COPPOLA FRANCIS FORD

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La défense d'un cinéma d'auteur

C'est alors que Coppola se prend au piège de ses propres contradictions. Fustigeant l'Amérique capitaliste et impérialiste, il construit en 1969 une gigantesque structure cinématographique : American Zoetrope, studio censé garantir la liberté de création artistique aux cinéastes les plus ambitieux du monde, lui compris. Fort de ses réussites récentes, il met en chantier un projet hyperhollywoodien teinté de film expérimental : Coup de cœur (One from Heart, 1982) où une banale histoire d'amours difficiles est contrebalancée par le baroque des décors, des couleurs, le recours à la technologie électronique. Le film est un gouffre financier. Le réalisateur persiste et ouvre ses portes à Wim Wenders, mais phagocyte son Hammett (1983). Producteur tant frénétique qu'avisé, il réalise coup sur coup, en 1983, un film pour adolescents (The Outsiders) et un autre à nouveau proche de l'expérimental Rusty James (Rumble Fish), apprécié de la critique internationale. Son délire visuel le pousse peu après à reconstituer l'époque glorieuse du Cotton Club (1984), qui s'avère un autre échec commercial. Coppola ne se laisse pas pour autant abattre et trouve aussitôt refuge dans un film nostalgique et plus conventionnel, Peggy Sue s'est mariée (Peggy Sue Got Married, 1986). Le tout forme un ensemble de films cependant cohérent où ses thèmes préférés se côtoient régulièrement : la famille, les amours malheureuses, les destins hasardeux, les pouvoirs contrariés, la dualité morale de l'être, la culpabilité, la compassion maladroite, la tendresse inavouée, l'aveuglement autodestructeur, la déroute de la marginalité, l'amour comme panacée. Une conception quasi visionnaire de la mise en scène caractérise ces œuvres, en permanence axée sur les jeux contrastés de lumières chaudes, la stylisation très élaborée des décors, la mouvance expressionniste de la caméra, le montage alterné, le son d'ambiance conçu comme véritable composition lyrique et la musique alternant créations originales et emprunts à divers répertoires...

À partir de la fin des années 1980 l'œuvre stagne (Jardins de pierre [Gardens of Stone], 1987), se complaît dans l'autoréférence (Tucker : The Man and His Dream, 1988), se répète (Le Parrain 3 [The Godfather Part III], 1990) ou s'efforce de se renouveler dans le flamboyant excessif (Dracula [Bram Stocker's Dracula], 1992). En 1996 Coppola traite d'un faux bon sujet : Jack, l'histoire d'un enfant né prématurément et qui grandit quatre fois plus vite que la normale et, en 1997, il adapte le roman à succès de John Grisham, L'Idéaliste (The Rainmaker), où il renoue avec l'un de ses thèmes de prédilection, l'absolutisme qui ne peut conduire qu'à la vacuité. C'est un nouvel échec financier. Nombreux sont ceux qui alors perçoivent le wonder boy des seventies comme étant à court aussi bien d'inspiration que d'argent. Son nouveau montage, plus complet, d'Apocalypse Now devenu Redux en 2001, nous rappelle toutefois son génie cinématographique, sachant brillamment allier la forte originalité d'une histoire, souvent empruntée à autrui (ici la célèbre nouvelle de Joseph Conrad Au cœur des ténèbres) mais totalement personnalisée, et toujours confiée aux meilleurs techniciens, Gordon Willis (les Parrain), Vittorio Storaro (Apocalypse Now, Coup de cœur), pour l'image, et, pour le son et le montage, Walter Murch (Conversation secrète). Succès d'estime seulement qui ne décourage décidément pas notre auteur, puisque, depuis une dizaine d'années, il multiplie ses activités de producteur, soutenant ses enfants passés à la réalisation, Sofia (Virgin Suicides, 1999 ; Lost in Translation, 2003 ; Marie Antoinette, 2006 ; Somewhere, 2010 ; The Bling Ring, 2013) comme Roman (CQ, 2001), mais aussi ses amis (dont Robert De Niro et son projet si longtemps reporté The Good Shepherd, 2006) et tous ceux qui, selon lui, ont un talent unique (comme Tim Burton pour son Sleepy Hollow en 1999).

Celui que l'on pensait perdu pour la création cinématographique, et que l'on croyait recyclé définitivement dans la production vinicole, resurgit en 2007 avec une adaptation du court récit du philosophe roumain Mircea Eliade, Youth without Youth : l'histoire d'un professeur qui, à la suite d'un « incident cataclysmique » survenu juste avant la Seconde Guerre mondiale, se voit dans [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Le Parrain, F. F. Coppola

Le Parrain, F. F. Coppola
Crédits : Jack Stager/ Paramount Pictures/ Album/ AKG-images

photographie

Apocalypse Now, de F. F. Coppola, 1979 : M. Brando et M. Sheen

Apocalypse Now, de F. F. Coppola, 1979 : M. Brando et M. Sheen
Crédits : Hulton Getty

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : enseignant-chercheur retraité de l'université de Strasbourg

Classification

Autres références

«  COPPOLA FRANCIS FORD (1939- )  » est également traité dans :

COPPOLA FRANCIS FORD - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 171 mots

