GILGAL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sanctuaire israélite que les traditions bibliques situent à l'est de Jéricho, dans la vallée du Jourdain. Les traditions du livre de Josué rattachent le Gilgal au passage du Jourdain et à l'entrée des Israélites en Canaan (Jos., iv et v) ; ce lieu sacré consistait essentiellement en un cercle de douze pierres dressées (gilgal signifie « cercle de pierres ») et en un autel à sacrifices (Jos., xxii) ; c'était le centre cultuel des tribus transjordaniennes : Ruben, Gad et la demi-tribu de Manassé. Après la destruction du sanctuaire de Silo et la prise de l'arche par les Philistins, Gilgal joue un rôle très important à l'époque de Samuel ; c'est là que Saül, sans doute à la suite de sa victoire contre les Ammonites, est reconnu comme premier roi d'Israël (I Sam., xi, 14-15). Sous la royauté, Gilgal perd un peu de son importance par suite de l'institution des sanctuaires royaux de Jérusalem (Juda) et de Béthel (Israël) ; cependant, c'est à Gilgal que les représentants de Juda accueillent de nouveau David après la révolte d'Absalom (II Sam., xix, 16), et le sanctuaire semble fréquenté régulièrement par les prophètes du ~ ixe siècle, spécialement par Élisée et ses disciples (II Rois, ii, 1 et iv, 38). Au ~ viiie siècle, l'attitude des prophètes concernant les lieux de culte semble changer assez radicalement : Amos (iv, 4 ; v, 5) et Osée (ix, 15 ; xii, 12) critiquent violemment le culte de ce sanctuaire et annoncent sa destruction. De fait, ce lieu n'est plus mentionné dans l'histoire postérieure d'Israël, si bien qu'on n'arrive plus à situer exactement son emplacement. Jusqu'à maintenant, toutes les localisations proposées restent incertaines : on sait seulement que Gilgal devait être situé près d'un gué du Jourdain, entre Jéricho et le pont de Damyeh, et qu'il se caractérisait par son cercle de pierres dressées.

—  André LEMAIRE

Écrit par :

  • : directeur d'études honoraire, École pratique des hautes études, correspondant français de l'Académie des inscriptions et belles-lettres

Classification


Autres références

«  GILGAL  » est également traité dans :

SAÜL, roi d'Israël (-1030 env.-env. -1010)

  • Écrit par 
  • André PAUL
  •  • 814 mots

Le premier roi de l'État d'Israël. Saül (en hébreu shaûl, « qui a été demandé [par Dieu] ») était originaire de Gabaa (aujourd'hui, tell el-Fûl), d'une famille rurale de la tribu de Benjamin. La genèse de sa carrière et ses premiers exploits sont liés à la mission prophétique de Samuel. Le matériau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saul/#i_20523

PALESTINE

  • Écrit par 
  • Ernest-Marie LAPERROUSAZ, 
  • Robert MANTRAN
  • , Universalis
  •  • 31 610 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « L'époque monarchique (de la fin du xie siècle à 587 av. J.-C.) »  : […] À l'époque prémonarchique, les deux lieux de culte israélites les plus importants avaient été Gilgal (près de Jéricho), où, selon la Bible, Josué, après la traversée du Jourdain, avait fait dresser un cercle de douze pierres, et Silo, qui abritait l'Arche d'Alliance. Peu à peu, le culte de Yahweh avait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/palestine/#i_20523

Pour citer l’article

André LEMAIRE, « GILGAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gilgal/