VICENTE GIL (1465 env.-env. 1537)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Comédies et tragi-comédies

Ces œuvres correspondent à la seconde période du cycle dramatique de Vicente. Une imagination romanesque exubérante, portée à la fantasmagorie, se donne libre cours dans la Comedia de Rubena (1521), comédie de magie en trois actes et un introito ou argument. La charmante et malicieuse Comedia do viúvo (1514), plus psychologique, met en scène un galant, dom Rosvel Tenorí, « prince déguisé », également épris des deux filles d'un veuf, Melicia et Paula. Des épisodes des récits de chevalerie sont les sources de Don Duardos (1521-1525) et d'Amadis de Gaula (1533). Les amours de don Duardos d'Angleterre et de l'infante Flérida, fille de l'empereur Palmerín, sont évoquées avec une sobriété dramatique, une fraîcheur poétique et une délicatesse des sentiments qui font de cette pièce un petit chef-d'œuvre dont les derniers vers tirent la morale :

Que tous les hommes sachent Cette mienne sentence : Contre Mort et Amour Il n'est pouvoir qui vaille.

Dans ses tragi-comédies à grand spectacle (Não d'amores, Frágua d'amor, Exortação da guerra, Templo d'Apollo, Cortes de Jupiter, Triunfo do Inverno...), Vicente met en jeu des éléments allégoriques, mythologiques ou satiriques.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite des Universités, membre correspondant de la Real Academia Española

Classification

Autres références

«  VICENTE GIL (1465 env.-env. 1537)  » est également traité dans :

LAZARILLO DE TORMES (1553/54)

  • Écrit par 
  • Marcel BATAILLON
  •  • 2 082 mots

Dans le chapitre « Sources »  : […] Bien que l'auteur ait su créer l'illusion que sa peinture reflète la vie même, et que Fonger de Haan ait prétendu retrouver le « modèle vivant » de Lazare en un crieur public de Tolède nommé Lope de Rueda (identifiable avec l'auteur comique), le progrès dans l'appréciation littéraire du Lazarillo de Tormes est allé de pair avec la découverte des sources qu'il exploite. C'est la littérature, écrite […] Lire la suite

PORTUGAL

  • Écrit par 
  • Roger BISMUT, 
  • Cristina CLIMACO, 
  • Michel DRAIN, 
  • José-Augusto FRANÇA, 
  • Michel LABAN, 
  • Jorge MORAÏS-BARBOSA, 
  • Eduardo PRADO COELHO
  •  • 40 050 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Un genre nouveau : le théâtre »  : […] Ce fut durant la Renaissance qu'apparut le théâtre. Au Moyen Âge, le genre dramatique se réduisait à des sermons burlesques, de petites farces, des jeux et des autos (drames religieux), tous anonymes, des momos (ou pantomimes) sans dialogues. Le véritable créateur du théâtre est Gil Vicente, qui exprime dans ses œuvres les préoccupations de son temps. Il aura nombre de disciples et de continuate […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard SESÉ, « VICENTE GIL (1465 env.-env. 1537) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gil-vicente/