GERSON JEAN LE CHARLIER dit JEAN DE (1363-1429)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Prédicateur et théologien, né à Gerson-lès-Barby (diocèse de Reims), Gerson est élève à Paris au collège de Navarre dès 1377, licencié ès arts en 1381 ; il étudie, de 1381 à 1388, à la faculté de théologie. En 1389-1390, il commente les quatre Livres des Sentences de Pierre Lombard, est licencié en théologie en 1392, maître en 1394. Il succède à Pierre d'Ailly, son maître et ami, en 1395, dans la charge de chancelier de l'Église de Paris. Il remplit cette fonction jusqu'en 1419 environ, et après une laborieuse retraite, meurt à Lyon.

L'activité littéraire et publique de Gerson, qui comporte de nombreux aspects — enseignement, prédication, interventions multiples en vue de faire cesser le schisme à l'intérieur de l'Église d'Occident (1378-1418), publications diverses postérieures à la résignation de sa charge — peut se regrouper autour de trois thèmes : ecclésiologie, théologie mystique, logique.

En matière d'ecclésiologie, Gerson, quoiqu'il en admît le principe dans Du schisme et de la papauté (De schismate et papatu, 1396), estimait regrettable la « soustraction d'obédience » qui mit le peuple de France en état d'excommunication. Le sens de ses interventions apparaît dans son Traité de la vie spirituelle (De vita spirituali, écrit après 1398). Le droit y est entendu comme « pouvoir prochain possédé par quelqu'un selon ce que prescrit la droite raison », laquelle existe en Dieu essentiellement et originairement. Le « pouvoir évangélique », et spécialement le pouvoir du pape, vient immédiatement du Christ. La plénitude du pouvoir papal est d'origine évangélique et donc inamissible et illimitée. Pourtant, d'une certaine façon, le pape est moindre que l'Église dont il est membre. Il est soumis à la loi divine, dont l'Église (représentée par le concile général) est juge. Au nom de cette loi, l'Église peut intervenir dans le cas de mort réelle ou civile du pape. En ce sens, on peut admettre que seule [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : docteur ès lettres, diplômé de l'École pratique des hautes études, docteur en philosophie, professeur à l'Université catholique de l'Ouest

Classification

Autres références

«  GERSON JEAN LE CHARLIER dit JEAN DE (1363-1429)  » est également traité dans :

ICONOCLASME. VIE ET MORT DE L'IMAGE MÉDIÉVALE (expositions)

  • Écrit par 
  • Daniel RUSSO
  •  • 964 mots

Dans le cadre plus large des manifestations organisées en 2001 par les musées du Rhin supérieur autour de l'année 1500, envisagée comme tournant de siècle, le musée d'Histoire de la ville de Berne (2 novembre 2000-16 avril 2001) puis le musée de l'Œuvre Notre-Dame à Strasbourg (12 mai-26 août 2001), ont consacré une exposition importante à l' Iconoclasme. Vie et mort de l'image médiévale . Préparé […] Lire la suite

LOUIS XI (1423-1483) roi de France (1461-1483)

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 2 543 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le dauphin en son Dauphiné »  : […] Fils du roi de Bourges et de Marie d'Anjou, né précisément à Bourges dans l'atmosphère sombre de 1423, Louis reçoit, comme tous les enfants nobles de l'époque, une double éducation fort sérieuse : intellectuelle avec Jean Majoris, maître ès arts, licencié en droit et théologien, ami du chancelier de l'université de Paris, Jean Gerson, qui trace le programme de l'éducation du prince ; sportive et […] Lire la suite

Pour citer l’article

Francis RUELLO, « GERSON JEAN LE CHARLIER dit JEAN DE - (1363-1429) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/gerson-jean-le-charlier-dit-jean-de/