FU [FOU], genre littéraire chinois

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'évolution du genre

Dans les siècles qui suivent les Han, les seuls auteurs du fu qui aient quelque importance sont Pan Yue (mort en 300) avec son « Fu de la marche vers l'Ouest » et Zuo Si (mort vers 306) avec son « Fu des trois capitales » et, dans un genre très différent, Lu Ji (261-303), dont le « Fu de la littérature » est en fait le premier traité d'esthétique littéraire.

Sous le nom de fu, on aura désormais une très grande variété de sujets. Un recueil qui en fut constitué au début du xviiie siècle réunit environ quatre mille pièces qui sont classées, d'après leurs sujets en trente-huit catégories. La plupart des grands auteurs de la littérature chinoise ont écrit des fu. Comme le montre l'œuvre de Du Fu (712-770), ce sont souvent des poèmes à la gloire de l'empereur : le fu a gardé de ses origines le caractère d'une poésie de cour, car sa forme littéraire se prête au dithyrambe. Mais le titre de fu est donné aussi, dans la littérature bouddhique et populaire des Tang (618-907), à des sortes de parodies humoristiques comme le « Fu de l'hirondelle », satire de la justice de l'époque.

Avec la dynastie des Song (960-1279), les descriptions très élaborées, le vocabulaire recherché, les allusions obscures ont fait place à des réflexions philosophiques, à l'expression des sentiments personnels de l'auteur, comme en témoignent le « Fu des sons de l'automne » de Ouyang Xiu (1007-1072) et plus encore les deux « Fu de la falaise rouge » de Su Shi (1036-1101). Si la forme est voisine de la prose, à part une certaine cadence et quelques rimes, l'évocation d'une nature où l'homme trouve une beauté dont son cœur est envoûté, l'atmosphère de mysticisme qui se dégage de la ferveur des phrases donnent aux poèmes une résonance lyrique qui manquait aux premiers fu. Si le fu a toujours hésité entre la poésie et la prose, les deux se trouvent conciliées dans ce que l'on peut appeler, au sens baudelairien, un véritable « poème en prose ». Mais on est alors très loin des origines.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-VII, directeur de l'Institut des hautes études chinoises au Collège de France

Classification

Autres références

«  FU [ FOU ], genre littéraire chinois  » est également traité dans :

BAN GU [PAN KOU] (32-92)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DIÉNY
  •  • 303 mots

Des trois enfants du lettré Ban Biao, l'un, Ban Chao, fut un valeureux capitaine, les deux autres, Ban Gu et leur sœur Ban Zhao, de grands historiens. Pour réaliser le projet de son père, Ban Gu entreprit de donner une suite aux Mémoires historiques ( Shiji ) de Sima Qian. D'abord mis en prison pour avoir pris l'initiative d'écrire l'histoire de l'État, il reçut finalement l'ordre de poursuivre s […] Lire la suite

CAO PI [TS'AO P'I] ou CAO PEI [TS'AO P'EI] (187-226) empereur sous le nom de WENDI [WEN-TI] (220-226)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DIÉNY
  •  • 401 mots

À la mort de Cao Cao (220), le vainqueur de la guerre civile où sombra la dynastie des Han, Cao Pi (ou Cao Pei), son fils aîné, lui succéda comme roi de Wei et Premier ministre du dernier empereur des Han. Quelques mois plus tard, celui-ci renonçait à son trône en faveur de Cao Pi, qui fonda la dynastie des Wei. C'était la première fois dans l'histoire de Chine qu'une abdication consommait un chan […] Lire la suite

CHINOISE (CIVILISATION) - La littérature

  • Écrit par 
  • Paul DEMIÉVILLE, 
  • Jean-Pierre DIÉNY, 
  • Yves HERVOUET, 
  • François JULLIEN, 
  • Angel PINO, 
  • Isabelle RABUT
  •  • 45 739 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La poésie »  : […] Ce n'est guère que chez quelques poètes, comme on l'a déjà dit, que l'inspiration taoïste resta productive sous les Han. Ces poètes s'inspiraient eux-mêmes des Paroles de Chu , dont l'élan mystique s'assagit peu à peu et donna naissance à ce qu'on appela le fu , sorte de récitatif libre, dont le ton restait incantatoire et très soutenu, mais qui tourna peu à peu, sous les Han, au genre descriptif, […] Lire la suite

JIAN'AN [KIEN-NGAN] LES SEPT POÈTES DE LA PÉRIODE (196-220)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DIÉNY
  •  • 1 634 mots

Dans le chapitre « Pour l'avenir de la poésie »  : […] Au crédit de ces auteurs, il faut mettre encore deux réalisations d'une grande portée. Tout d'abord l'élargissement du domaine de la poésie shi . Grâce à eux, l'art poétique englobe désormais sans honte la poésie chantée, autrefois cultivée par les musiciens de la cour et leurs imitateurs anonymes. Non content de cette annexion, il mord aussi sur le genre littéraire le plus noble, le plus raffiné, […] Lire la suite

JIA YI [KIA YI] (201-169 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Yves HERVOUET
  •  • 684 mots

Le premier des auteurs connus de fu est Jia Yi, dont la biographie nous est retracée dans le Shi ji de Sima Qian, à la suite de celle de son grand modèle, Qu Yuan. L'historien nous trace les grandes lignes d'une existence qui a été, elle aussi, un archétype. Homme du nord de la Chine, Jia Yi était capable à dix-huit ans de réciter les classiques des documents et de la poésie, et la renommée de so […] Lire la suite

LU JI [LOU KI] (261-303)

  • Écrit par 
  • Donald HOLZMAN
  •  • 373 mots

Poète et général chinois, Lu Ji descend d'une longue lignée d'aristocrates sudistes, de la région de Suzhou, royaume indépendant lors de sa naissance mais qui fut conquis par les Jin en 280. Quelques années plus tard, Lu Ji et son frère Lu Yun se rendent dans la nouvelle capitale, Luoyang, où ils sont reçus avec un mélange de mépris (pour leurs origines sudistes) et d'admiration (pour leurs talent […] Lire la suite

SIMA XIANGRU [SSEU-MA SIANG-JOU] (env. 179-117 av. J.-C.)

  • Écrit par 
  • Yves HERVOUET
  •  • 1 198 mots

Dans le chapitre « Poète et courtisan »  : […] Les œuvres attribuées à Sima Xiangru que l'on peut considérer comme authentiques, qu'elles soient en prose ou dans cette forme mi-prosaïque mi-versifiée qu'on appelle le fu , sont tout entières contenues dans le Shi ji de Sima Qian, composé quelques dizaines d'années après la mort du poète. Il est certain cependant qu'on se trouve devant un choix de textes, de ceux qui ont paru à son premier biog […] Lire la suite

SU SHI [SOU CHE] (1037-1101)

  • Écrit par 
  • Yves HERVOUET
  •  • 2 028 mots

Dans le chapitre « L'œuvre littéraire »  : […] Il s'agit bien ici de toute l'œuvre littéraire de Su Shi, et non pas seulement de son œuvre poétique, bien que celle-ci soit de beaucoup la plus célèbre. Ses écrits en prose sont en effet nombreux et quelques-uns sont restés fameux. Il écrit une langue qui a subi l'influence du retour à l'antique (  gu wen ) de Han Yu, où l'expression est empreinte de clarté et de force. On a de lui, dans le recue […] Lire la suite

Pour citer l’article

Yves HERVOUET, « FU [FOU], genre littéraire chinois », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/fu-fou-genre-litteraire-chinois/