RABELAIS FRANÇOIS (1483 env.-1553)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Rabelais

Rabelais
Crédits : Hulton Getty

photographie

Gargantua, F. Rabelais

Gargantua, F. Rabelais
Crédits : De Agostini

photographie


Libre penseur ou chrétien sincère, soutien de la politique royale ou esprit subversif, philosophe ou conteur facétieux : ces rôles, et quelques autres, les commentateurs les ont prêtés à Rabelais, dont l'œuvre polymorphe échappe à tout classement. Les quatre romans publiés de son vivant donnent à rire et à penser, dans une dualité qui ne facilite pas l'interprétation. Ces textes où l'on débat de tout sont eux-mêmes source de réflexion critique.

Rabelais

Rabelais

photographie

De François Rabelais (1490 env. -1553), qui avait tout lu, le public de notre époque a surtout retenu le Gargantua et le Pantagruel

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Le livre et le siècle

L'expérience qui nourrit les romans de Rabelais est double, comme il arrive souvent au xvie siècle. Dans une certaine mesure, l'expérience livresque précède celle de la vie, à chaque étape de son existence.

Rabelais naît sans doute en 1483, encore que la date de 1494 ait parfois été proposée. Son père, avocat royal, possédait une propriété à la Devinière, près de Chinon, et la tradition veut que l'écrivain y ait vu le jour. Son enfance, il la passe dans cette Touraine qui va laisser dans son œuvre tant de souvenirs et de noms familiers. Mais la première expérience qui ait compté dans sa formation est celle de la vie monastique, d'un couvent à l'autre. Sans doute entre-t-il en 1510 ou 1511 comme novice chez les cordeliers de la Baumette, près d'Angers. En 1521, le voici moine au couvent des cordeliers de Fontenay-le-Comte. Or il apprend le grec, une curiosité mal vue dans un ordre qui n'était guère intellectuel. On lui retire ses livres de grec. En 1524, cependant, il passe chez les bénédictins de Maillezais, dans un milieu plus cultivé. Il a la chance de connaître l'évêque Geoffroy d'Estissac, qui va le protéger, et qui l'emmène dans ses déplacements. Rabelais fréquente le poète Jean Bouchet ou le juriste André Tiraqueau. Toute cette période semble dominée par la découverte de la littérature grecque, source d'idées, de citations, de termes pittoresques.

Aussi déterminante sera l'expérience du milieu médical, comme nous le savons maintenant. Rabelais s'intéresse à la médecine. Pour suivre des cours, il quitte l'habit de moine, sans autorisation ecclésiastique. En septembr [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  RABELAIS FRANÇOIS (1483 env.-1553)  » est également traité dans :

ÉROTISME

  • Écrit par 
  • Frédérique DEVAUX, 
  • René MILHAU, 
  • Jean-Jacques PAUVERT, 
  • Mario PRAZ, 
  • Jean SÉMOLUÉ
  •  • 19 798 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Imprimerie et syphilis »  : […] de sonnets licencieux (ou Raggionamenti, 1536). Il achèvera une vie fastueuse et libertine à Venise. Ou son contemporain, François Rabelais (1483 ?-1553), qui possède une dimension littéraire supérieure. Censuré en Sorbonne, en 1533, pour Pantagruel, contraint à la fuite en 1535, interdit en 1552 pour le Quart Livre ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erotisme/#i_22237

FEBVRE LUCIEN (1878-1956)

  • Écrit par 
  • Bertrand MÜLLER
  •  • 2 134 mots

Dans le chapitre « Une œuvre personnelle inaboutie »  : […] qu’il estime mal ou insuffisamment posé et qu’il s’efforce de reprendre de manière critique. C’est le cas notamment de « l’athéisme » présupposé de Rabelais, suggéré notamment par son biographe Abel Lefranc, que Febvre estime être une projection anachronique du présent (laïcité) sur un xvie siècle imbibé de religieux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/febvre-lucien-1878-1956/#i_22237

FOLENGO TEOFILO (1491-1544)

  • Écrit par 
  • Angélique LEVI
  •  • 473 mots

Connu sous les divers pseudonymes de Merlino Coccajo, Merlin Coccaie, par lequel le désigne Rabelais, ou Limerno Pitocco, c'est-à-dire « le Gueux », Folengo est une des figures les plus représentatives et l'un des écrivains les mieux doués de son époque. Né à Mantoue, bénédictin à vingt ans, Teofilo jette son froc aux orties en 1524. Sur les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/teofilo-folengo/#i_22237

GARGANTUA, François Rabelais - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean VIGNES
  •  • 920 mots
  •  • 1 média

Ancien moine devenu médecin à l'hôtel-Dieu de Lyon, l'humaniste François Rabelais (1483 ?-1553) publie anonymement en 1534 ou 1535 son Gargantua. Le sous-titre, La Vie inestimable du grand Gargantua, père de Pantagruel, jadis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gargantua/#i_22237

HISTOIRE (Histoire et historiens) - Sources et méthodes de l'histoire

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 6 220 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Relecture des sources et diversité des interprétations »  : […] de la réalité propre à chacun des acteurs envisagés. Ce processus s'amorce avec l'histoire des mentalités telle que Lucien Febvre la pratique. Ainsi, l'œuvre de François Rabelais (La Religion de Rabelais, le problème de l'incroyance au XVIe siècle, 1942) cesse d'être la production unique d'un génie singulier pour […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-histoire-et-historiens-sources-et-methodes-de-l-histoire/#i_22237

RONDELET GUILLAUME (1507-1566)

  • Écrit par 
  • Claire BOUYRE
  •  • 811 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les grandes étapes de sa vie »  : […] Après des études humanistes à Paris, Rondelet retourne à Montpellier et s’inscrit en 1529 à la faculté de médecine. Durant ses études, il se lie d’amitié avec François Rabelais et devient une source d’inspiration pour l’écrivain, qui en fera l’un de ses personnages (le médecin Rondibilis) dans le Tiers Livre des faits et dits h […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-rondelet/#i_22237

Voir aussi

Pour citer l’article

Françoise JOUKOVSKY, « RABELAIS FRANÇOIS (1483 env.-1553) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-rabelais/