VICENTE GIL (1465 env.-env. 1537)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les farces

L'esprit moqueur, volontiers ironique, de Mestre Gil, son sens aigu de l'observation et sa vitalité ardente s'épanouissent dans ces courtes scènes où il s'en prend, sans ménagement, à toute une galerie de types ridicules : le gentilhomme ruiné et vaniteux, les médicastres prétentieux, l'amoureux transi qui chante son aubade en ameutant le voisinage, les gitanes rusées, le clerc frappé du mal d'aimer, le vieillard épris, délaissé pour un jouvenceau. Mestre Gil s'en donne à cœur joie ; son art, ici, se nourrit directement de sève populaire. Citons parmi les plus célèbres de ces farces : Farça chamada Auto das fadas, Farça de Inez Pereira, Farça dos almocreves, Farça do clérigo da Beira, Farça dos fisicos. Dans ces œuvres de fine raillerie, Vicente donne le meilleur de son génie ; seul Cervantes, en certains de ses entremeses, lui est, en ce domaine, comparable. En tout cas la satire humaine, sociale ou religieuse de ces « scénettes » rend un son érasmien qui retentit à travers toute l'œuvre de Vicente et qui fait véritablement de lui un homme de la Renaissance, malgré tout l'héritage médiéval ou antique qu'il avait su assimiler et laisser transparaître dans ses écrits.

Mais c'est surtout par la qualité de son lyrisme, populaire et savant, pénétré de vigueur et de délicatesse, sachant mettre à profit de façon à la fois ingénue et habile toutes les formes de la poésie traditionnelle, que l'art de Vicente est admirable et qu'il ne cesse de séduire.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur émérite des Universités, membre correspondant de la Real Academia Española

Classification


Autres références

«  VICENTE GIL (1465 env.-env. 1537)  » est également traité dans :

LAZARILLO DE TORMES (1553/54)

  • Écrit par 
  • Marcel BATAILLON
  •  • 2 082 mots

Dans le chapitre « Sources »  : […] Bien que l'auteur ait su créer l'illusion que sa peinture reflète la vie même, et que Fonger de Haan ait prétendu retrouver le « modèle vivant » de Lazare en un crieur public de Tolède nommé Lope de Rueda (identifiable avec l'auteur comique), le progrès dans l'appréciation littéraire du Lazarillo de Tormes est allé de pair avec la découverte des sources qu'il exploite. C'est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lazarillo-de-tormes/#i_2819

PORTUGAL

  • Écrit par 
  • Roger BISMUT, 
  • Cristina CLIMACO, 
  • Michel DRAIN, 
  • José-Augusto FRANÇA, 
  • Michel LABAN, 
  • Jorge MORAÏS-BARBOSA, 
  • Eduardo PRADO COELHO
  •  • 40 038 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Un genre nouveau : le théâtre »  : […] Ce fut durant la Renaissance qu'apparut le théâtre. Au Moyen Âge, le genre dramatique se réduisait à des sermons burlesques, de petites farces, des jeux et des autos (drames religieux), tous anonymes, des momos (ou pantomimes) sans dialogues. Le véritable créateur du théâtre est Gil Vicente, qui exprime dans ses œuvres les préoccu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/portugal/#i_2819

Pour citer l’article

Bernard SESÉ, « VICENTE GIL (1465 env.-env. 1537) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gil-vicente/