FOLENGO TEOFILO (1491-1544)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Connu sous les divers pseudonymes de Merlino Coccajo, Merlin Coccaie, par lequel le désigne Rabelais, ou Limerno Pitocco, c'est-à-dire « le Gueux », Folengo est une des figures les plus représentatives et l'un des écrivains les mieux doués de son époque. Né à Mantoue, bénédictin à vingt ans, Teofilo jette son froc aux orties en 1524. Sur les raisons de ce geste, les commentateurs ne sont pas d'accord : horreur pour la corruption du clergé ou goût très personnel pour la licence ? Il s'enfuit du couvent traînant pendant dix ans à travers l'Italie la femme qu'il avait séduite et... sa misère. Les deux explications, se plaçant sur des plans distincts, ne sont pas tellement contradictoires. Son poème héroï-comique, Orlandino (1526, L'Enfance de Roland, auquel Rabelais empruntera maints détails de l'enfance de Pantagruel), et surtout son bizarre Caos del Triperuno contiennent en effet un exposé fort clair de sa position philosophique : il y professe des doctrines proches du luthéranisme.

Ce dernier ouvrage, récit de ses aventures et de ses errements, est du reste aussi celui de sa conversion ; car ne voulant pas rompre avec l'Église romaine, il fait sa soumission, rentre au monastère où il finit en dévotion. Sa retraite ne l'empêche pas de travailler à sa grande œuvre Baldus qui, des dix-sept livres que présentait la première édition (1517), en atteignit vingt-cinq. Ce poème épique et burlesque est inspiré de Boiardo, d'Arioste et surtout de Pulci. Rabelais, qui admirait le talent de Folengo, y puisera abondamment. Le poème est écrit en style macaronique, mélange de mots latins et de mots italiens à terminaisons latines, sans compter de multiples emprunts au dialecte mantouan et à ceux de l'Italie du Nord. L'étincelant et savoureux jeu verbal, la folle cocasserie cachent des intentions parodiques, une satire de la société, spécialement du monde ecclésiastique, des idées philosophiques. De ce style macaronique qui moque le pédantisme et la cicéromanie de maints humanistes, Folengo passe à tort pour être l'inventeur. Ce qui est vrai, [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : ingénieur de recherche en littérature générale et comparée à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle, traductrice

Classification


Autres références

«  FOLENGO TEOFILO (1491-1544)  » est également traité dans :

MACARONIQUE, littérature

  • Écrit par 
  • Jean-Michel GARDAIR
  •  • 598 mots

Forme de poésie burlesque jouant du mélange de formes dialectales et d'un latin d'origine savante ou liturgique, mais volontairement truffé de barbarismes et de solécismes (le terme de macarón désigne à l'origine à la fois une nourriture grossière et le rustre qui la mange, puis les impropriétés verbales de celui-ci). Continuant la tradition médiévale des goliards et des cle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/macaronique-litterature/#i_50284

RABELAIS FRANÇOIS (1483 env.-1553)

  • Écrit par 
  • Françoise JOUKOVSKY
  •  • 9 583 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Paroles gelées »  : […] Comme celui de l'élève Gargantua, le savoir de Rabelais est à la fois la parole vive de l'expérience et la parole gelée du livre, que l'imprimerie mettait à la disposition de tous. C'est un des sens de l'épisode des paroles gelées dans le Quart Livre  : l'événement ou la pensée doivent être figés dans le livre imprimé, afin d'être transmis, mais il faut ensuite les ramener à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-rabelais/#i_50284

Pour citer l’article

Angélique LEVI, « FOLENGO TEOFILO - (1491-1544) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/teofilo-folengo/