Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FINANCE DE MARCHÉ Marchés dérivés

Les marchés O.T.C.

La plupart de ces produits aux sous-jacents exotiques s'échangent déjà sur les marchés de gré à gré, dits O.T.C. (pour over-the-counter). Les volumes de transaction y sont beaucoup plus importants que ceux qui sont enregistrés sur les marchés organisés. Selon la B.R.I., en décembre 2011, les montants notionnels étaient de plus de 700 000 milliards de dollars sur les marchés O.T.C, contre 58 000 milliards de dollars sur les marchés organisés.

Le principal avantage des marchés O.T.C. est de proposer des contrats « sur mesure » qui répondent parfaitement aux attentes des investisseurs ; les derniers recensements font état de milliers de contrats différents. Outre une grande variété de sous-jacents, il est possible d'échanger de gré à gré de nombreuses options, dites de seconde génération, dont les caractéristiques diffèrent de celles des options classiques (baptisées familièrement plain vanilla en anglais). C'est le cas, par exemple, des options dites asiatiques dont le prix d'exercice est égal à la moyenne des cours observés sur une période donnée, ou des options à barrière qui s'activent ou se désactivent au gré de l'évolution du prix des actifs. On trouve également sur les marchés dérivés O.T.C. de nombreux contrats de swap, terme anglais qui signifie échange. Il s'agit le plus souvent d'échanger des dettes libellées dans deux monnaies différentes ou des flux financiers à taux fixes contre d'autres à taux variables. On y trouve aussi des « dérivés de crédit ». Initialement conçus pour pallier les risques de marché (risque de taux, risque de change, risques liés aux variations de prix des matières premières ou des cours de bourse, etc.), les produits dérivés sont donc aussi utilisés aujourd'hui pour se couvrir ou spéculer sur les risques de contrepartie (risque de non-paiement ou de non-remboursement). Ces nouveaux produits servent essentiellement aux banques pour gérer leur portefeuille de prêts. Les motivations pour cela sont nombreuses. Il s'agit, par exemple, pour un créancier de vendre un risque de crédit trop élevé afin de se mettre en conformité avec les directives édictées par les autorités de supervision ou, dans une optique purement commerciale, afin de continuer à prêter à certains clients sans devoir supporter les coûts d'une faillite éventuelle.

Bourse de Chicago : crise financière de 2002 - crédits : Joseph Sohm/ Getty Images news/ AFP

Bourse de Chicago : crise financière de 2002

La multiplication des contrats sur les marchés O.T.C. pose naturellement problème. Le principal inconvénient de ces marchés tient à l'absence de chambre de compensation. Les risques pèsent non seulement sur les opérateurs concernés, mais aussi sur les économies tout entières. La crainte est, en effet, de voir la faillite d'un intervenant conduire à des défaillances en chaîne, au terme desquelles la crise peut devenir systémique. D'autant qu'avec la complexification des produits, on assiste à une concentration des opérations entre les mains d'un petit nombre d'acteurs. Aussi, depuis la crise financière de 2008, la réglementation vise-t-elle à faire migrer les contrats de gré à gré vers des marchés organisés.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Gunther CAPELLE-BLANCARD. FINANCE DE MARCHÉ - Marchés dérivés [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Média

Bourse de Chicago : crise financière de 2002 - crédits : Joseph Sohm/ Getty Images news/ AFP

Bourse de Chicago : crise financière de 2002

Autres références

  • ACTIONNAIRES

    • Écrit par Pierre BALLEY
    • 8 189 mots
    • 2 médias
    La Bourse apporte, en principe, une réponse à cette question. Elle est en effet un marché secondaire (c'est-à-dire de titres déjà en circulation dans le public) des valeurs mobilières, ouvert à tous et soumis à des règles de fonctionnement qui visent à en assurer l'équité et la transparence....
  • AGENCES DE NOTATION

    • Écrit par Patrick JOLIVET
    • 3 415 mots

    Les agences de notation financière, également appelées agences de rating ou agences de notation de crédit, ont pour rôle de fournir aux marchés financiers une information indépendante sur la capacité des emprunteurs à rembourser leur dette, à ne pas faire défaut. Si le marché du renseignement...

  • ANTICIPATIONS, économie

    • Écrit par Christian de BOISSIEU
    • 6 072 mots
    • 4 médias
    ...nombreux arguments font pencher en faveur de l'hypothèse opposée, et de la reconnaissance par la théorie économique de l'hétérogénéité des anticipations. Il semble par exemple contradictoire d'élaborer une théorie de la finance en conservant le postulat d'homogénéité des prévisions de taux d'intérêt. Si...
  • ARBITRAGE, finance

    • Écrit par Gunther CAPELLE-BLANCARD
    • 1 274 mots
    Dans le domaine de lafinance, le terme arbitrage renvoie à une pratique qui ne laisse aucune place au jugement de valeur. Dans l'acception la plus large, arbitrer, en finance, signifie choisir parmi plusieurs stratégies similaires la plus avantageuse. Par extension, ce terme évoque la possibilité de...
  • Afficher les 93 références

Voir aussi