvii e  siècle peut être considéré, selon un raccourci audacieux de Rudolf Wittkower, comme un siècle « sombre » en peinture. Une révolution d'importance s'accomplit autour de 1700 : c'est la renaissance de la peinture vénitienne et, avec elle, l'avènement d'une manière claire. Après la grande époque de Titien, Véronèse et Tintoret, Venise ava […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rococo/#i_17545

Pour citer l’article

Marie-Geneviève de LA COSTE-MESSELIÈRE, « PIAZZETTA GIOVANNI BATTISTA - (1683-1754) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/giovanni-battista-piazzetta/