SCHILLER FRIEDRICH VON (1759-1805)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sans patrie et sans roi

La deuxième partie de la jeunesse de Schiller, jusqu'à son mariage avec Charlotte von Lengefeld (1790), est la période la plus mouvementée de sa vie. Fugitif sans ressources, caché à Bauerbach comme jadis Luther à la Wartburg, pendant un an poète attitré du théâtre de Mannheim, puis éditeur d'une revue en déficit (Die Rheinische Thalia) il connaît enfin la tranquillité grâce à l'hospitalité généreuse que des admirateurs (Körner et ses amis) lui offrent à Leipzig et à Dresde ; c'est pour lui l'heure de l'amitié, la plus exaltante de sa vie, celle de l'Hymne à la joie (An die Freude, 1785). Mais bientôt il cherche un appui féminin, et le trouve en la personne de la douce et raisonnable Charlotte. En même temps, il s'installe dans la société en qualité de professeur à l'université d'Iéna.

Non moins décisive, pendant ces huit années, est l'évolution de son art et de sa pensée. Il monnaye d'abord le bagage de Stuttgart : la fluctuation des sentiments, thèse centrale de sa psychophysiologie, rend compte des faits et gestes de ses principaux héros, notamment dans La Conjuration de Fiesque (Die Verschwörung des Fiesko zu Genua, 1782-1783), mise en scène d'une tentative de libération que l'ambition dévie et fait échouer, également dans Intrigue et amour (Kabale und Liebe, 1784), parfois aussi dans Don Carlos (1783-1787). D'autres thèmes familiers à l'élève de l'Akademie, y sont repris : grandeur et limites du génie (Fiesque), ferveur et conflits de l'amitié (Fiesque et surtout Don Carlos), puissance et emportements de l'amour qui, dans Intrigue et amour, apparaît comme une force divine renversant les barrières sociales mais condamnée, dans une société où règnent la convention et l'intérêt, à devenir une fatalité meurtrière. Enfin, la lutte contre la mode se poursuit : disciple de A. von Haller et de Rousseau, Schiller affirme son goût pour la nature et les mœurs simples en stigmatisant la vie scandaleuse des cours, les crimes des puissants et aussi la mondanité affectée, dont le baron von Kalb (Kabale und Liebe) est l'immortelle illustration. En ce de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages


Écrit par :

  • : agrégé d'allemand, docteur de l'université de Metz, maître assistant honoraire

Classification


Autres références

«  SCHILLER FRIEDRICH VON (1759-1805)  » est également traité dans :

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 521 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « Le Sturm und Drang »  : […] On dénomme conventionnellement Sturm und Drang la période qui va de 1770 à 1785 environ : quinze années essentielles puisqu'elles voient naître Götz von Berlichingen (1773), Werther (1774), la version primitive de Faust ( Urfaust ) terminée avant 1775, ainsi que les quatre premiers drames de Schiller. La cri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemandes-langue-et-litteratures-litteratures/#i_3951

DON CARLOS, Friedrich von Schiller - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Louis BESSON
  •  • 945 mots
  •  • 1 média

Don Carlos, Infant d'Espagne est écrit entre 1783 et 1787. Cette longue période de composition reflète les hésitations de Schiller quant à l'orientation générale et à la forme de sa pièce. Elle est d'abord conçue comme un « drame de famille dans une maison princière », dont le personnage principal est le fils de Philippe II, l'infant d'Espagne don Carlos. Après avoir rédigé […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/don-carlos/#i_3951

DRAME - Drame romantique

  • Écrit par 
  • Anne UBERSFELD
  •  • 4 631 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Schiller »  : […] Mais la grande figure du drame romantique allemand est celle de Schiller , qui donne le premier exemple achevé d'un drame mettant en jeu la contradiction entre la fatalité tragique et la liberté du héros. Schiller est parvenu à faire se croiser un drame passionnel et un problème historique ; sa première œuvre, Les Brigands (1781), a connu un succès éclatant. Elle traduit ave […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/drame-drame-romantique/#i_3951

ESTHÉTIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 11 893 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De Schelling à Hegel »  : […] La Critique du jugement ouvre l'époque moderne de l'esthétique. C'est d'abord à la faveur de ce qu'enseigne Kant que Goethe peut voir dans le Beau l' Urphänomenon (le phénomène premier) et que Schiller décèle en l'art une puissance infinie, susceptible d'embrasser, dans l'« illimité » du jeu, toutes les tentatives humaines – cela grâce à la limitation r […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetique-histoire/#i_3951

GOETHE JOHANN WOLFGANG VON

  • Écrit par 
  • Pierre BERTAUX
  •  • 4 732 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le lieu créateur »  : […] Si douloureux que ce soit, Goethe s'arrache à l'enchantement italien et retourne à Weimar. Il dira plus tard n'avoir plus jamais retrouvé ce qu'il avait connu en Italie : le bonheur. Mais la loi de l'homme n'est pas de chercher le bonheur et, une fois atteint, de s'y complaire ; sa loi, c'est de faire son métier d'homme là où le destin lui en fournit l'occasion et le moyen ; la condition de l'homm […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/johann-wolfgang-von-goethe/#i_3951

