RAFFARIN JEAN-PIERRE (1948- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Né le 3 août 1948 à Poitiers, Jean-Pierre Raffarin, Premier ministre du gouvernement français de 2002 à 2005, déroge au profil de ses prédécesseurs. Ni normalien, ni énarque, mais diplômé de l'École supérieure de commerce de Paris (ESCP), il se prévaut de bien connaître le monde de l'entreprise et se présente comme un défenseur « des terroirs » et de « la France d'en bas ». Cette image d'anti-héros attaché à sa province cache cependant une tout autre réalité : celle d'un notable nourri de politique depuis l'enfance et qui a déjà une longue carrière derrière lui lorsqu'il accède à la tête du gouvernement.

C'est d'abord ce qu'on appelle un héritier. Son père, Jean Raffarin, président de nombreuses coopératives agricoles, l'a brillamment précédé sous la IVe République. Député Indépendant de 1951 à 1955, il est nommé secrétaire d'État à l'Agriculture (1954-1955) dans le gouvernement de Pierre Mendès France tout en occupant le poste de conseiller général de la Vienne pendant plus de trente ans. Aussi, lorsque le fils fait la connaissance de Valéry Giscard d'Estaing en juin 1972, c'est presque naturellement qu'il s'engage à ses côtés pour devenir l'un des principaux animateurs des Jeunes giscardiens.

Son expérience de la vie politique est ensuite beaucoup plus importante que celle qu'il a de la vie d'entreprise. Après un premier emploi dans une P.M.E. sous-traitante de cosmétiques, puis un bref passage comme chef de produit dans le service marketing des cafés Jacques Vabre (1973-1976), il exerce les fonctions de conseiller technique auprès de Lionel Stoléru, secrétaire d'État à la formation professionnelle au ministère du Travail. Après le retour de la gauche au pouvoir en 1981, il retourne dans le privé, au cabinet Bernard Krief Communication, où il s'occupera de plus en plus de la communication des collectivités territoriales. Parallèlement, il participe à la création du Parti républicain en 1977 où il exerce successivement les fonctions de délégué national aux élus locaux, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : docteur en science politique, maître de conférences en science politique à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  RAFFARIN JEAN-PIERRE (1948- )  » est également traité dans :

CHIRAC JACQUES (1932-2019)

  • Écrit par 
  • Christian SAUVAGE
  • , Universalis
  •  • 1 994 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les mandats de Jacques Chirac »  : […] À la différence de François Mitterrand, toutefois, le nouveau président ne profitera guère de l'« état de grâce » qui prolonge dans l'opinion la victoire électorale. Faut-il s'en étonner ? En fait, Jacques Chirac n'a que peu amélioré au premier tour du scrutin de 1995 ses scores de 1981 et de 1988, et l'élection présidentielle elle-même a, de façon générale, exprimé la réserve des Français à l'éga […] Lire la suite

CINQUIÈME RÉPUBLIQUE - Les années Chirac (1995-2007)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON
  •  • 9 262 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Une présidentielle paradoxale, des législatives de confirmation (2002) »  : […] La logique d'une élection présidentielle à deux tours est normalement de faire émerger du premier les deux principaux candidats qui s'affronteront dans le duel du second. Ce système est évidemment à haut risque puisqu'une coalition de gauche ou de droite très divisée éparpille ses voix et risque de se trouver éliminée de la compétition. Cela devrait inciter à rechercher des candidatures de rassemb […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2005

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 2 253 mots

En France, 2005 est une année de tensions dont la portée dépasse largement la seule classe politique. Si la gauche comme la droite apparaissent divisées par des querelles de personnes, celles-ci prennent place au sein d'une société inquiète et parcourue par des visions différentes de son avenir comme de son passé. L'événement majeur, le rejet par le référendum du 29 mai du projet de traité consti […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2004

