VICENTE GIL (1465 env.-env. 1537)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les œuvres religieuses

La première pièce, Le Monologue du bouvier (El Monólogo do vaqueiro), fut représentée en 1502 devant la reine Marie de Portugal, fille des Rois Catholiques d'Espagne. D'abord dans le prolongement des églogues de Juan del Encina et de Lucas Fernández, les premières courtes scènes religieuses de Vicente, l'Auto dos Reyes Magos ou l'Auto pastoril castellano, s'enrichissent par la suite d'éléments lyriques, comme dans l'Auto des quatre saisons (Auto dos quatro tempos) ; allégoriques dans l'Auto da ánima, où l'Église est montrée comme une auberge sur le chemin de la vie, ou satiriques dans l'Auto da feira, qui dénonce, à la façon d'Érasme, les vices de la papauté et la corruption de la Ville Éternelle. L'Auto da sibila Casandra, où quelques compositions lyriques sont de purs joyaux, réunit dans l'annonce de la venue du Messie des personnages bibliques et des personnages païens, sous forme de bergers ou de paysans.

Dans la Trilogie des barques (Trilogia das barcas, 1517-1519), la satire sociale et ecclésiastique revêt une âpreté mordante ; l'auteur reprend des thèmes des danses de la mort médiévales mêlés au thème antique de la barque de Charon. Les deux premières parties, en portugais (Barca do Inferno, Barca do Purgatorio), font apparaître des démons invectivant avec violence des personnages appartenant à différentes classes sociales. La troisième partie, en castillan (Barca da Gloria), met en scène la Mort interpellant les grands de ce monde, le pape, le roi, l'empereur, le duc, l'archevêque, terrifiés par la crainte de la damnation à laquelle les arrache l'intervention du Christ rédempteur.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite des Universités, membre correspondant de la Real Academia Española

Classification

Autres références

«  VICENTE GIL (1465 env.-env. 1537)  » est également traité dans :

LAZARILLO DE TORMES (1553/54)

  • Écrit par 
  • Marcel BATAILLON
  •  • 2 082 mots

Dans le chapitre « Sources »  : […] Bien que l'auteur ait su créer l'illusion que sa peinture reflète la vie même, et que Fonger de Haan ait prétendu retrouver le « modèle vivant » de Lazare en un crieur public de Tolède nommé Lope de Rueda (identifiable avec l'auteur comique), le progrès dans l'appréciation littéraire du Lazarillo de Tormes est allé de pair avec la découverte des sources qu'il exploite. C'est la littérature, écrite […] Lire la suite

PORTUGAL

  • Écrit par 
  • Roger BISMUT, 
  • Cristina CLIMACO, 
  • Michel DRAIN, 
  • José-Augusto FRANÇA, 
  • Michel LABAN, 
  • Jorge MORAÏS-BARBOSA, 
  • Eduardo PRADO COELHO
  •  • 40 038 mots
  •  • 27 médias

Dans le chapitre « Un genre nouveau : le théâtre »  : […] Ce fut durant la Renaissance qu'apparut le théâtre. Au Moyen Âge, le genre dramatique se réduisait à des sermons burlesques, de petites farces, des jeux et des autos (drames religieux), tous anonymes, des momos (ou pantomimes) sans dialogues. Le véritable créateur du théâtre est Gil Vicente, qui exprime dans ses œuvres les préoccupations de son temps. Il aura nombre de disciples et de continuate […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard SESÉ, « VICENTE GIL (1465 env.-env. 1537) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 03 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gil-vicente/