ALBRECHT GERD (1935-2014)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ardent défenseur de causes perdues et de partitions délaissées, le chef d’orchestre allemand Gerd Albrecht a mené une patiente carrière, à l’écart des sentiers battus, sans rien concéder de ses exigences musicales.

Gerd Albrecht

Gerd Albrecht

Photographie

Le chef d'orchestre allemand Gerd Albrecht a cherché à mieux faire connaître des compositeurs dont l'œuvre était mal connue ou tombée dans l'oubli. 

Crédits : YNSO

Afficher

Fils du musicologue Hans Albrecht, Gerd Albrecht naît à Essen le 19 juillet 1935. Il étudie à Kiel puis à Hambourg. À vingt-deux ans, il remporte le premier prix du concours international des jeunes chefs d’orchestre de Besançon – dans la catégorie « non professionnel » aujourd’hui disparue – puis, l’année suivante, celui du concours d’Hilversum (1958). Commence dès cette époque un parcours « à l’ancienne » qui l’amènera à se produire sur les principales scènes lyriques de culture germanique. Gerd Albrecht sera successivement chef assistant à l’Opéra de Stuttgart (1958-1961), puis premier chef aux Opéras de Mayence (1961-1963), de Lübeck (1963-1966) et de Kassel (1966-1972). Directeur musical de la Deutsche Oper de Berlin (1972-1976), il prend ensuite les rênes de l’Orchestre de la Tonhalle de Zurich (1975-1980). En 1988, il est nommé directeur général de la musique à l’Opéra de Hambourg, fonction qu’il assume jusqu’en 1997. Premier chef étranger à prendre la tête de la Philharmonie tchèque, au début de la saison 1993-1994, il se voit contraint à la démission, en 1996, en raison des relations houleuses avec ses musiciens. Il est alors invité par les grands festivals européens : Salzbourg, Munich, Édimbourg, Lucerne et Vienne. Il occupe ensuite les fonctions de chef principal du Yomiuri Nippon Symphony Orchestra de Tōkyō (1997-2007), puis de directeur musical de l’Orchestre symphonique de la Radio danoise (2000-2004). Il se passionne pour la transmission de la musique savante aux enfants et aux adolescents. Grâce à la Fondation pour les jeunesses musicales de Hambourg, dont il assure lui-même le financement, il publie à leur intention plusieurs ouvrages et une cinquantaine de téléfilms.

Personnalité discrète mais essentielle, Gerd Albrecht préfère au confort et aux facilités du grand répertoire les obscurs combats en faveur de compositeurs oubliés ou dépré [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Pierre BRETON, « ALBRECHT GERD - (1935-2014) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gerd-albrecht/