CORELLI FRANCO (1921-2003)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ténor italien, Franco Dario Corelli naît à Ancône, officiellement le 8 avril 1921, mais cette date est sujette à caution. Un certain flou entoure également ses années de formation ; selon ses dires, il aurait rapidement interrompu ses études musicales au Conservatoire de Pesaro et c'est essentiellement en autodidacte qu'il se serait formé en écoutant des enregistrements de ses grands aînés Caruso, Gigli et Lauri-Volpi. Après avoir remporté un concours de chant au Mai musical de Florence en 1950, il débute sur scène le 26 août 1951, à Spolète, dans le rôle de don José (Carmen de Bizet). C'est le commencement d'une fulgurante carrière.

Franco Corelli avait tout pour séduire : la prunelle assassine, le sourire carnassier, la musculature d'athlète... Mais, il fallait être bien sévère ou jaloux de ses dons pour ne pas admirer, au-delà d'un physique avantageux et des manières d'amateur de voitures de sport et de jolies femmes, une vraie bête de scène et l'un des plus grands ténors de l'après-guerre.

Pendant près de trois ans, il se produit dans toute la péninsule italienne. Le 7 décembre 1954, il inaugure la saison de la Scala de Milan en triomphant, au côté de Maria Callas (Giulia), dans Licinio (La Vestale de Spontini, mise en scène par Luchino Visconti). Il s'illustrera à la Scala jusqu'au début de 1965, élargissant son répertoire jusqu'à devenir le plus remarquable ténor lirico spinto de son temps. Il incarne notamment le Comte Loris Ipanov (Fedora de Giordano, avec Maria Callas dans le rôle titre, 1956), Dick Johnson (La Fanciulla del West de Puccini, 1956 et 1964), Radamès (Aïda de Verdi, 1956, avec Giulietta Simionato, Amneris), Canio (Paillasse de Leoncavallo, 1957), Gualtiero (Il Pirata de Bellini, 1958, avec Maria Callas, Imogene), Calaf (Turandot de Puccini, où le duo qu'il forme avec Birgit Nilsson [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Pierre BRETON, « CORELLI FRANCO - (1921-2003) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/franco-corelli/