7 avril 1939 Naissance de Francis Ford Coppola à Detroit (Michigan), de Carmine Coppola, musicien d'ascendance napolitaine, alors flûtiste sous la direction d'Arturo Toscanini, et d'Italia, fille d'un célèbre compositeur italien du début du siècle, Francesco Pennino.1948-1949 F. F. Coppola contra […] Lire la suite

APOCALYPSE NOW (F. F. Coppola), en bref

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 226 mots
  •  • 1 média

Sept ans de gestation, treize mois de tournage, deux ans de montage, plusieurs versions, jusqu'à la dernière en 2001 ! Œuvre de la démesure, Apocalypse Now est, selon l'expression même de F. F. Coppola, un « opéra filmique ». C'est lui qui, en tant que producteur, a suggéré à John Milius et George Lucas de construire leur projet à pa […] Lire la suite

APOCALYPSE NOW, film de Francis Ford Coppola

  • Écrit par 
  • Kristian FEIGELSON
  •  • 933 mots
  •  • 1 média

Apocalypse Now est autant une réflexion sur la guerre, l'absurdité de l'engagement américain au Vietnam que sur la condition humaine. Après différents films tournés dans les années 1960, Francis Ford Coppola achève en 1972 le premier volet du Parrain ( […] Lire la suite

CAGE NICOLAS (1964- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 556 mots

L 'acteur américain Nicolas Cage est surtout connu pour avoir joué dans des films d'action et des grosses productions hollywoodiennes. Il a reçu un oscar pour son rôle dans Leaving Las Vegas (1995). Né le 7 janvier 1964 à Long Beach, en Californie, Nicholas Kim Coppola est le neveu du réalisateur Francis Ford Coppola. Le jeune homme fait ses débuts au petit écran en 1981 dans un téléfilm, Best o […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 828 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Le Nouvel Hollywood »  : […] Il ne faudrait pas cependant se contenter d'une lecture purement économique. Le désir de fiction – le fait n'est pas nouveau – rencontre toujours sur son chemin la production américaine, et le blockbuster n'est pas nécessairement synonyme de « navet ». Des Aventuriers de l'Arche perdue (1981), de E.T. (1982) à La Liste de Schindler (1993), Il faut sauver le soldat Ryan (1998) et Munich (2005 […] Lire la suite

DUVALL ROBERT (1931- )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 604 mots

Acteur américain, né le 5 janvier 1931 à San Diego, en Californie. Fils d’un amiral de la marine américaine, Robert Duvall sert deux ans dans l’armée pendant la guerre de Corée puis obtient, en 1953, un diplôme d’art dramatique au Principia College (Illinois). Parti s’installer à New York, il suit des cours de théâtre sous la direction du célèbre professeur Sanford Meisner à la Neighborhood Playh […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Le théâtre et le cinéma

  • Écrit par 
  • Geneviève FABRE, 
  • Liliane KERJAN, 
  • Joël MAGNY
  •  • 9 420 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Superproductions « sequels », « remakes » et « wonderboys » »  : […] Dans un tel système, l'idéal est le blockbuster , initialement film qui rapporte gros pour une mise de fonds minimale, à l'exemple d' Easy Rider (1969) , de Dennis Hopper, ou d' American Graffiti (1973), de George Lucas. À défaut, les Majors jouent la carte traditionnelle de la superproduction dès le milieu des années 1970, avec casting prestigieux et, le plus souvent, effets spéciaux, accompa […] Lire la suite

GANCE ABEL (1889-1981)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS
  •  • 1 561 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Napoléon Bonaparte »  : […] En septembre 1923, Abel Gance présente le projet d'un film épique sur Napoléon, en huit épisodes de 2 000 mètres chacun. Projet démesuré, qui implique un financement européen. Gance l'obtient en 1924 auprès de deux financiers, le Russe émigré Vladimir Wengeroff et l'Allemand Hugo Stinnes, qui ont créé une entreprise de production, la Westi Film Gmbh, qui s'est associée à d'autres producteurs, dont […] Lire la suite

PACINO AL (1940- )

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 2 506 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Violence et retenue : l'aventure du Parrain »  : […] Les trois épisodes de la saga de The Godfather ( Le Parrain ) ont donné à Al Pacino sa dimension universelle et son statut de star. Panique à Needle Park avait été peu remarqué quand Francis Ford Coppola le choisit pour incarner Michael Corleone, le fils du « parrain » interprété par Marlon Brando. Le réalisateur et surtout Brando (menaçant de renoncer à jouer dans le film) durent d’ailleurs i […] Lire la suite

POE EDGAR ALLAN (1809-1849)

  • Écrit par 
  • Gilles MENEGALDO
  •  • 5 632 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Poe et le septième art »  : […] L’œuvre d’Edgar Poe autant que sa figure constituent une source importante du cinéma d’horreur, gothique ou fantastique. Poe est en effet l’un des auteurs les plus adaptés à l’écran, un phénomène qui reste d’actualité. « William Wilson » est mis en scène sous le titre L’Étudiant de Prague (1913), d’abord par un cinéaste d’origine danoise, Stellan Rye, puis par Henrik Galeen en 1926. En ce qui con […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Michel CIEUTAT, « COPPOLA FRANCIS FORD », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/francis-ford-coppola/