Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FORME, musique

Le concept de forme musicale prête à confusion : lorsque l'on parle de forme, on pense en effet à la manière dont est construite une œuvre ; mais cette définition reste très incomplète car la forme peut alors être confondue avec la structure d'un mouvement ou de la totalité d'une pièce. Or la forme englobe la structure, puisqu'elle est l'agencement des diverses parties d'une œuvre et en constitue le tout (par exemple une sonate pour piano, une symphonie, un opéra), alors que la structure est l'agencement de diverses parties (motifs, thèmes, périodes) en vue de constituer un tout, par exemple une fugue, qui peut se présenter seule (une fugue de Jean-Sébastien Bach) ou s'inscrire dans une grande forme (fugue dans le finale de la Cinquième Symphonie de Gustav Mahler).

Deux formes identiques peuvent avoir des structures radicalement différentes. Ainsi, un opéra de Wolfgang Amadeus Mozart et un opéra de Richard Wagner : le premier est découpé en numéros (arias, duos, récitatifs...) nettement séparés alors que le second présente un développement mélodique continu. En revanche, du point de vue de la forme, ces deux ouvrages expriment une action dramatique au moyen des voix et des instruments. La forme est l'essence de l'œuvre : si un compositeur choisit d'écrire un trio, c'est d'abord parce qu'il a en tête une certaine idée d'écriture à trois voix ; la structure ne vient que par la suite. Mais il arrive que certaines structures – la chaconne ou la passacaille, par exemple – déterminent la forme même d'une pièce.

Les formes lyriques

C'est Claudio Monteverdi qui, avec L'Orfeo, premier opéra de l'histoire (1607), a créé les modèles formels à partir desquels ont été fixés les éléments constitutifs d'une œuvre lyrique : récitatif, aria, arioso, ouverture.

Le récitatif est un chant librement déclamé, dont la mélodie et le rythme suivent les inflexions naturelles de la langue parlée. Il remonte à l'Antiquité et à la psalmodie des premiers chrétiens. Le développement du style monodique a permis son épanouissement et les humanistes de la Renaissance le présentèrent comme une reconstitution de la déclamation de la tragédie antique. Il peut être secco (soutenu par quelques accords au clavecin ou à l'orgue) ou accompagné par l'orchestre. Dans les dernières œuvres de Monteverdi, notamment Le Couronnement de Poppée (1642-1643), le récitatif devient nettement séparé de l'air. C'est le début d'une évolution qui aboutit à faire de l'opéra une succession de récitatifs et d'airs, de structures bien différenciées. Le récitatif est une partie de la tragédie lyrique conçue par Jean-Baptiste Lully à la fin du xviie siècle. Il est alors entièrement calqué sur les accents et le rythme de la déclamation tragique, ce qui conduit à de très grands changements de mesure et à une très grande souplesse mélodique. Jean-Philippe Rameau, au siècle suivant, reste fidèle à cette conception, mais il en accentue le caractère lyrique de manière à traduire musicalement toutes les nuances de la passion, de la tendresse et de l'amour. Bach ou Georg Friedrich Haendel font du récitatif un usage radicalement différent puisque celui-ci sert à préparer l'air. Le récitatif, présent dans les opéras, se trouve également dans les cantates, les oratorios ou les passions.

Née du récitatif, l'aria est une mélodie plus largement développée, accompagnée par l'orchestre et destinée à faire valoir la voix du soliste. L'aria peut adopter une forme simple (AB) isolée à l'intérieur ou à la fin d'un récitatif ou devenir une aria da capo, forme principale de l'aria à l'époque baroque. À la suite d'Alessandro Scarlatti, tous les compositeurs du début du xviiie siècle auront[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : musicologue, analyste, chef de chœur diplômée du Conservatoire national supérieur de musique de Paris, chargée de cours à Columbia University, New York (États-Unis)

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • LE STYLE CLASSIQUE (C. Rosen)

    • Écrit par Daniel CHARLES
    • 1 586 mots

    Le style classique, tel que l'envisage Charles Rosen, dans Le Style classique. Haydn, Mozart, Beethoven (Gallimard, 1978, initialement paru aux États-Unis en 1971, sous le titre The Classical Style), « c'est d'abord un tournant dans l'évolution » de la musique ? cinquante ans de ...

  • WAGNÉRISME

    • Écrit par Jean PAVANS
    • 1 852 mots
    • 1 média
    ...légendes de l'humanité. Il n'y a naturellement là rien de nouveau, sauf que Wagner voulait mettre l'universel dans les légendes allemandes. Mais c'est dans la forme musicale que la doctrine wagnérienne produit des nouveautés radicales. La fusion continuelle avec le texte exclut l'usage de récitatifs, et incite...

Voir aussi