MODIGLIANI FRANCO (1918-2003)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né à Rome en 1918, Franco Modigliani s'est fait connaître très jeune, en 1944, par un article sur la théorie de Keynes qui a lancé la controverse sur le rôle essentiel de la préférence pour la liquidité. Fidèle au keynésianisme, il a pris part, en tant que chef de file, à la polémique des années 1950 et 1960 entre monétaristes et keynésiens, aux côtés de Paul Samuelson, James Tobin et Lawrence Klein (futurs prix Nobel). Son originalité est incontestable. Même ses adversaires, les tenants du monétarisme, l'ont toujours reconnu comme un homme d'idées. Ses études ont plus généralement pris la forme d'articles touchant à tous les aspects de la macro-économie que celle de livres ou de traités. Après avoir obtenu un doctorat de droit en Italie et un doctorat de sciences sociales à la New School of Social Research à New York, le professeur Modigliani travaille dès la fin des années 1950 avec l'Américain Merton Miller sur des théorèmes devenus célèbres sous le double nom Modigliani-Miller et concernant le financement des entreprises.

L'idée de traiter les décisions financières comme des problèmes de marché n'était pas nouvelle à l'époque. Mais les deux hommes ont été les premiers à l'exploiter dans une analyse théorique rigoureuse qui a permis la poursuite des recherches en ce domaine. Ils ont établi que, si l'on s'en tient à des hypothèses de marchés parfaits et d'investisseurs rationnels, le partage que les sociétés font de leurs profits (sous la forme de dividendes ou d'investissements) n'aura aucun effet, ni sur l'entreprise ni sur le portefeuille de l'investisseur individuel. L'évaluation commerciale d'une entreprise ne sera en conséquence affectée ni par le volume ni par la structure de son passif (fonds propres et endettement). Ces travaux ont eu un impact décisif dans le domaine de la finance d'entreprise.

Le prix Nobel d'économie lui sera attribué, en 1985, pour ses travaux sur l [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  MODIGLIANI FRANCO (1918-2003)  » est également traité dans :

THE COST OF CAPITAL, CORPORATION FINANCE AND THE THEORY OF INVESTMENT, F. Modigliani et M. Miller - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Gunther CAPELLE-BLANCARD, 
  • Nicolas COUDERC
  •  • 1 319 mots

Franco Modigliani (1918-2003) et Merton Miller (1923-2000) ont jeté les bases de la finance d'entreprise moderne avec la publication, en juin 1958, de leur article The Cost of Capital, Corporation Finance and the Theory of Investment (Coût du capital, finance d'entreprise et théorie de l'investissement) dans l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/the-cost-of-capital-corporation-finance-and-the-theory-of-investment/#i_92373

ENTREPRISE - Financement

  • Écrit par 
  • Michel ALBOUY, 
  • Geneviève CAUSSE
  •  • 7 607 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La structure optimale : coût du capital et effet de levier »  : […] L'existence d'une structure optimale de financement donne lieu à un débat fondamental en théorie financière, car c'est la structure financière qui détermine le coût des capitaux, donc le choix des investissements. En effet, déterminer la rentabilité d'un investissement consiste à comparer les cash-flows (ou flux nets de trésorerie) dégagés par cet investissement au coût des capitaux. Ce coût est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/entreprise-financement/#i_92373

ENTREPRISE - Les relations interentreprises

  • Écrit par 
  • Alain BIENAYMÉ
  •  • 7 622 mots

Dans le chapitre « L'entreprise et ses propriétaires »  : […] Les actionnaires sont solidairement exposés, à proportion de leur participation dans le capital de la société, aux risques qu’affronte l’entreprise plongée dans un environnement incertain. La durée des cycles de production, l'obsolescence d'une technique, la disparition d'un marché, un conflit social, la défaillance d’un débiteur définissent autant d’états du monde défavorables et largement impré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/entreprise-les-relations-interentreprises/#i_92373

ÉPARGNE

  • Écrit par 
  • Didier DAVYDOFF
  •  • 6 383 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'épargne dans la théorie du cycle de vie »  : […] La théorie du cycle de vie, initiée en 1954 par Richard Brumberg et développée dans les années 1960 par Alberto Ando et Franco Modigliani, considère qu'un individu cherche à maximiser, sur sa vie entière, ses préférences de consommation actuelles et futures. L'épargne est de la consommation différée. Dans cette optique, les individus jeunes s'endettent lorsque leurs revenus sont faibles, puis ils […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epargne/#i_92373

INVESTISSEMENT

  • Écrit par 
  • Richard DUHAUTOIS
  •  • 6 133 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les contraintes financières »  : […] Les analyses du financement de l'investissement ont longtemps reposé sur un article de Franco Modigliani et Merton Miller (1958), dont les conclusions sont connues sous le nom de théorème Modigliani-Miller. Ce théorème postule que le mode de financement de l'investissement est neutre pour les entreprises, c'est-à-dire qu'il n'affecte ni la décision d'investir, ni le niveau de l'investissement lui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/investissement/#i_92373

MACROÉCONOMIE - Théorie macroéconomique

  • Écrit par 
  • Edmond MALINVAUD
  •  • 8 114 mots

Dans le chapitre « Investigations macro et microéconométriques sur l'épargne des ménages »  : […] Le recours à l'économétrie a été massif, en symbiose avec l'affinement des conceptualisations théoriques. Il est notable aussi qu'une partie des recherches a porté sur les fondements microéconomiques et sur les agrégations sous-jacentes aux lois de comportement figurant dans les modèles macroéconomiques. À titre d'exemple, nous allons considérer la fonction de consommation inscrite dans le modèle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/macroeconomie-theorie-macroeconomique/#i_92373

MILLER MERTON HOWARD (1923-2000)

  • Écrit par 
  • Françoise PICHON-MAMÈRE
  •  • 836 mots

Issu de l'université de Chicago (Illinois), la pépinière des Prix Nobel d'économie, dont l'idéologie réputée libérale a dominé la pensée économique contemporaine, l'Américain Merton Miller n'a jamais été une « star » dans sa discipline, à l'image d'un Paul Samuelson (Prix Nobel 1970) ou d'un Milton Friedman (Prix Nobel 1976). Très écouté, toutefois, de tous les spécialistes de l'investissement et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/merton-howard-miller/#i_92373

Pour citer l’article

Françoise PICHON-MAMÈRE, « MODIGLIANI FRANCO - (1918-2003) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/franco-modigliani/