HÖLDERLIN FRIEDRICH (1770-1843)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre LEFEBVRE
  •  • 4 965 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Waltershausen-Iéna : “Hypérion” »  : […] Schiller n'est pas seulement l'inspirateur poétique de toute une génération. C'est aussi le mentor proche : un Souabe qui soutient les Souabes dans le monde des lettres allemandes, qui les présente au grand Goethe, leur ouvre les colonnes des revues. Par son intermédiaire, Hölderlin obtient sa première place de précepteur, à Waltershausen, chez la baronne Charlotte von Kalb, une femme passionnée, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-holderlin/#i_3951

JACQUES LE FATALISTE ET SON MAÎTRE, Denis Diderot - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe ABRAMOVICI
  •  • 964 mots

Composé de 1771 à 1783, Jacques le fataliste ne fut connu du vivant de Diderot (1713-1784) que de la poignée de lecteurs princiers ou privilégiés de la Correspondance littéraire , périodique manuscrit qui le publia en une quinzaine de livraisons, de novembre 1778 à juin 1780, complétées par deux importantes séries d'additifs en juillet 1780 et avril 178 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-le-fataliste-et-son-maitre/#i_3951

JEANNE D'ARC (1412-1431)

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 4 335 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Jeanne après Jeanne »  : […] Jeanne avait de son vivant connu une célébrité due surtout à l'étonnement de voir la Pucelle « passer de la garde des brebis à la tête des armées du roi de France ». Au lendemain de sa mort son souvenir fut tantôt honoré, tantôt exploité, bien que, à la cour et au sommet de la hiérarchie ecclésiastique, on fût porté à faire silence sur elle pour attribuer à Dieu seul et à son intérêt pour la monar […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeanne-d-arc/#i_3951

NÉO-CLASSICISME (littérature)

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 010 mots

Il semble aller de soi que le néo-classicisme se définit par rapport au classicisme. Or, au moins en littérature, ce dernier est une notion étroite, d'ailleurs problématique : elle ne vaudrait que pour la France, et durant une courte période (les années 1660-1680). Faut-il en déduire qu'il n'y aurait de néo-classicisme que français, ou en rapport avec le modèle français ? Au contraire, l'expressi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/neo-classicisme-litterature/#i_3951

OPPOSITION CONCEPT D'

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 18 813 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Freud et la pensée romantique »  : […] D'après certains historiens, « il serait peut-être temps aujourd'hui de s'interroger sur les sources romantiques du freudisme » (A. Faivre, 1974). Inspiré par le célèbre cours que donna Alexandre Kojève de 1933 à 1939 sur la Phénoménologie de l'esprit de Hegel ( Introduction à la lecture de Hegel , 1947), Lacan a pressenti, bien que de façon partielle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/concept-d-opposition/#i_3951

ROMANTISME

  • Écrit par 
  • Henri PEYRE, 
  • Henri ZERNER
  •  • 22 144 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le préromantisme »  : […] Depuis 1900 environ, les historiens littéraires ont inventé la qualification de préromantique pour désigner les pionniers qui, dès le milieu du xviii e  siècle, mécontents de l'intellectualité parfois sèche qu'ils trouvaient autour d'eux, avaient déjà quelques pressentiments d'un climat nouveau de sensibilité et voulaient l'exprimer dans la littér […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/romantisme/#i_3951

STURM UND DRANG

  • Écrit par 
  • Pierre GRAPPIN
  •  • 2 230 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un phénomène de génération »  : […] En Allemagne, la réaction à la philosophie des Lumières apparaît vers 1770, particulièrement en Rhénanie. Le mouvement a eu pour centre des villes comme Darmstadt, Stuttgart, Francfort et Strasbourg, qui, bien que française, avait une université de langue allemande. Goethe, Klinger (1752-1831), H. L.  Wagner (1747-1779) étaient nés dans les pays du Rhin ; les frères Jacobi étaient de Düsseldorf, m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sturm-und-drang/#i_3951

SUBLIME

  • Écrit par 
  • Philippe LACOUE-LABARTHE
  •  • 6 168 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Sublime et métaphysique »  : […] Tel est, semble-t-il, le fond de la problématique du sublime. Et tel est ce qui la définit comme une problématique proprement métaphysique, en somme toujours affrontée à ce paradoxe matriciel qui est peut-être le paradoxe même de l'ontologie : dans le sublime, c'est la nature qui demande à l'art de la seconder, de la faire être afin qu'elle se révèle. Mais du coup elle supprime l'art, au sens de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sublime/#i_3951

THÉÂTRE OCCIDENTAL - La dramaturgie

  • Écrit par 
  • Christian BIET, 
  • Hélène KUNTZ
  •  • 12 310 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une dramaturgie de la réception »  : […] L'intérêt porté, au xviii e  siècle, à la réception de la pièce de théâtre inscrit d'emblée la dramaturgie dans une économie de la représentation. Ainsi Diderot, s'attachant à déconstruire les codes de la dramaturgie classique, adopte-t-il le point de vue du spectateur. De la poésie dramatique oppose le public du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-la-dramaturgie/#i_3951

Pour citer l’article

Raoul MASSON, « SCHILLER FRIEDRICH VON - (1759-1805) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-von-schiller/