NIAMEY

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'origine de Niamey est incertaine : village de pêcheurs songhaï pour certains, village d'agriculteurs zarmas, maouris et peuls pour d'autres. Sa situation d'étape fluviale et sa proximité d'un gros marché poussèrent les Français à en faire un chef-lieu administratif en 1903 (1 800 habitants en 1905) et, en même temps, le centre du gouvernement territorial jusqu'au 1er janvier 1911, date où Zinder lui fut préférée car plus centrale. Le décret du 28 décembre 1926 rétablit Niamey comme siège du gouverneur, la ville étant mieux située par rapport aux régions les plus peuplées et riches du Niger. Elle devint la capitale de la Colonie du Niger créée par le décret du 13 octobre 1922.

Niger : carte administrative

Carte : Niger : carte administrative

Carte administrative du Niger. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Sa croissance, qui tarda longtemps à s'affirmer (7 500 habitants en 1945), s'amorça après l'indépendance grâce à ses fonctions politiques et administratives (30 000 habitants en 1960, 70 000 en 1970). Elle s'accéléra sous l'effet du « boom » de l'uranium (1976-1983) dont les retombées financières la dotèrent d'infrastructures modernes, et lors des sécheresses de 1973-1974 puis de 1984-1985 qui provoquèrent un afflux massif de réfugiés fuyant la famine, agriculteurs et pasteurs sans récolte ni troupeau (400 000 hab. en 1986). Depuis lors, sa population a plus que doublé : elle est d'environ 925 000 habitants en 2007, en raison d'un rythme de croissance de 4,5 p. 100 par an. Ce croît élevé s'explique par un fort taux d'accroissement naturel (54 p. 100 des Niaméens ont moins de vingt ans) et un exode rural soutenu.

Peuplée désormais de tous les groupes ethnolinguistiques du pays, sa morphologie a été bouleversée par sa démographie galopante, qui a pris de court toute planification de son extension. De bourgade, la Communauté urbaine de Niamey (24 000 km2) constituée le 24 novembre 1988 est devenue une capitale polycentrée, dont la partie administrative et les zones résidentielles se distinguent du centre-ville dédié au commerce (grand marché) et plus encore des quartiers d'habitat africain (Sabon Gari, Boukoki, Talladjé, Foulankoira, Lazaret) aux logements surpeuplés dont la moitié environ sont précaires. Dès les années 1980, son urbanisation s'est étendue à la rive droite du Niger constituée de plaines (quartiers Gaweye et Karadjé). En périphérie de ces « deux villes » reliées par l'unique pont Kennedy, des populations démunies ont spontanément édifié des zones d'habitat temporaire très denses.

Ville de fonctionnaires, Niamey est aussi la capitale économique du Niger, accueillant le siège des entreprises nationales et de quelques industries. Son économie est caractérisée par l'hypertrophie du secteur informel (artisanat, petite industrie, commerces, services) qui ne parvient cependant pas à enrayer le chômage, car le dynamisme démographique ne s'est pas accompagné d'une croissance économique suffisante. Les compressions de personnel opérées depuis les années 1980 à la fois dans l'administration et l'industrie ont aggravé cette situation, qui s'est traduite par une forte précarité des ménages, 42 p. 100 vivant sous le seuil de pauvreté depuis lors. Niamey est enfin un nœud de communications, un réseau de pistes la reliant à son arrière-pays rural auquel elle demeure très liée, et des routes goudronnées au reste du pays, au Burkina Faso et au Mali.

Le budget de la ville ne permet pas aux pouvoirs publics de doter celle-ci des infrastructures nécessaires ni même de gérer l'existant (voirie, assainissement, évacuation des ordures ménagères, etc.). Niamey apparaît comme l'exemple classique d'un centre urbain colonial devenu une véritable métropole africaine confrontée à des difficultés économiques (chômage persistant, spéculation foncière) et sociales (misère, insécurité grandissante).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  NIAMEY  » est également traité dans :

NIGER

  • Écrit par 
  • Mamoudou GAZIBO, 
  • Sadou GAZIBO, 
  • Emmanuel GRÉGOIRE
  • , Universalis
  •  • 7 489 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « De l'institutionnalisation de l'État colonial à l'indépendance »  : […] L'heure est désormais à l'organisation militaire et administrative. Dès le 25 juillet 1900, le troisième territoire militaire est créé avec, à sa tête, le lieutenant-colonel Peroz. Entre 1900 et 1906, les Français renforcent leur présence avec la multiplication des postes militaires. Le 1 er  janvier 1905, le territoire militaire nigérien est créé avec Niamey comme siège du gouvernement, et ce ju […] Lire la suite

Les derniers événements

2 janvier -19 février 2021 France – Mali – Niger. Pertes françaises et opération djihadiste.

Le 3, une centaine de civils sont tués lors d’attaques de groupes djihadistes contre deux villages situés au nord de Niamey, au Niger, dans cette même zone des « trois frontières » où la force Barkhane est déployée. Le 3 également, les forces françaises effectuent une frappe aérienne contre une position djihadiste à Bounti, au Mali, toujours dans cette même région. […] Lire la suite

22-23 décembre 2017 France – Niger. Visite du président français Emmanuel Macron à Niamey.

Les 22 et 23, le président français Emmanuel Macron se rend à Niamey, notamment pour visiter les troupes françaises déployées dans le cadre de l’opération Barkhane. Cette visite exprime également le soutien de Paris à la force antiterroriste conjointe du G5 Sahel lancée en juillet, qui réunit le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad, ainsi qu’à la politique de maîtrise de l’immigration instaurée au Niger sous l’égide de l’Union européenne et de l’Organisation internationale pour les migrations, avec la mise en place de centres de transit de migrants. […] Lire la suite

6-17 mars 2014 Libye. Changement de Premier ministre

En février, Niamey avait déjà remis à Tripoli le général Abdallah Mansour, un haut responsable de la sécurité du régime de Mu'ammar al-Kadhafi. Un autre fils de ce dernier, Saïf al-Islam, est aux mains de la brigade de Zenten, dans l'ouest du pays. Le 11, les autorités libyennes annoncent qu'elles n'ont pas réussi à arraisonner un bâtiment transportant une cargaison de pétrole embarquée à Al-Sedra, un terminal aux mains des rebelles fédéralistes qui contrôlent la Cyrénaïque, dans l'est du pays. […] Lire la suite

29-30 octobre 2013 Niger – Mali – France. Libération de quatre otages français

Les quatre otages ont été remis en liberté quelques jours plus tôt dans le nord-ouest du Mali avant d'être conduits à Niamey via Kidal. Abou Zeid, le chef de leurs ravisseurs, avait été tué lors de l'opération Serval lancée en janvier 2013 par la France pour libérer le nord du Mali occupé par les forces djihadistes. Paris dément tout versement d'« argent public » en guise de rançon, en application du principe édicté par le président François Hollande. […] Lire la suite

7-19 janvier 2011 Niger – Mali. Enlèvement et mort de deux Français

Le 7, deux Français sont enlevés dans un restaurant de Niamey, la capitale du Niger. En septembre 2010 déjà, sept personnes, dont cinq Français travaillant pour le groupe Areva, avaient été enlevées au Niger, dans la ville minière d'Arlit; ces hommes seraient détenus au Mali. L'opération avait été revendiquée par l'organisation islamiste Al-Qaida au Maghreb islamique (A. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Emmanuel GRÉGOIRE, « NIAMEY », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/niamey/