VILLON FRANÇOIS (1431-apr. 1463)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un lignage littéraire

Mais si la figure que le poète construit dans son œuvre s'ancre dans son expérience, elle jaillit aussi du nom dont il se re-nomme : Villon, celui de son « plus que père » (Le Testament, huitain 87), Guillaume de Villon. Les termes Guillaume et Villon proviennent tous deux du même mot guille qui désigne la ruse, et la langue connaît des dérivés nombreux du mot villon, tels que villonner, villonnizer, au sens de « voler », « tromper ». Cette silhouette a sa source également dans une tradition littéraire, celle du goliard, du clerc vagant, déclassé, vagabond, qui chante le vin et les filles, et qui exerce son esprit à la satire et à la dérision. En témoignent, entre autres, la « Ballade et Oroison pour l'âme du bon feu maistre Jehan Cotart », « Père Noé qui plantâtes la vigne » (Le Testament) et la « Ballade de la belle Hëaumière aux filles de joie », avec ses adresses à la « belle Gantière » et à « la gente Saucissière » (ibid.).

François Villon s'inscrit dans un lignage littéraire qui va d'Hugues Primat et de l'Archipoète au xiie siècle, à Rutebeuf au xiiie siècle, et à Eustache Deschamps au siècle suivant. Est-ce cette filiation que le poète désigne, de biais, lorsqu'il écrit dans le trente-cinquième huitain du Testament : « Pauvre je suis, de ma jeunesse, / De pauvre et de petite extrace ; / Mon père n'ot onc grand richesse, / Ne son aïeul nommé Orace » ?

Villon est-il de la race d'Horace ? Le jeu est sérieux. Il se poursuit lorsque le poète désigne, en lieu de lien, des légataires.

Deux forces majeures animent l'écriture de Villon : la discontinuité (travail sur la ligne brisée) et l'ambiguïté qui joue de la superposition des niveaux de sens et de leur mise en doute respective. La discontinuité chez Villon est une poétique, c'est-à-dire un choix. Le poète désigne lui-même certains passages de son texte comme digressions : « En cet incident me suis mis » (Le Testament, huitain 33), et, qui plus est, digressions inutiles : « Qui de rien ne sert à mon fait » (ibid.) [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses, agrégée de lettres modernes, docteur d'État, professeur de littérature française médiévale à l'université de Genève (Suisse)

Classification


Autres références

«  VILLON FRANÇOIS (1431-apr. 1463)  » est également traité dans :

LE TESTAMENT, François Villon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Emmanuèle BAUMGARTNER
  •  • 940 mots

Composé selon François Villon (1431-apr. 1463) dans la nuit de Noël 1456, le Lais avait utilisé en le parodiant le motif courtois de la « départie » d'amour de « l'amant martyr », afin de distribuer sur le mode burlesque des legs inexistants, sans valeur, franchement orduriers ou obscènes à des destinataires bien réels appartenant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-testament/#i_6184

ARGOT

  • Écrit par 
  • Pierre GUIRAUD
  •  • 4 119 mots

Dans le chapitre « Le milieu »  : […] Le plus ancien document de la littérature jargonnesque est constitué par six ballades en jargon jobelin écrites par Villon et qui figurent en appendice de son œuvre. Voici la première strophe de la première de ces ballades :  Aparouart la grant mathegaudie  Ou accolez sont duppez et noirciz  Et par les anges suivants la paillardie  Sont greffiz et print cinq ou six  Là sont bleffleurs au plus haul […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/argot/#i_6184

COQUILLARDS

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 542 mots

Dès la conclusion du traité d'Arras (1435) entre Charles VII et Philippe le Bon, une partie des troupes utilisées au cours de la lutte des Armagnacs et des Bourguignons devient inutile, d'autant plus que le roi de France a déjà entamé la création du noyau d'une armée permanente. Après la trêve de 1444, le roi renvoie une partie des « écorcheurs », quelque 30 000 routiers, en Suisse et en Alsace. I […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coquillards/#i_6184

GOLIARDS

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 386 mots

Mot d'étymologie incertaine (Goliath, l'adversaire de David ?) désignant un prétendu groupe social qui, issu des milieux cléricaux, se serait signalé, au Moyen Âge, et plus particulièrement au xiii e siècle, par son attitude subversive. Et il est exact qu'à plusieurs reprises, notamment au concile de Trèves (1227) et au concile de Rouen (1241), l'Église fulmine contre l'inconduite de « clercs rib […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/goliards/#i_6184

JOBELIN

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 336 mots

Dans la première édition imprimée de François Villon (Pierre Levet, 1489), six ballades en argot sont rassemblées sous le titre : Jargon et jobellin . Le second terme doit préciser le premier ; on pense qu'il désigne le jargon des gueux ; mais, si on le rapproche du mot « jobe » (niais, sot), on peut se demander s'il ne s'applique pas au langage des « sots » et de la « sottie », dont l'obscurité e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jobelin/#i_6184

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacqueline CERQUIGLINI-TOULET, « VILLON FRANÇOIS (1431-apr. 1463) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-villon/