VILLON FRANÇOIS (1431-apr. 1463)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Celui qui, du Lais au Testament, a tout dispersé, ses biens fictifs et sa personne, celui qui n'avait rien d'un père mais se voulait un fils, un enfant, « un pauvre petit écolier » (Le Testament, « Épitaphe et rondeau »), est érigé depuis Boileau en père de la poésie française : « Villon sut le premier, dans ces siècles grossiers / Débrouiller l'art confus de nos vieux romanciers » (Art poétique). Tour ironique du destin, signature du génie. L'œuvre de François Villon, sa renommée littéraire ne manquent pas de tels paradoxes.

« Et ne sait comment on me nomme »

Villon, c'est d'abord un nom que nous livre une œuvre courte et dense en des points stratégiques : l'ouverture et la clôture des textes. Ainsi du Lais encadré entre un « Je, Françoys Villon, écolier » et un « Fait au temps de la dite date / Par le bien renommé Villon ». Ainsi du Testament qui s'achève par : « Ici se clôt le testament / Et finit du pauvre Villon » (« Ballade finale »). Ainsi d'un certain nombre de ballades qui offrent dans leur refrain, ou affichent en acrostiche, le nom Villon : « Par mon conseil prends tout en gré, Villon ! » de la Ballade de fortune, « Le laisserez là, le pauvre Villon ? » de l'Épître à ses amis ; signature verticale de la Ballade des contre-vérités, de la Ballade de bon conseil, du Débat de Villon et de son cœur, par exemple. Villon, dans tous les sens.

Un nom, mais aussi des noms que nous fournissent des documents, de deux ordres essentiellement : les archives de l'université de Paris et celles de la justice. Villon, c'est alors « François de Montcorbier, Parisien », du registre de la nation de France, c'est « maistre François des Loges, autrement dit de Villon » et « Françoys de Monterbier, maistre es ars » des lettres de rémission accordées par le roi Charles VII en janvier 1455 et janvier 1456 ; c'est aussi Michel Mouton, surnom sous lequel François Villon se fait panser après la rixe dans laquelle il tue le prêtre Philippe Sermoise. Les archives nous permettent en effet de suivre François Vil [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses, agrégée de lettres modernes, docteur d'État, professeur de littérature française médiévale à l'université de Genève (Suisse)

Classification


Autres références

«  VILLON FRANÇOIS (1431-apr. 1463)  » est également traité dans :

LE TESTAMENT, François Villon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 940 mots

Composé selon François Villon (1431-apr. 1463) dans la nuit de Noël 1456, le Lais avait utilisé en le parodiant le motif courtois de la « départie » d'amour de « l'amant martyr », afin de distribuer sur le mode burlesque des legs inexistants, sans valeur, franchement orduriers ou obscènes à des destinataires bien réels appartenant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-testament/#i_6184

ARGOT

  • Écrit par 
  • Pierre GUIRAUD
  •  • 4 119 mots

Dans le chapitre « Le milieu »  : […] Le plus ancien document de la littérature jargonnesque est constitué par six ballades en jargon jobelin écrites par Villon et qui figurent en appendice de son œuvre. Voici la première strophe de la première de ces ballades :  Aparouart la grant mathegaudie  Ou accolez sont duppez et noirciz  Et par les anges suivants la paillardie  Sont greffiz et print cinq ou six  Là sont bleffleurs au plus haul […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/argot/#i_6184

COQUILLARDS

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 542 mots

Dès la conclusion du traité d'Arras (1435) entre Charles VII et Philippe le Bon, une partie des troupes utilisées au cours de la lutte des Armagnacs et des Bourguignons devient inutile, d'autant plus que le roi de France a déjà entamé la création du noyau d'une armée permanente. Après la trêve de 1444, le roi renvoie une partie des « écorcheurs », quelque 30 000 routiers, en Suisse et en Alsace. I […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coquillards/#i_6184

GOLIARDS

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 386 mots

Mot d'étymologie incertaine (Goliath, l'adversaire de David ?) désignant un prétendu groupe social qui, issu des milieux cléricaux, se serait signalé, au Moyen Âge, et plus particulièrement au xiii e siècle, par son attitude subversive. Et il est exact qu'à plusieurs reprises, notamment au concile de Trèves (1227) et au concile de Rouen (1241), l'Église fulmine contre l'inconduite de « clercs rib […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/goliards/#i_6184

JOBELIN

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 336 mots

Dans la première édition imprimée de François Villon (Pierre Levet, 1489), six ballades en argot sont rassemblées sous le titre : Jargon et jobellin . Le second terme doit préciser le premier ; on pense qu'il désigne le jargon des gueux ; mais, si on le rapproche du mot « jobe » (niais, sot), on peut se demander s'il ne s'applique pas au langage des « sots » et de la « sottie », dont l'obscurité e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jobelin/#i_6184

Voir aussi

GUILLAUME CRÉTIN    DESCHAMPS    JARGON    JONGLEURS    LYRISME MÉDIÉVAL

Pour citer l’article

Jacqueline CERQUIGLINI-TOULET, « VILLON FRANÇOIS (1431-apr. 1463) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-villon/