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 2 927 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Un gouvernement malmené »  : […] Les déboires électoraux de la droite – qui alimentèrent en retour de fortes critiques à l'encontre du Premier ministre, jusqu'au sein de son propre camp – trouvent leur cause dans l'insatisfaction ressentie envers le gouvernement dirigé par Jean-Pierre Raffarin. Si l'on excepte les gouvernements d'Édith Cresson et d'Alain Juppé, le taux de mécontentement à l'égard de Matignon atteignit des niveau […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2003

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 2 520 mots

Année sans élections, 2003 ne fut pas politiquement paisible en France. Encore marquée par le choc de l'élection présidentielle de 2002, elle fut aussi animée par la préparation des échéances électorales de 2004 (régionales et européennes avec un nouveau mode de scrutin issu de la loi du 11 avril 2003, cantonales et sénatoriales) et par l'aiguisement des rivalités dans la perspective de la préside […] Lire la suite

LAGARDE CHRISTINE (1956- )

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DANIEL
  •  • 1 195 mots
  •  • 1 média

Présidente du Fonds monétaire international (FMI) de 2011 à 2019 et de la Banque centrale européenne (BCE) depuis le 1 er  novembre 2019, Christine Lagarde est une avocate d’affaires et femme politique entrée relativement tard dans le monde des hauts responsables de l’économie mondiale . Née le 1 er  janvier 1956 à Paris, Christine Lallouette passe ses premières années au Havre où ses parents sont […] Lire la suite

U.M.P. (Union pour un mouvement populaire)

  • Écrit par 
  • Pierre BRÉCHON, 
  • Universalis
  •  • 3 333 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Courants internes et idéologie »  : […] Depuis l'élection présidentielle de 2007 , le poste de président a été supprimé, probablement parce que le parti est directement contrôlé depuis l'Élysée et que la mise en place d'un nouveau président a été considérée comme risquant de construire une légitimité pour un virtuel opposant. L'U.M.P. a donc voulu mettre en place une direction collégiale, autour de deux pôles, exécutif et législatif. Le […] Lire la suite

Les derniers événements

France. Retour d’une majorité de droite au Sénat. 28 septembre - 1er octobre 2014

, proche de François Fillon, est élu à la tête de la Haute Assemblée après avoir remporté, la veille, la primaire à droite qui l'opposait principalement à l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, sénateur de la Vienne (U.M.P.), soutenu par Nicolas Sarkozy. […] Lire la suite

France. Démission du président de l'U.M.P. Jean-François Copé. 15-27 mai 2014

du bureau politique de l'U.M.P., Jean-François Copé, sommé par ses détracteurs – au premier rang desquels François Fillon – de démissionner de la présidence du parti, accepte de quitter ses fonctions le 15 juin. Alain Juppé, François Fillon et Jean-Pierre Raffarin assurent la direction intérimaire de l'U.M.P. jusqu'au congrès du parti prévu en octobre. […] Lire la suite

France. Accord sur une nouvelle élection à la présidence de l'U.M.P. 3-17 décembre 2012

nationale. Le 17, Jean-François Copé et François Fillon rendent public un accord, conclu sous l'égide de l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, qui prévoit l'organisation d'une nouvelle élection à la présidence de l'U.M.P. en septembre 2013 – le premier n'envisageait pas sa tenue […] Lire la suite

France. Élection contestée du président de l'U.M.P. 18-28 novembre 2012

du vote des adhérents en faveur des différentes motions proposées à leurs suffrages. La Droite forte de Guillaume Peltier et Geoffroy Didier, représentant l'aile droite du parti, arrive en tête, devant la motion de Laurent Wauquiez et celle de Jean-Pierre Raffarin. Le 21, François Fillon affirme […] Lire la suite

France. Réactions face à la politique sécuritaire du gouvernement. 4-24 août 2010

n'est ni réaliste ni applicable ». Le 24, l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin dénonce sur une chaîne de radio la « dérive droitière » de l'U.M.P. en matière de sécurité. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Delphine DULONG, « RAFFARIN JEAN-PIERRE (1948- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-pierre-raffarin/