BRUNO GIORDANO (1548-1600)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De l'infinité cosmique à l'infinité divine

Cette refonte du concept d'univers déplace toutes les notions traditionnelles, en instaurant une nouvelle conception des rapports entre Dieu et l'Univers. Bruno risque ainsi de sombrer dans l'aporie de deux infinis qui menacent de se limiter mutuellement. Ce problème s'était déjà posé à Nicolas de Cues, qui non seulement avait introduit des distinctions nouvelles entre les différents ordres d'infinité, mais avait aussi affirmé clairement la transcendance du Dieu infini par rapport à sa création, qui n'est infinie que privativement, c'est-à-dire quantitativement (pluralité infiniment finie). Dieu est l'unité infiniment infinie (négativement pour notre intellect fini), c'est-à-dire qualitativement. À cela s'ajoute, pour Nicolas, qu'entre l'infinité négativement infinie de Dieu et l'univers privativement infini intervient la médiation du Christ. D'ailleurs, dans les textes postérieurs à la Docte Ignorance (1440), comme l'Apologie de la docte ignorance (1449), cette tendance transcendantiste se renforce et se confirme, puisque « Dieu est au-delà même de la coïncidence des opposés ». Rien de tel chez Bruno, qui reprend pourtant sur ce point certains termes du Cusain, mais en un tout autre sens. Dès ses premiers ouvrages en langue vulgaire, il n'a cessé de clamer l'infinité de l'Univers et l'infinie pluralité des mondes. On a souvent remarqué que ce thème de l'infini est en quelque sorte le thème central de toute sa philosophie. Toutefois, Bruno est également le théoricien de l'infinité divine. Est-ce à dire qu'il attribue l'infinité de manière équivoque à Dieu et à l'Univers ?

Tout d'abord, il prend garde de tomber dans les paradoxes traditionnels de l'infini, dont certains avaient été utilisés par Aristote pour renforcer son finitisme cosmologique. Bruno affirme que « son enseignement peut échapper à ces innombrables labyrinthes ». D'ailleurs, il précise que l'infinité cosmique contient en elle une infinité de parties, mais que celles-ci ne sont pas constitutives de ladite infinité, car « cela ne revient pas au même de parler de parties dans l'infini et de parties de l'infini ». En outre, il place la perfection du côté de l'infini et non pas du côté du fini, comme le voulait la tradition, du côté de ce qui est accompli, achevé, selon l'idéal de la finition artistique ou artisanale, où le produit atteint son télos et peut enfin se reposer dans son identité propre. Bruno, à l'inverse, associe le parfait à l'infini comme le montre, dans son De Monade, la table des oppositions fondamentales de l'être (inspirée de celle des pythagoriciens, mais modifiée sur ce point). C'est encore en ce sens qu'il précise que « l'infini est parfait [...] parce que dans l'Univers [que nous posons comme infini] se trouvent les mondes comme autant de parties et leurs membres concourent à former un tout parfait ».

La perfection divine, qui s'exprime directement dans son essence, c'est-à-dire dans son unité absolue, relève d'une certaine modalité de la présence de Dieu dans le Tout et dans les parties. La perfection de l'Univers est comme dispersée dans cet « immense simulacre corporel » qui représente la divinité. L'Univers, pourrait-on dire, participe à la perfection divine, qui se reflète en lui, mais d'une façon dérivée et infiniment dispersée. L'infini divin et l'infini cosmologique ne sont pas du même ordre, comme l'énonce cette formule qui revient dans la plupart des textes de Bruno : « Dieu est tout infini de façon compliquée et totale ; mais l'Univers est tout en tout d'une manière expliquée et non totale. »

L'Univers est envisagé ici comme un espace infini, un infini extensif dépourvu de limite, puisqu'une limite (finis, terminus) n'a de sens qu'en tant qu'elle sépare deux réalités du même ordre. Or, comme il n'existe qu'un univers infini, il ne saurait être limité par un autre Univers, ni par une surface, quelle qu'elle soit. Sur ce point, Bruno reprend l'expression traditionnelle que l'hermétisme réservait à Dieu seul (et que Nicolas de Cues avait appliqué pour la première fois, en 1440, à l'Univers) : « Une sphère infinie dont le centre est partout et la circonférence nulle part. » C'est l'essence même de Dieu qui répugne à toute limitation, tandis que l'immensité infinie de l'espace cosmique n'est telle que parce qu'elle reflète l'infinité divine et parce que l'idée d'un Univers fini est incompréhensible et contradictoire en soi. En d'autres termes, Bruno [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Écrit par :

  • : agrégé de philosophie, maître de conférences en philosophie à l'Université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  BRUNO GIORDANO (1548-1600)  » est également traité dans :

ASTRONOMIE

  • Écrit par 
  • James LEQUEUX
  •  • 11 318 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « La renaissance de l'astronomie »  : […] Au milieu du xiv e  siècle, la pensée grecque commence à éclairer à nouveau l'Occident. Totalement ignorée pendant de nombreux siècles, à l’exception d’Aristote, elle redevient à la mode parmi les intellectuels. On recherche et on traduit les textes anciens, principalement en Italie. La redécouverte de cette civilisation hellénique entraîne une renaissance non seulement des lettres et des arts, m […] Lire la suite

