PROSPECTIVE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Même si l'on peut prêter au terme prospective une origine anglaise, il est courant en France d'en attribuer la paternité à Gaston Berger qui, en 1957 (repris en 1967 dans Étapes de la prospective), le propose comme une manière de réfléchir sur l'avenir. « Avant d'être une méthode ou une discipline, la prospective est une attitude » (Berger, Phénoménologie du temps et prospective, 1964), un champ libre pour l'invention de la vie future.

Dans la lignée du saint-simonisme, qui a servi de source d'inspiration à de nombreuses idéologies du xixe et du xxe siècle, la prospective vise ainsi à se libérer du fatalisme du destin. « Saint-Simon valorise le futur par rapport au présent et cherche à aborder de façon méthodique la problématique du devenir. Pour lui, l'idée prospective a pour fonction principale de laïciser le politique, en pensant l'avenir comme l'espace potentiel de réalisation d'un paradis terrestre... » (Pierre Musso, Saint-Simon, pionnier de la prospective, Futuribles, 2003). L'idée de prospective est donc ancienne, mais sa réalisation scientifique est plus récente.

La pensée de Gaston Berger est, en effet, développée par le Centre d'études prospectives, créé en 1957, pour « voir loin, voir large, analyser en profondeur, prendre des risques » et penser à l'homme en fonction d'une nouvelle liberté de choix. « Voir loin », car notre civilisation rapide s'arrache à la fascination du passé ; « voir large », car le futur offre une variété de possibles dont le choix nous appartient ; « analyser en profondeur », car toutes les structures porteuses d'avenir ne sont pas apparentes ; et « prendre des risques », car il n'y a pas de déterminisme et de certitude pour le futur. Gaston Berger ajoute « penser à l'homme » face à ces transformations majeures qui le concernent, car l'homme est au centre de toute réflexion sur la vie.

La prospective nous fait ainsi passer d'une attitude passive face au futur à une attitude active et créative. Elle est différente de la prévision, qui se confond avec la prédiction et la prophétie, et qui conçoit l'avenir selon une certaine fatalité liée au passé. L'accélération du changement, le déclin de l'attitude religieuse et la croyance en l'action de l'homme ont suscité ce passage de la prévision à la prospective. Il s'agit d'un glissement fondamental car, au lieu de rechercher une tendance dans le passé pour postuler sa continuité dans l'avenir, le chercheur explore, à son gré, le champ des possibles et l'anticipe.

La prospective constitue donc une rupture d'attitude face au futur. Démarche d'inspiration scientifique, elle puise dans le savoir humain pour imaginer l'avenir dans le cadre d'une volonté de changement. La démarche prospective est méthodique et critique. Elle cherche à « combiner l'identification des tendances lourdes, des risques et ruptures, pour modeler des visions stratégiques destinées à maîtriser le futur » (Musso, ibid). Elle est différente aussi de l'utopie, où souhaits et réalité se mélangent de façon inconsciente.

Michel Godet (Crise de la prévision, essor de la prospective, 1977) parle de « quête de rigueur » pour dépasser la prévision classique. Pour ce faire, il adopte une vision globale tenant compte de l'interdépendance des phénomènes et de leurs dynamiques, et propose d'utiliser l'analyse structurelle qui met en évidence les structures entre les variables (quantifiables ou non) qui caractérisent un système. Cette méthode introduit deux champs de questionnement : quelles sont les potentialités de développement des variables majeures ? Comment ensuite les relations entre ces variables vont-elles fonctionner ? Pour y répondre, Michel Godet propose d'utiliser, parmi diverses méthodes, l'approche des scénarios, c'est-à-dire d'évaluer la probabilité de futurs possibles en explorant les cheminements qui y conduisent. Ainsi la prospective donne-t-elle une vision multiple de l'avenir qui aide à une réflexion constructive sur celui-ci. « Elle peut, et c'est déjà d'un fort grand intérêt, aider à choisir, en mettant le maximum d'atouts de son côté, la stratégie qui, au milieu des contraintes de toutes sortes, sera le plus à même de réaliser le projet que l'on s'est fixé » (Godet, ibid).

L'aventure du prospectiviste, « ennemi né de la quotidienneté », consiste à découvrir, avec [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : docteur d'État, professeur à l'université de Genève (Suisse)

Classification

Les derniers événements

18 mars 2008 France. Nomination de secrétaires d'État

Éric Besson, déjà en charge auprès du Premier ministre de la Prospective et de l'Évaluation des politiques publiques, prend également la responsabilité du Développement de l'économie numérique. Le gouvernement compte désormais, Premier ministre compris, trente-huit membres dont treize femmes.  […] Lire la suite

2-29 mai 2007 France. Élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République et formation par François Fillon du nouveau gouvernement

) est secrétaire d'État à la Prospective et Évaluation des politiques publiques, auprès du Premier ministre; Dominique Bussereau est secrétaire d'État aux Transports, auprès du ministre de l'Écologie, du Développement et de l'Aménagement durables; Jean-Pierre Jouyet (ancien collaborateur de Lionel Jospin à Matignon) est secrétaire d'État aux Affaires européennes, auprès du ministre des Affaires étrangères et européennes. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Antoine BAILLY, « PROSPECTIVE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/prospective/