SURRÉALISME & CINÉMA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le cinéma à proprement parler surréaliste peut paraître à première vue mince, voire pauvre. Il n'en est rien : le surréalisme a imprégné quantité de films. Les surréalistes, ceux qui firent partie du groupe et qui signèrent les textes importants de l'entre-deux-guerres, se méfièrent du cinéma, retrouvant dans les seuls films populaires (par exemple Fantomas), burlesques (par exemple ceux des Marx Brothers) ou fantastiques (Peter Ibbetson) la sincérité et la haine de la fabrication commerciale qui doivent définir toute expression libre et à plus forte raison surréaliste. André Breton le premier, tant de fois excédé par les produits vantés des marchands et des critiques, a toujours professé une très grande réserve à l'égard du cinéma.

Avant même que le Premier Manifeste surréaliste ne soit publié, le futurisme et le dadaïsme s'étaient aussi exprimés par le cinéma. Dès 1914, le grand maître du futurisme, F. T. Marinetti, entreprit avec Valentine de Saint-Point la réalisation d'un film qui devait exprimer toutes les tendances de son mouvement. Le projet fut interrompu par la guerre, mais en 1916 Marinetti publia le Manifeste du cinéma futuriste. La même année, le metteur en scène de théâtre A. G. Bragaglia tourna Charme pervers (Perfido Incanto), film futuriste avoué dans lequel Lyda Borelli évolue avec grâce dans des décors impressionnistes : chaises déformées et murs constellés d'yeux immenses. De l'esprit futuriste se réclament également certains films soviétiques dont le plus intéressant est l'anticipation constructiviste de Protozanov : Aélita (1924), curieux voyage dans la planète Mars, et certains scénarios de V. Maïakowski (La Demoiselle et le voyou, 1918 ; Enchaînée par le film, 1919 ; les Trois, 1928).

Plus importantes sont les manifestations cinématographiques du mouvement dadaïste. Le cinéma n'est-il pas le meilleur moyen de démontrer la valeur de l'assertion de Tristan Tzara : « Tout ce qu'on regarde est faux » ? Contre le cinéma « littéraire », « théâtral », « psychologi [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : réalisateur de cinéma et de télévision, écrivain

Classification


Autres références

«  SURRÉALISME & CINÉMA  » est également traité dans :

L'ÂGE D'OR, film de Luis Buñuel

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 873 mots

Luis Buñuel (1900-1983) rêve qu'un nuage effilé coupe la lune, comme un rasoir tranche un œil ; Salvador Dalí, que des fourmis envahissent une main. Ils réalisent Un chien andalou (1928), avec l'argent que leur donne la mère de Buñuel. Coup d'essai, coup d'éclat : les surréalistes, alertés par Man Ray, adoptent le film et ses auteurs ; les Noailles, mécènes éclairés, propos […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-age-d-or/#i_48464

L'ATALANTE, film de Jean Vigo

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 912 mots

Dans le chapitre « Un cinéma lyrique »  : […] Le scénario initial est celui d'un roman populiste bien conventionnel. Le style de Vigo le transfigure complètement. La musique de Maurice Jaubert joue un rôle prépondérant. Le montage du film épouse le rythme de la partition et de ses grands thèmes. Les dialogues, nombreux et elliptiques, sont traités musicalement pour leur sonorité et non pour leur sens. C'est donc la bande sonore et le montage […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-atalante-jean-vigo/#i_48464

BUÑUEL LUIS (1900-1983)

  • Écrit par 
  • Jean COLLET
  •  • 2 716 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Fidélité au surréalisme »  : […] Luis Buñuel est né à Calanda, province de Teruel, le 22 février 1900. Il est l'aîné de sept enfants. Son père est libéral, sa mère catholique. Il fréquente le collège des jésuites à Saragosse, de huit à quinze ans, puis le lycée. À cette époque, il lit Darwin et perd la foi, mais, comme le héros de Tristana , don Lope, il aura toute sa vie des amis prêtres, religieux ou relig […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/luis-bunuel/#i_48464

CINÉMA (Cinémas parallèles) - Le cinéma d'avant-garde

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 11 531 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les avant-gardes historiques »  : […] Les avant-gardes dominent les années 1920 dans tous les domaines de la pensée : rien de plus normal, au sortir d’une guerre atroce, que de vouloir changer l’ancien monde et ses valeurs culturelles. Pour y voir plus clair, les historiens, et en particulier Georges Sadoul, ont subdivisé l’avant-garde cinématographique en trois périodes qui se chevauchent plus ou moins : l’« impressionnisme » françai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-cinemas-paralleles-le-cinema-d-avant-garde/#i_48464

DULAC GERMAINE (1882-1942)

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 1 422 mots

Dans le chapitre « Vers un cinéma intégral »  : […] À partir de 1925, la réalisatrice donne des conférences, participe activement au développement des ciné-clubs propices à diffuser la pensée par le film. En 1927, elle fonde le journal Schémas , qui n'aura qu'un seul numéro, où elle défend ses théories d'un « cinéma pur » ou « intégral » : « Lignes, surfaces, volumes évoluant directement, sans artifice d'évocation, dans la log […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/germaine-dulac/#i_48464

ERASERHEAD, film de David Lynch

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 876 mots

Dans le chapitre « Un film labyrinthique »  : […] Il est difficile de résumer un film entrecroisant scènes rêvées et scènes « réelles », mais improbables, parce que semées de détails étranges : le monstre traité comme un bébé normal, des plantes qui poussent sur des tables de nuit, se mêlent avec des comportements et des dialogues quotidiens. On a voulu le rattacher au surréalisme de Buñuel et de son Chien andalou (1928), m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eraserhead/#i_48464

RICHTER HANS (1888-1976)

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 801 mots
  •  • 1 média

Sa vie durant, Hans Richter est resté fidèle à un petit nombre de principes, au premier rang desquels une croyance quasi naïve à l'intérêt des découvertes technologiques. Sa position au sein du dadaïsme est à cet égard l'inverse de celle de Duchamp ou de Picabia, chez lesquels la fascination du machinisme s'acheva en dérision ou en lyrisme ludique. Le jeune peintre berlinois avait rencontré Marine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-richter/#i_48464

SURRÉALISME - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Hervé VANEL
  •  • 733 mots

1917 Le terme « surréaliste » est utilisé pour la première fois par Guillaume Apollinaire (1880-1918) dont la pièce de théâtre Les Mamelles de Tirésias est sous-titrée « Drame surréaliste en deux actes et un prologue ». Mars 1919 Premier numéro de la revue Littérature dirigé par Philippe Soupault […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surrealisme-reperes-chronologiques/#i_48464

ŠVANKMAJER JAN (1934- )

  • Écrit par 
  • Bernard GÉNIN
  •  • 807 mots

Né le 4 septembre 1934 à Prague, ancien élève de l’école des Arts appliqués et de l’Académie des beaux-arts, Jan Švankmajer a travaillé par la suite au sein du groupe théâtral Laterna Magika. Réalisateur inclassable, également graveur, sculpteur, céramiste, il fait de l’animation, non du dessin animé, et pratique également la prise de vue réelle avec acteurs. Pour son compatriote Milŏs Forman, so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jan-svankmajer/#i_48464

Pour citer l’article

Ado KYROU, « SURRÉALISME & CINÉMA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/surrealisme-et-cinema/