FRANCEL'année politique 2012

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La droite en crise

Dès la campagne électorale, et plus encore après la défaite de Nicolas Sarkozy, les rivalités internes au sein de l'U.M.P. s'exacerbent. Elles atteignent leur paroxysme lors de la désignation du président du parti par les militants, en novembre. Alors que des tensions étaient déjà apparues à propos du nombre de parrainages dont devaient bénéficier les candidats pour concourir, la compétition entre François Fillon et Jean-François Copé révèle la fracture profonde au sein de l'ancien mouvement gaulliste, non seulement entre les partisans de l'un et de l'autre, mais également quant aux orientations futures du parti – clairement à droite pour le second, qui n'hésite pas à reprendre des thématiques proches de celles du Front national, plus centristes et modérées pour le premier.

L'élection avec quelques voix d'avance de Jean-François Copé, contestée par son rival sur fond de soupçon de fraude et de mauvais décompte des voix, donne lieu à une confrontation majeure entre les deux camps, les partisans de François Fillon constituant un nouveau groupe parlementaire à l'Assemblée nationale, le Rassemblement-U.M.P. (R.-U.M.P.), après l'échec des tentatives de médiation menées par Alain Juppé. Si un accord est finalement trouvé sous l'égide de Jean-Pierre Raffarin en fin d'année − association des fillonnistes à la direction, dissolution du R.-U.M.P., nouveau vote en septembre 2013 sous le contrôle d'une nouvelle autorité, engagement de la réforme des statuts −, beaucoup doutent de sa viabilité. Certains continuent de songer à un retour possible de Nicolas Sarkozy, aucun des deux candidats n'ayant la légitimité suffisante pour réunir le mouvement.

De son côté, bénéficiant de l'adhésion de quelques personnalités de l'U.M.P. dont Chantal Jouanno, Jean-Louis Borloo, réélu à la présidence du Parti radical (P.R.), crée l'Union des démocrates et indépendants (U.D.I.), qui rassemble plusieurs formations, dont le P.R. et le Nouveau Centre. Il espère attirer des militants et des électeurs de l'U.M.P., désappointés par les querelles internes, et profiter du score médiocre de François Bayrou à la présidentielle et de sa défaite aux législatives.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Louis Gallois, 2012

Louis Gallois, 2012
Crédits : Presse/ Présidence de la République

photographie

François Hollande et Barack Obama, Washington, mai 2012

François Hollande et Barack Obama, Washington, mai 2012
Crédits : Présidence de l'Elysée

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : président du Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

9-29 septembre 2017 France. Démission de Florian Philippot du FN.

Le 9, effectuant sa rentrée politique comme chaque année depuis 2012 à Brachay (Haute-Marne) – où le Front national (FN) a obtenu 90,2 p. 100 des suffrages au second tour de l’élection présidentielle en mai –, Marine Le Pen, présidente du mouvement, reprend dans son discours les thèmes traditionnels du FN : terrorisme, islamisme et immigration. Le 20, Marine Le Pen retire à Florian Philippot la délégation à la stratégie et à la communication dont il avait la charge, tout en maintenant son titre de vice-président du parti. […] Lire la suite

3-9 juillet 2007 France – Union européenne. Le déficit budgétaire français en débat à Bruxelles

Le 3, le Premier ministre François Fillon confirme dans sa déclaration de politique générale l'intention de la France de repousser à 2012 « au plus tard » la date du rétablissement de son équilibre budgétaire. Dans son volet préventif, le pacte de stabilité et de croissance européen préconise de diminuer le taux de déficit public de 0,5 p. 100 du P. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicolas TENZER, « FRANCE - L'année politique 2012 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/france/