CYRANO DE BERGERAC SAVINIEN (1619-1655)

  • Écrit par 
  • Jeannine ETIEMBLE
  •  • 1 674 mots

Dans le chapitre « Cyrano entre Descartes et Gassendi »  : […] Il travaillait cependant à son Autre Monde , son grand œuvre. À l' Histoire comique des États et Empires de la Lune , qui en composait la première partie, il adjoignit celle des États et Empires du Soleil , à quoi devait succéder L'Étincelle . Il avait lu Thomas Morus, la Civitas Solis de Campanella, sans doute John Wilkins et Godwin qui circulaient en traduction. Giordano Bruno était son maître […] Lire la suite

RENAISSANCE

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI, 
  • Jacques CHOMARAT, 
  • Jean-Claude MARGOLIN, 
  • Jean MEYER
  •  • 31 113 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Espace culturel clos et ouverture anthropologique »  : […] L'époque de la Renaissance n'échappe pas à l'oscillation dialectique, qui prend parfois l'aspect d'oppositions irréductibles, entre un système du savoir et une philosophie de la transcendance. Le couple Platon-Aristote marque indubitablement, dans ce champ de gravitation culturelle, l'une des lignes de partage entre les esprits : Jean Bessarion (env. 1402-1472) contre Georges de Trébizonde dans l […] Lire la suite

MICROCOSME ET MACROCOSME

  • Écrit par 
  • Hélène VÉDRINE
  •  • 4 259 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Du XVIe siècle au renversement pascalien »  : […] C'est au xvi e siècle que la notion de microcosme devient envahissante : de Paracelse (1493-1541) à Bruno (1548-1600), de Cardan (1501-1576) à Campanella (1568-1639), elle pénètre la littérature, la philosophie, la science et l'art. La nature apparaît comme une force vitale, exubérante, produisant à l'infini. Les êtres sont ses enfants, tout est animé, et il suffit d'un peu de savoir pour compren […] Lire la suite

OSTRACISME

  • Écrit par 
  • Pierre BOUDOT
  •  • 9 370 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Ostracisme culturel »  : […] La condamnation de Galilée montre que l'ostracisme peut mêler le combat d'idées au refus de la réalité, fût-elle irréfutable et scientifique. Le savant est condamné quand celle-ci se dévoile trop vite, mettant en cause les bases d'une culture dont la transmission empruntait le discours parathéologique . La vérité scientifique est proscrite au nom d'un modèle emprunté à un ordre autre que le sien. […] Lire la suite

PANTHÉISME

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 7 630 mots

Dans le chapitre « Giordano Bruno »  : […] C'est cette solution néo-platonicienne au problème de la transcendance de l'être qui sera adoptée (et adaptée) par certaines philosophies médiévales, arabes, juives, ou chrétiennes. Elles constituent la charnière qui relie Plotin à la Renaissance par Giordano Bruno. On ne les évoque ici que pour mémoire, préférant laisser parler le représentant même du panthéisme moderne, Giordano Bruno. Celui-ci […] Lire la suite

PROCÈS DE GALILÉE

  • Écrit par 
  • Jean-Urbain COMBY
  •  • 294 mots
  •  • 1 média

La parution du De revolutionibus de Copernic, en 1543, avait bouleversé la cosmologie traditionnelle en substituant l'héliocentrisme au géocentrisme traditionnel. Les théologiens catholiques, mais aussi protestants, rejetèrent la doctrine copernicienne au nom des affirmations bibliques sur le Soleil qui se lève et se couche. La reprise des arguments de Copernic est l'un des motifs du procès qui […] Lire la suite

SUBSTANCE

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 5 343 mots

Dans le chapitre « Giordano Bruno »  : […] À vrai dire, ce mouvement de renouveau et cette « renaissance » avaient commencé de s'effectuer avant que Descartes n'entreprît sa réflexion, mais la tradition philosophique passa ce fait sous silence jusqu'à une époque récente : c'est Giordano Bruno qui, le premier, édifie sans le savoir sur les ruines de la scolastique une ontologie audacieuse de la substance comme unité de la nature et de Dieu. […] Lire la suite

YATES FRANCES AMELIA (1899-1981)

  • Écrit par 
  • Margaret LLASERA
  •  • 676 mots

Après des études de français à l'université de Londres (B.A. 1924, M.A. 1926), Frances Yates, spécialiste britannique de l'histoire des idées, poursuit d'abord ses recherches en dehors du contexte universitaire. Entrée en 1941 au Warburg Institute, institut d'études de la Renaissance, elle y est nommée professeur en 1956. Elle estimait devoir à l'esprit encyclopédique du Warburg l'élaboration de s […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean SEIDENGART, « BRUNO GIORDANO - (1548-1600) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/giordano-bruno/