BERGER GASTON (1896-1960)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Industriel, philosophe et administrateur, fondateur du Centre universitaire international et des centres de prospective, directeur des Études philosophiques. Ayant dû abandonner ses études à la fin de la classe de troisième, Gaston Berger les reprend volontairement à vingt-cinq ans et passe son baccalauréat. Chef d'entreprise (fabrication d'engrais pour la floriculture), il consacre ses loisirs à la philosophie et prend ses grades universitaires (avec l'appui de René Le Senne, Maurice Blondel, Jacques Paliard). En 1941, il soutient ses thèses de doctorat : Le Cogito dans la philosophie de Husserl, Recherches sur les conditions de la connaissance. Essai d'une théorétique pure. Après la guerre, il devient professeur à l'université d'Aix-Marseille. En 1953, il est nommé directeur général de l'enseignement supérieur, fonction qu'il occupe jusqu'au début de 1960. En 1950 et 1954, il publie des études de caractérologie : Traité pratique d'analyse du caractère, Questionnaire caractérologique, Caractère et personnalité. En 1957, le tome XIX (Philosophie-Religion) de l'Encyclopédie française paraît sous sa direction. Un recueil posthume, Phénoménologie du temps et prospective, sort en 1964, par les soins d'Édouard Morot-Sir.

Comme philosophe, il a été le principal introducteur de la philosophie husserlienne en France ; il a secondé Le Senne dans l'approfondissement théorique et la mise en application pédagogique de la caractérologie de l'École hollandaise ; il a esquissé une phénoménologie de la mémoire, dans laquelle le devenir est une donnée concrète et le temps une notion construite, voire un mythe collectif, une illusion, qui permet aux hommes « de s'unir, d'espérer ensemble, de trembler ensemble, d'aimer ensemble, de travailler ensemble » (Communication à la Société française de philosophie, 3 juin 19 [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Écrit par :

  • : professeur de philosophie à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  BERGER GASTON (1896-1960)  » est également traité dans :

ENCYCLOPÉDIE

  • Écrit par 
  • Alain REY
  •  • 5 699 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre «  Les temps modernes »  : […] Après la tentative valeureuse et gigantesque de l'éditeur Panckoucke, cette Encyclopédie méthodique faite de nombreux traités, le genre entre dans une nouvelle ère. Le temps n'est plus des réflexions critiques de Bayle ou de Diderot ; l'encyclopédisme s'inscrit dans les besoins didactiques de la révolution industrielle et prend des styles différents suivant les cultures. En […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/encyclopedie/#i_26441

PROSPECTIVE

  • Écrit par 
  • Antoine BAILLY
  •  • 1 080 mots

Même si l'on peut prêter au terme prospective une origine anglaise, il est courant en France d'en attribuer la paternité à Gaston Berger qui, en 1957 (repris en 1967 dans Étapes de la prospective ), le propose comme une manière de réfléchir sur l'avenir. « Avant d'être une méthode ou une discipline, la prospective est une attitude » (Berger, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prospective/#i_26441

TEMPORALITÉ

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY
  •  • 315 mots

Terme abstrait, mais qui se veut concret. La temporalité est le temps vécu par la conscience, celui dont elle fait l'expérience et qui déploie, à partir du présent (seul moment que saisisse une attention opérante), un passé qui est fait de rétentions utilisées comme acquis et comme appoint pour l'action (mais c'est le présent qui somme et interprète ce qui fut actuel et ne l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/temporalite/#i_26441

Pour citer l’article

Henry DUMÉRY, « BERGER GASTON - (1896-1960) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaston-berger/