FRANCEL'année politique 2017

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

2017 est pour l’histoire politique française une année sans pareille. Déjouant tous les pronostics, à la tête du nouveau parti En marche ! qu’il a créé en avril 2016, Emmanuel Macron devient à trente-neuf ans le plus jeune président de la Ve République. Il balaie au passage les deux grandes formations politiques du pays, en s’affirmant comme le seul rempart crédible contre le Front national, constitue un groupe parlementaire ultramajoritaire et une équipe gouvernementale qui ignorent le clivage gauche-droite, alors que celui-ci structure la vie politique du pays depuis la Libération – voire depuis la chute du second Empire. Cette imprévisible victoire, qui lui donne tous les moyens d’appliquer son programme politique, doit certes beaucoup à son talent, mais sans doute plus encore à une succession inédite d’événements politiques.

En janvier, la primaire du Parti socialiste (PS) et de ses alliés est remportée par Benoît Hamon, un candidat sans réelle capacité de rassemblement, concurrencé sur sa gauche par la campagne très efficace de Jean-Luc Mélenchon. En mars, le candidat de la droite, François Fillon, est mis en examen à l’issue d’une litanie de révélations embarrassantes portant sur des soupçons d’emploi fictif et de détournement de fonds publics. Enfin, en avril, c’est Marine Le Pen, la candidate du Front national, qui se qualifie pour affronter Emmanuel Macron au second tour de l’élection présidentielle. À cette imprévisible succession d’événements s’ajoute un contexte international – débuts de la présidence Trump, Brexit, difficultés d’Angela Merkel à former un gouvernement – qui donne au jeune président français le statut de nouvel espoir de la communauté internationale. Les journaux anglais (The Economist), allemand (Handelsblatt) et espagnol (El Mundo) le consacrent « personnalité de l’année ». Pour plusieurs commentateurs, son élection a permis à la France de revenir sur le devant de la scène mondiale.

Mais le nouveau président est confronté à d’importants défis. N’a-t-il pas déclaré, le soir même de son élection, que sa politique économique et sociale devra produire des résultats susceptibles de priver les extrêmes des arguments qui leur ont permis de progresser ? La politique menaçante de la Russie, les incertitudes de la présidence Trump, les atteintes aux valeurs fondamentales de l’Europe dans plusieurs pays de l’Union ainsi que le risque terroriste lui imposent de mener à bien le projet pour l’Europe qu’il a mis au centre de sa campagne et de démontrer que la France peut faire face aux tensions internationales.

Une année électorale hors norme

Le contexte dans lequel se déroule l’élection présidentielle des 23 avril et 7 mai 2017 est exceptionnel à plusieurs égards. Dès le mois de janvier, les deux grands partis de gouvernement, le PS et Les Républicains, rencontrent des difficultés inédites. Parues le 25 janvier, les premières révélations contenues dans un article du Canard enchaîné sur François Fillon, le candidat des Républicains, aboutissent le 14 mars à sa mise en examen pour des motifs graves : « détournement de fonds publics », « complicité et recel de détournement de fonds publics », « complicité et recel d’abus de biens sociaux », etc. Les juges lui reprochent les conditions dans lesquelles son épouse et deux de ses enfants ont été employés comme assistants parlementaires. Contredisant la promesse faite dès janvier de ne pas se présenter en cas de mise en examen, François Fillon ne renoncera jamais à sa candidature et abordera le premier tour très affaibli.

À gauche, les « primaires citoyennes » de la « Belle Alliance populaire » (Parti socialiste et ses alliés) des 22 et 29 janvier sont remportées par l’ancien frondeur du PS Benoît Hamon. Sa ligne politique, très marquée à gauche, empêchera le PS d’accéder au second tour. En consacrant l’éclatement de la gauche socialiste entre « réformistes » et partisans de cette ligne plus radicale, la campagne de Benoît Hamon conduit plusieurs socialistes – ainsi des deux candidats aux primaires, Manuel Valls et François de Rugy – et nombre de leurs électeurs traditionnels à se rallier à Emmanuel Macron. À droite, les positions très conservatrices de François Fillon poussent une large [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Emmanuel Macron au Louvre, le 7 mai 2017

Emmanuel Macron au Louvre, le 7 mai 2017
Crédits : Christophe Ena/ AP/ SIPA

photographie

France : abstentionnisme aux élections présidentielles depuis 1965

France : abstentionnisme aux élections présidentielles depuis 1965
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

France : second tour des élections présidentielles de 2012 et 2017

France : second tour des élections présidentielles de 2012 et 2017
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

France : premier tour des élections présidentielles de 2012 et 2017

France : premier tour des élections présidentielles de 2012 et 2017
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 12 médias de l'article

Écrit par :

  • : président du Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

29 juillet 2018 Cambodge. Élections législatives.

En février 2017, le cofondateur du PSNC Sam Rainsy, qui est poursuivi par la justice et vit en exil en France, a été interdit d’exercer toute activité politique et a cédé la direction de son parti à Kem Sokha. En septembre de la même année, ce dernier a été arrêté, accusé de complot contre le gouvernement et, en novembre, la Cour suprême a ordonné la dissolution du PSNC. […] Lire la suite

9-29 septembre 2017 France. Démission de Florian Philippot du FN.

Le 9, effectuant sa rentrée politique comme chaque année depuis 2012 à Brachay (Haute-Marne) – où le Front national (FN) a obtenu 90,2 p. 100 des suffrages au second tour de l’élection présidentielle en mai –, Marine Le Pen, présidente du mouvement, reprend dans son discours les thèmes traditionnels du FN : terrorisme, islamisme et immigration. Le 20, Marine Le Pen retire à Florian Philippot la délégation à la stratégie et à la communication dont il avait la charge, tout en maintenant son titre de vice-président du parti. […] Lire la suite

1er-29 avril 2014 France. Nomination du gouvernement de Manuel Valls

Le 28, Manuel Valls annonce que les pensions de retraite inférieures à 1 200 euros mensuels ne seront pas concernées par la mesure de gel des prestations sociales, et que le gel du point d'indice des fonctionnaires fera l'objet d'un réexamen chaque année. Le 28 également, le bureau national du P.S. adopte une résolution de soutien au gouvernement par 31 voix contre 15 et 1 abstention. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicolas TENZER, « FRANCE - L'année politique 2017 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2017/