PANTAGRUEL, François RabelaisFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

C’est probablement à l’occasion de la foire de Lyon, en novembre 1532, que paraît chez l’imprimeur Claude Nourry le premier roman de François Rabelais (1483 env.-1553), Pantagruel, avec pour sous-titre complet : Les horribles et épouvantables faits et prouesses du très renommé Pantagruel, roi des Dipsodes, fils du grand géant Gargantua, composé nouvellement par maître Alcofribas Nasier. Rares sont alors ceux qui savent que, derrière ce pseudonyme en forme d’anagramme, se cache un ancien moine bénédictin défroqué devenu médecin et récemment nommé à l’Hôtel-Dieu de Lyon, éditeur et commentateur très sérieux d’Hippocrate et de Galien, proche des cercles humanistes et défenseur de la réforme évangélique, qui prône une lecture personnelle de la Bible et prend ses distances avec l’Église.

Le succès de Pantagruel, malgré ou peut-être grâce à sa condamnation l’année suivante pour obscénité, conduira l’auteur à exploiter la veine avec la Pantagrueline Pronostication (1533), parodie d’ouvrage astrologique en vogue à l’époque, et, bien sûr, Gargantua (La Vie inestimable du grand géant Gargantua, père de Pantagruel, 1534 ou 1535). Suivront, une dizaine d’années plus tard, le Tiers Livre (1546), le Quart Livre (1548) et enfin le Cinquième Livre, rédigé en partie seulement par Rabelais et publié en 1564, onze ans après sa mort.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  PANTAGRUEL, François Rabelais  » est également traité dans :

RABELAIS FRANÇOIS (1483 env.-1553)

  • Écrit par 
  • Françoise JOUKOVSKY
  •  • 9 584 mots
  •  • 2 médias

Libre penseur ou chrétien sincère, soutien de la politique royale ou esprit subversif, philosophe ou conteur facétieux : ces rôles, et quelques autres, les commentateurs les ont prêtés à Rabelais, dont l'œuvre polymorphe échappe à tout classement. Les quatre romans publiés de son vivant donnent à rire et à penser, dans une dualité qui ne facilite pas l'interprétation. Ces textes où l'on débat de t […] Lire la suite

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIe s.

  • Écrit par 
  • Frank LESTRINGANT
  •  • 6 835 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Romans et contes  »  : […] Chez Rabelais (env. 1484-1553), l’heure est d’abord à l’euphorie. En témoigne la lettre de Gargantua à son fils Pantagruel, insérée dans le roman qui porte le nom de ce dernier, et qui est un hymne à la Renaissance des lettres sous François I er . Tout en se mettant à l’école de Lucien de Samosate et d’ Érasme , pour ne rien dire de Teofilo Folengo , Rabelais appartient au départ à la famille fr […] Lire la suite

Pour citer l’article

Guy BELZANE, « PANTAGRUEL, François Rabelais - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/pantagruel/