FRANCEL'année politique 2017

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La droite française fracturée

En novembre 2016, les primaires de la droite et du centre avaient révélé les profondes divisions des Républicains. Celles-ci perdurent plus que jamais après la présidentielle. En décembre, l’élection au premier tour, avec plus de 74 p. 100 des suffrages exprimés, de Laurent Wauquiez à la tête du parti Les Républicains consacre la victoire d’une ligne politique très marquée à droite (sur l’Europe, la politique internationale, les sujets de société et la question des migrants). Parallèlement, plusieurs figures du parti démissionnent ou en sont exclues. Certains, comme Thierry Solère et Sébastien Lecornu, rejoignent LRM. D’autres – Franck Riester, l’ancien sarkozyste Frédéric Lefebvre – lancent le nouveau mouvement Agir, la droite constructive. D’autres enfin, à l’image de Xavier Bertrand, préfèrent n’adhérer à aucun parti ou, comme Dominique Bussereau, se mettre en congé des Républicains. Certaines personnalités importantes choisissent de rester (Valérie Pécresse, Alain Juppé ou Maël de Calan, candidat malheureux à la présidence du parti). Mais nombreux sont ceux qui préfèrent ne pas cautionner la nouvelle ligne politique du parti et soupçonnent Laurent Wauquiez de vouloir séduire les électeurs du Front national en s’inscrivant dans un courant, de plus en plus important en Europe comme aux États-Unis, qui cherche avant tout à ne pas avoir d’ennemis à droite.

Quand Emmanuel Macron cherche à réunir autour de lui un large ensemble modéré, proeuropéen et libéral sur le plan des valeurs, qui va du centre droit à la social-démocratie, Laurent Wauquiez parie au contraire sur le rassemblement de l’électorat conservateur et eurosceptique. Il entend sans doute aussi profiter de l’affaiblissement du Front national, dont les divisions éclatent au grand jour en septembre avec le départ de Florian Philippot, l’ancien bras droit de Marine Le Pen. La mise en examen de la présidente du parti et d’un certain nombre de cadres dans une affaire d’emploi fictif d’assistants au Parlement européen semble semer le doute chez les électeurs du Front national, déjà mis à rude épreuve par ses changements de cap doctrinaux, notamment sur la question de la sortie de l’euro. Tenter de capter les voix des déçus du Front national – certains Républicains laissent entendre que les valeurs de la droite et de l’extrême droite sont compatibles – présente cependant des risques pour Laurent Wauquiez : rompre la digue qui sépare la droite classique de l’extrême droite pourrait rebuter certains électeurs.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Emmanuel Macron au Louvre, le 7 mai 2017

Emmanuel Macron au Louvre, le 7 mai 2017
Crédits : Christophe Ena/ AP/ SIPA

photographie

France : abstentionnisme aux élections présidentielles depuis 1965

France : abstentionnisme aux élections présidentielles depuis 1965
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

France : second tour des élections présidentielles de 2012 et 2017

France : second tour des élections présidentielles de 2012 et 2017
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

France : premier tour des élections présidentielles de 2012 et 2017

France : premier tour des élections présidentielles de 2012 et 2017
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 12 médias de l'article


Écrit par :

  • : président du Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

29 juillet 2018 Cambodge. Élections législatives.

En février 2017, le cofondateur du PSNC Sam Rainsy, qui est poursuivi par la justice et vit en exil en France, a été interdit d’exercer toute activité politique et a cédé la direction de son parti à Kem Sokha. En septembre de la même année, ce dernier a été arrêté, accusé de complot contre le gouvernement et, en novembre, la Cour suprême a ordonné la dissolution du PSNC. […] Lire la suite

9-29 septembre 2017 France. Démission de Florian Philippot du FN.

Le 9, effectuant sa rentrée politique comme chaque année depuis 2012 à Brachay (Haute-Marne) – où le Front national (FN) a obtenu 90,2 p. 100 des suffrages au second tour de l’élection présidentielle en mai –, Marine Le Pen, présidente du mouvement, reprend dans son discours les thèmes traditionnels du FN : terrorisme, islamisme et immigration. Le 20, Marine Le Pen retire à Florian Philippot la délégation à la stratégie et à la communication dont il avait la charge, tout en maintenant son titre de vice-président du parti. […] Lire la suite

1er-29 avril 2014 France. Nomination du gouvernement de Manuel Valls

Le 28, Manuel Valls annonce que les pensions de retraite inférieures à 1 200 euros mensuels ne seront pas concernées par la mesure de gel des prestations sociales, et que le gel du point d'indice des fonctionnaires fera l'objet d'un réexamen chaque année. Le 28 également, le bureau national du P.S. adopte une résolution de soutien au gouvernement par 31 voix contre 15 et 1 abstention. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicolas TENZER, « FRANCE - L'année politique 2017 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2017/