RAIFFEISEN FRIEDRICH WILHELM (1818-1888)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Petit-fils de pasteur, issu d'une famille très modeste, profondément croyant, inspiré par le christianisme social de la seconde moitié du xixe siècle, Friedrich Wilhelm Raiffeisen est le fondateur de la mutualité de crédit.

Fonctionnaire civil du gouvernement royal prussien à Coblence, il est nommé, à vingt-sept ans, en 1845, bourgmestre du district de Weyerbusch, puis, en 1848, du district de Flammersfeld et, enfin, maire de Heddesdorf, au sud-est de Bonn.

Ému par la disette de 1846-1847, il crée une association charitable et un fournil coopératif communal. Il découvre les méfaits de l'usure dans le monde paysan et cherche le moyen de financer l'agriculture à des taux raisonnables. Soucieux de dépasser le stade de la simple charité, il met progressivement au point les « caisses mutuelles de dépôts et de prêts ».

Les principes sur lesquels repose l'organisation de ces caisses, fondées sur la libre adhésion de leurs membres, appelés aussi « sociétaires », sont très cohérents : la solidarité entre les prêteurs et les emprunteurs est illimitée, et engage leurs biens propres ; les crédits ne peuvent être accordés qu'aux sociétaires ; la circonscription géographique de la Caisse est restreinte, de façon à ce que chacun puisse se connaître (c'est le corollaire de la responsabilité illimitée) ; les fonctions d'administrateur, représentant les sociétaires, sont bénévoles ; l'excédent financier, après remboursement des prêts et versement des intérêts aux prêteurs, n'est pas distribué et demeure la propriété de l'association.

À partir de la Rhénanie, les Caisses Raiffeisen s'étendent en Hesse, en Westphalie, en Bavière, puis dans toute l'Allemagne, et, en 1882, en Alsace-Lorraine. En 1869, Raiffeisen met en place des caisses régionales, pour exercer la compensation entre les caisses locales et la gestion des excédents de dépôts. Les caisses locales en sont les actionnaires. En 1874, il crée un troisième degré financier avec la Caisse centrale de prêt à l'agriculture, qui parachève l'édifice et aura pour mission de contrôler l'ensemble des caisses, lorsque ce contrôle est rendu obligatoire par la loi allemande du 1er mai 1889 sur les associations coopératives.

À sa mort, Friedrich Wilhelm Raiffeisen aura mis en place tous les éléments du Crédit mutuel : les principes de fonctionnement des caisses locales, les trois degrés, la compensation financière, le contrôle.

Ce système est à l'origine du Crédit agricole et du Crédit mutuel en France, de la Raiffeisen Bank en Allemagne, des Caisses Raiffeisen en Suisse, des Caisses Desjardins au Québec, de la Rabobank en Hollande, de la C.E.R.A. en Belgique, ainsi que d'innombrables banques coopératives à travers le monde.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé de l'Université, diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris

Classification

Autres références

«  RAIFFEISEN FRIEDRICH WILHELM (1818-1888)  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Géographie) - Géographie économique et régionale

  • Écrit par 
  • Guillaume LACQUEMENT
  •  • 12 050 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Des campagnes intégrées »  : […] L'agriculture, en revanche , occupe une place modeste dans l'économie avec 1,5 p. 100 des actifs et un peu moins de 1 p. 100 du PIB (2015). Mais par l'intégration de cette activité dans des filières agroindustrielles puissantes et surtout par les formes d'occupation du sol et de mise en valeur, l'agriculture continue de structurer des espaces ruraux auxquels la grande majorité des Allemands resten […] Lire la suite

ÉCONOMIE SOCIALE

  • Écrit par 
  • Éric BIDET
  •  • 6 004 mots

Dans le chapitre « L'école de Le Play (ou école de la charité) »  : […] Plus que sur la volonté d'émancipation des travailleurs, l a deuxième tradition s'appuie sur les valeurs liées à la charité chrétienne et, plus largement, au christianisme social, qui insistent sur l’obligation de solidarité des nantis envers les plus défavorisés, et préconise davantage le patronage que l'association ouvrière ou la communauté. Elle valorise la figure du patron éclairé dont l’autor […] Lire la suite

MICROCRÉDIT

  • Écrit par 
  • Marie GODQUIN, 
  • Solène MORVANT-ROUX
  •  • 6 223 mots

Dans le chapitre « Les premières coopératives de crédit »  : […] Comme de nombreuses institutions de microcrédit, les coopératives de crédit ainsi que les tontines offrent des prêts par l'intermédiaire de groupes. Le fait que les participants ne puissent choisir le moment où ils bénéficieront du « pot » (excepté dans le cas des tontines à enchère) ou la taille de celui-ci font des tontines plus un moyen d'épargner que d'obtenir des crédits. Alors que les tonti […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Paul ROCQUET, « RAIFFEISEN FRIEDRICH WILHELM - (1818-1888) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-wilhelm-raiffeisen/