CONAKRY

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

carte : Guinée : carte administrative

Guinée : carte administrative

Carte administrative de la Guinée. 

Afficher

Capitale de la Guinée, Conakry était encore dans la seconde moitié du xixe siècle un petit village situé dans l'île de Tombo, aux côtes ourlées de rochers et relativement abritée par les îles de Los. Occupée par les Français en 1887, l'île fut rapidement transformée en un comptoir important, bénéficiant d'un mouillage en eau profonde et de la protection d'une digue. Elle fut rattachée à la presqu'île de Kaloum par un pont mixte rail-route, et la voie ferrée atteignit Kankan en 1900.

L'agglomération s'est d'abord développée sur l'île, selon un plan très régulier : les avenues, bordées de manguiers, se recoupent à angle droit, enserrant des bâtiments dont beaucoup comportent une boutique au rez-de-chaussée et un appartement au premier étage. Les toits sont couverts de tôle ondulée. Quelques grands immeubles ont été bâtis (bureaux ou logements), surtout dans la partie occidentale. La croissance spatiale de Conakry ne pouvait se faire que sur la presqu'île, dont le relief culmine à une centaine de mètres. Déjà entamé avant 1960, le processus s'est poursuivi, et les quartiers résidentiels se sont étendus jusqu'aux abords de l'aéroport, absorbant et transformant de nombreux villages. L'agglomération de Conakry comptait 1,85 million d'habitants en 2004. Le secteur industriel a toujours été dominé par l'extraction des minerais : minerai de fer de la presqu'île, bauxite dans les îles de Los. Le port a une vocation minéralière pour laquelle il est équipé de façon moderne. Le trafic porte sur l'exportation de bananes, d'oranges, de pamplemousses, de café, de poissons et de bauxite. Les entreprises locales sont représentées par des conserveries de fruits et de poissons, l'assemblage d'automobiles, des manufactures d'objets en plastique et en aluminium. L'industrie lourde est répartie à la périphérie : textiles à Sanouya, travail du bois à Sofoniya, matériaux de construction à Kobala.

Conakry est le centre culturel et universitaire de la Guinée.

—  Pierre VENNETIER

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université de Bordeaux-III, directeur de recherche honoraire au C.N.R.S.

Classification

Autres références

«  CONAKRY  » est également traité dans :

GUINÉE

  • Écrit par 
  • Monique BERTRAND, 
  • Bernard CHARLES, 
  • Agnès LAINÉ
  • , Universalis
  •  • 19 485 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Purge des « contre-révolutionnaires » »  : […] Devenu omnipotent et omniprésent, le P.D.G. a réussi à neutraliser ou à détruire les forces politiques qui eussent pu s'opposer à lui ou les antagonismes surgissant en son sein. Si la violence physique n'a pas été utilisée contre le colonisateur pour réaliser l'indépendance, elle n'en demeure pas moins au cœur du régime. Dès le début, Sékou Touré n'a pas hésité à parler de dictature. Depuis, il ra […] Lire la suite

Les derniers événements

25 avril 2018 France. Mise en examen de Vincent Bolloré.

Les chefs d’État de ces deux pays, respectivement Faure Gnassingbé et Alpha Condé, sont présumés avoir favorisé les intérêts du groupe Bolloré dans le développement de ses activités logistiques à Lomé et Conakry après avoir bénéficié de services sous-facturés par l’agence Havas – alors propriété du groupe Bolloré – lors de leurs campagnes électorales de 2010. […] Lire la suite

3-22 décembre 2009 Guinée. Tentative d'assassinat contre le chef de la junte

Le 3, à Conakry, le chef de la junte militaire, le capitaine Moussa Dadis Camara, se fait tirer dessus par son aide de camp, le lieutenant Aboubacar Sidiki Diakité, dit « Toumba », au cours d'une fusillade dans une caserne. En tant que chef d'une unité de la garde présidentielle, Toumba est mis en cause par la commission d'enquête internationale chargée de faire la lumière sur les viols et les massacres qui ont fait cent cinquante-sept morts le 28 septembre dans le stade de Conakry. […] Lire la suite

28 septembre - 16 octobre 2009 Guinée. Répression violente d'une manifestation par la junte militaire

Les 12 et 13, le Forum des forces vives de Guinée appelle à deux journées « ville morte » à Conakry afin d'obtenir le départ de la junte au pouvoir. Le 16, le secrétaire général de l'O.N.U. Ban Ki-moon annonce la création de la commission d'enquête internationale chargée de faire la lumière sur les événements du 28 septembre.  […] Lire la suite

22-29 décembre 2008 Guinée. Mort du président Lansana Conté et coup d'État militaire

Le 26, le président du Sénégal Abdoulaye Wade appelle à soutenir la junte au pouvoir à Conakry. Le 29, l'Union africaine suspend la Guinée.  […] Lire la suite

9-26 février 2007 Guinée. Nomination d'un Premier ministre de consensus

Les jours suivants, les troubles font des dizaines de morts à Conakry et dans les villes de province. Le 11, les syndicats réclament pour la première fois la démission du président Conté. Le 12, ce dernier proclame l'état de siège, qui interdit notamment toute manifestation. Le 25, alors que l'Assemblée nationale a refusé de prolonger l'état de siège, Lansana Conté accepte de nommer un nouveau Premier ministre de consensus parmi quatre candidats proposés par les syndicats, selon un accord conclu sous l'égide de la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre VENNETIER, « CONAKRY », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/conakry/