LAVAUDANT GEORGES (1947- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'activité théâtrale de Georges Lavaudant commence à Grenoble, sa ville natale. Au cours de stages organisés par le secrétariat d'État à la Jeunesse et aux Sports, il fait la connaissance des comédiens Philippe Morier-Genoud, Ariel Garcia-Valdes, Annie Perret, ses futurs compagnons de route. Sans autre formation théâtrale, il rejoint la jeune compagnie du Théâtre partisan durant la période de Mai-68, et en deviendra le principal animateur.

Les premiers spectacles du Théâtre partisan sont des créations collectives. Les Tueurs (1970) mêlent à une intrigue policière empruntée à Hemingway des textes originaux, des coupures de presse, des écrits sociologiques. Éléonore ou l'Étrange Rêve de six heures du matin (1972) est un montage à partir de textes de J.-M.-G. Le Clézio, de Lucien Goldmann et de l'antipsychiatre Ronald Laing. Les œuvres classiques ne sont pas à l'ordre du jour. Déjà se dessinent certaines des orientations esthétiques du metteur en scène Lavaudant : la technique du collage, l'évocation des préoccupations du temps dans leur désordre et leur éclatement, une théâtralité affirmée, un goût pour le faux-semblant et les intrigues policières présentes-absentes auxquelles recourront certains de ses spectacles futurs.

L'année 1973 est celle de la première subvention. Les pièces du répertoire ont désormais droit de cité. Lavaudant confie la scénographie de Lorenzaccio, de Musset, à Jean-Pierre Vergier, inaugurant une collaboration jusqu'à aujourd'hui ininterrompue. Suivra en 1975 Le Roi Lear de Shakespeare, « quelques lambeaux de l'histoire de Lear » représenté devant des toiles peintes et au milieu d'un désordre fantasmatique savamment disposé ; puis le collage-montage, de nouveau, avec La Mémoire de l'iceberg (1974), d'après Borges, Marx et Goldmann.

Le discours théorique forgé au sein de la troupe par la pratique de la sociologie, du structuralisme et de la sémiologie ne fait pas l'économie d'un travail corporel et concret. C'est du choc de la matière intellectuelle et de la réalité du plateau, d'une démarche critique [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : écrivain, metteur en scène, maître de conférences à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  LAVAUDANT GEORGES (1947- )  » est également traité dans :

MONNET GABRIEL (1921-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 558 mots

Acteur, metteur en scène et directeur de théâtre français, Gabriel Monnet fut, avec Jean Vilar, Hubert Gignoux, Jean Dasté, Roger Planchon, une des grandes figures de la décentralisation théâtrale. Né en 1921 à Montmédy (Meuse), il passe son enfance au Meynard, en Ardèche. Il se destine à l'enseignement lorsque éclate la Seconde Guerre mondiale. Refusant de rejoindre le S.T.O., il gagne le maquis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gabriel-monnet/#i_98555

LA MORT DE DANTON et LENZ, LÉONCE ET LENA (mises en scène)

  • Écrit par 
  • Anouchka VASAK
  •  • 933 mots

Comment expliquer l'insistante présence de Büchner sur les scènes françaises, notamment lors de la saison 2001-2002 ? Comment expliquer par ailleurs la transposition à la scène de Lenz , ce récit de l'errance du poète allemand dans les vallées vosgiennes ? Pour le dire autrement : à quoi tient la modernité de Büchner ? Quelle réflexion sur le « dramatique » suscite-t-elle ? […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-mort-de-danton-lenz-leonce-et-lena/#i_98555

Pour citer l’article

David LESCOT, « LAVAUDANT GEORGES (1947- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-lavaudant/