SIMIONATO GIULIETTA (1910-2010)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Des emplois de falcon (soprano dramatique grave) – Valentine dans Les Huguenots de Meyerbeer au côté de Franco Corelli – à ceux de contraltino rossiniens qu'elle remit à l'honneur – rôle-titre de Cenerentola, Rosine du Barbier de Sévile, Isabella de L'Italienne à Alger –, des mezzo verdiens dans leur quasi-totalité aux figures mozartiennes les plus diverses, sans oublier Donizetti – Léonore de Guzman dans La Favorite, Jane Seymour dans Anna Bolena –, Adalgisa de Norma de Bellini, la Princesse de Bouillon d'Adriana Lecouvreur de Cilea ou Laura Adorno de La Gioconda de Ponchielli : la « Simionato » aura tout chanté, dans le monde entier, et souvent mieux que quiconque. Il lui aura fallu, pour ce faire, allier à une voix généreuse au coloris soutenu une agilité et un abattage scénique de grande dame. Un abattage qui faisait de celle qui chanta, dès 1949, au côté de Maria Callas à Mexico, une partenaire d'un incomparable relief scénique et musical. On rappellera en outre sa participation à de multiples reprises d'opéras délaissés : Gli Orazi ed i Curiazi de Cimarosa, par exemple, ou bien encore La Pietra del paragone, Tancredi et Le Comte Ory de Rossini. Giulietta Simionato a ainsi su faire aller de pair éclectisme et exigence.

Giulietta Simionato naît à Forlì, en Émilie-Romagne, le 12 mai 1910 (la date du 15 décembre 1910 est parfois avancée). Elle étudie avec Ettore Lucatello et Guido Palumbo, mais se heurte à ses parents, opposés à une carrière lyrique ; sa mère meurt en 1925 et Giulietta reprend ses cours de chant. Elle fait ses débuts sur scène en 1928, à Montagnana (province de Padoue), dans le rôle de Lola de Cavalleria rusticana de Mascagni et remporte l'année suivante un concours de bel canto à Florence. La jeune chanteuse signe un contrat avec la Scala de Milan en 1936. Elle joue pourtant essentiellement de petits rôles dans cette institution et ailleurs en Europe jusqu'à ce qu'elle triomphe le 2 octobre 1947 dans le rôle-titre de Mignon d'Ambroise Thomas – au côté de Giuseppe Di Stefano (Wilhelm Meister) –, une prestation qui attire l'attention de la critique et du public. Giuletta Simionato chantera régulièrement à la Scala jusqu'en 1966 ; elle participe à l'inauguration du Lyric Theatre de Chicago (auj. Lyric Opera) en novembre 1954, incarnant Adalgisa au côté de Maria Callas, qui interprète le rôle-titre de Norma. Elle se produit au Covent Garden de Londres (1953-1964), à Chicago (1954-1961), au festival de Salzbourg (1957-1963), au Metropolitan Opera de New York (1959-1962). Retirée de la scène lyrique en 1966, Giulietta Simionato meurt à Rome, le 5 mai 2010, quelques jours avant son centième anniversaire.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Jean CABOURG, « SIMIONATO GIULIETTA - (1910-2010) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/giulietta-simionato/