FRÉDÉRIC-GUILLAUME Ier (1688-1740) roi de Prusse (1713-1740)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né trois mois après la mort du Grand Électeur, Frédéric-Guillaume Ier devient roi de Prusse le 25 février 1713. Son père Frédéric Ier a obtenu pour la famille des Hohenzollern le titre royal. Sa mère Sophie-Charlotte de Hanovre, amie de Leibniz, meurt à trente-sept ans (1705). L'année suivante, Frédéric-Guillaume épouse sa cousine germaine Sophie-Dorothée dont il aura le futur Frédéric II. Doté d'un esprit d'économie, soldat né (il a reçu le surnom de Roi-Sergent), Frédéric-Guillaume admire l'état militaire et, pour lui, l'armée et l'État, le militaire et le civil se confondent. Sa théologie est simple ; la crainte de Dieu et du péché. De confession réformée, mais de sympathies luthériennes, il fait célébrer dans son État le bicentenaire de Luther en 1717, il protège les piétistes de Halle, prend parti pour leur chef de file August Hermann Franke contre Christian Wolf, taxé de rationalisme, qu'il expulse de ses États par l'ordre de cabinet du 8 novembre 1723. L'école de Halle, où brille Thomasius, où Franke a introduit le piétisme de Spener et Wolf la logique rationnelle, est alors la pépinière des fonctionnaires et pasteurs de la monarchie.

Le dessein du roi est de créer une monarchie militaire. À la base, il faut de l'argent et des hommes ; avec le premier il peut acheter les seconds. Il réduit donc les dépenses en abandonnant la politique de prestige : liquidation de la Cour et de son personnel, diminution du nombre des fonctionnaires et de leur traitement. Il entreprend la mise en valeur des ressources foncières par la colonisation et le peuplement de la Prusse orientale où se développe l'instruction primaire, l'établissement d'un cadastre, une administration plus rationnelle du domaine, et où des baux temporaires remplacent les baux emphytéotiques. Il introduit le mercantilisme que Colbert a développé en France : interdiction de l'exportation de la laine brute et de l'usage des draps étrangers, tentative pour créer des manufactures. Ne fa [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : doyen de la faculté des lettres et sciences humaines de Strasbourg

Classification


Autres références

«  FRÉDÉRIC-GUILLAUME I er (1688-1740) roi de Prusse (1713-1740)  » est également traité dans :

FRÉDÉRIC II DE PRUSSE (1712-1786)

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 3 129 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les événements du règne »  : […] Fils du prince héritier (le futur Frédéric-Guillaume I er , qui devait régner de 1713 à 1740) et de Sophie-Dorothée de Hanovre, Frédéric naît à Berlin. C'est à sa gouvernante Mme de Rocoules et à son précepteur Duhan de Jandun, protestants émigrés après la révocation de l'édit de Nantes, que le futur roi de Prusse doit son goût pour la langue et la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frederic-ii-de-prusse/#i_31888

PRUSSE

  • Écrit par 
  • Michel EUDE
  •  • 8 220 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le royaume de Prusse au XVIIIe siècle »  : […] La subtilité grammaticale par laquelle l'empereur avait cru limiter la portée de ce qu'il avait concédé ne devait pas être durable. Dès le règne de Frédéric-Guillaume I er (1713-1740), l'appellation de roi de Prusse prévaut dans les chancelleries. Curieux personnage que ce roi, chez qui les traits ridicules et même odieux coexistent avec une trè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prusse/#i_31888

Pour citer l’article

Georges LIVET, « FRÉDÉRIC-GUILLAUME Ier (1688-1740) - roi de Prusse (1713-1740) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/frederic-guillaume-ier/