PEINTRES FILMS DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Si nombre de pionniers de la photographie furent aussi des peintres — Nadar, par exemple, ou Delacroix lorsqu'il leur est arrivé de collaborer avec Eugène Durieu —, quantité de peintres se sont sans doute aussi posé la question à un moment de leur recherche : « Que peut-on faire avec une caméra ? »

Les films qui résultent de cette recherche sont difficiles à classer. Tantôt le peintre s'éprend assez de ce nouveau mode d'expression pour verser dans le professionnalisme (par exemple Robert Lapoujade : Le Socrate, 1969 ; Le Sourire vertical, 1973) et abandonner plus ou moins la peinture, tantôt, au contraire, il aborde le cinéma comme simple continuation et prolongement de ses recherches picturales sans chercher à s'intégrer au marché cinématographique. On a alors affaire à un cinéma d'avant-garde : c'est le cas des films des futuristes italiens, Rythme coloré de Léopold Survage, des films de Hans Richter (Rythmes, Rêves à vendre), Le Retour à la raison de Man Ray (1923), L'Anemic cinéma de Marcel Duchamp (1926), Le Ballet mécanique de Fernand Léger (1924) ; ou encore à un cinéma expérimental et underground : ainsi le peintre sculpteur Robert Breer ou Andy Warhol qui fut comme peintre un des chefs de file du pop art, en même temps que ses films (Empire, Sleep, Chelsea Girls, entre autres) témoignaient d'une intelligence très aiguë des problèmes spécifiques de l'expression cinématographique.

Dans un cas comme dans l'autre, on peut remarquer le soin exceptionnel apporté au cadre et à la composition de l'image ; une grande liberté vis-à-vis des règles réalistes de la narrativité (ce qui intéresse les peintres dans le cinéma semble être plutôt l'expérimentation sur l'image en tant que telle, les rythmes et la durée, que le souci de raconter une histoire) ; une pratique du montage qui s'apparente au collage.

Les films d'artistes sont difficilement répertoriables : souvent réalisés dans des conditions non professionnelles, ils n'ont alors aucune existence légale. Toutefois, il est indiscutable que, depuis les années 1960, on assiste à une véritable généralisation du type de film d'artiste. Parmi les peintres et sculpteurs devenus cinéastes, on peut citer Vito Acconci, Christian Boltanski, Dan Graham, Bruce Nauman, Sarkis, Laurence Weiner, Alain Degange. Des galeries d'art s'intéressent également à ce cinéma semi-amateur, et certaines d'entre elles (P. A. P. à Munich, Gerry Schum à Düsseldorf) ne vendent plus que des films, éditant même des copies signées et numérotées comme des estampes.

—  Jean-Louis COMOLLI

Écrit par :

Classification


Autres références

«  PEINTRES FILMS DE  » est également traité dans :

CINÉMA (Cinémas parallèles) - Le cinéma d'avant-garde

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 11 531 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L’invention d’une norme »  : […] La naissance du cinéma d’avant-garde pose un problème théorique dont les historiens ne se sont pas toujours souciés. Pour qu’un cinéma différent de la norme apparaisse, encore faut-il que cette dernière soit constituée. C’est une erreur de prétendre, par exemple, que Méliès, qui usait et abusait d’un certain nombre de « trucs » (surimpressions, arrêts de la caméra, changement d’échelle perspectiv […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-cinemas-paralleles-le-cinema-d-avant-garde/#i_42857

CINÉMA (Cinémas parallèles) - Le cinéma d'animation

  • Écrit par 
  • Bernard GÉNIN, 
  • André MARTIN
  •  • 17 832 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'abstraction individuelle »  : […] Les préoccupations rythmiques et les recherches d'écriture qui, au début du xx e  siècle, animaient la peinture, aux dépens de la représentation des objets, devaient forcément inciter quelques peintres à passer de la cimaise à l'écran et à se servir du film pour donner le mouvement à des formes abstraites (Léopold Survage dès 1912 ; le Suédois Vi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-cinemas-paralleles-le-cinema-d-animation/#i_42857

FAHLSTRÖM ÖYVIND (1928-1976)

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 894 mots

Né à S ao Paulo de parents suédois et norvégien, revenu en Suède en 1939 et redevenu suédois en 1947, Fahlström ne peut être considéré seulement ni comme un peintre ni comme un Suédois. Enclin par nature et par expérience à l'universalité, il fut l'un des rares esprits encyclopédiques du xx e siècle. De 1961 à sa mort, il a vécu, comme Marcel Duc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oyvind-fahlstrom/#i_42857

FROMANGER GÉRARD (1939- )

  • Écrit par 
  • Alain JOUFFROY
  •  • 1 084 mots

Jacques Prévert révéla Gérard Fromanger à Paris en 1965 en le présentant par un texte d'introduction à une exposition collective à la galerie Maeght (« Gérard Fromanger », in Derrière le miroir ). Il a célébré ensuite sa peinture par le texte qu'il lui consacra en 1971 ( Gérard Fromanger boulevard des Italiens , par Jacques Prévert et Alain Jouffroy). Ay […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gerard-fromanger/#i_42857

MARTIAL RAYSSE (exposition)

  • Écrit par 
  • Didier SEMIN
  •  • 1 024 mots

Dans le chapitre « Une unité nouvelle »  : […] Le parti pris de l’accrochage de la rétrospective du M.N.A.M. en 2014 était strictement chronologique, mais on n’en imagine pas de meilleur pour rendre compte d’une carrière aussi complexe, et apparemment discontinue, que celle de Martial Raysse. Le visiteur était accueilli par les grands collages peints du début des années 1960 ( La France verte, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/martial-raysse-exposition/#i_42857

RAYSSE MARTIAL (1936- )

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 1 651 mots

Dans le chapitre « Entre photographie et néon »  : […] La photographie, que Martial Raysse emprunte à la publicité ou à ses propres clichés, en rendant hommage à la beauté féminine, lui permet d'exploiter la mise à plat de la réalité qu'elle autorise. Ainsi naissent Souviens-toi de Tahiti (1963, Louisiana Museum of Modern Art, Humlebaek) – dans une vision idyllique de bord de mer, l'artiste intègre à la sérigraphie sur toile un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/martial-raysse/#i_42857

RICHTER HANS (1888-1976)

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 801 mots
  •  • 1 média

Sa vie durant, Hans Richter est resté fidèle à un petit nombre de principes, au premier rang desquels une croyance quasi naïve à l'intérêt des découvertes technologiques. Sa position au sein du dadaïsme est à cet égard l'inverse de celle de Duchamp ou de Picabia, chez lesquels la fascination du machinisme s'acheva en dérision ou en lyrisme ludique. Le jeune peintre berlinois avait rencontré Marine […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-richter/#i_42857

ROSSIF FRÉDÉRIC (1922-1990)

  • Écrit par 
  • Hélène BLESKINE
  •  • 1 040 mots

Frédéric Rossif était un poète de l'image, et il disait de lui-même qu'il était un émigré. « J'ai fait du cinéma car je ne sais pas écrire, et l'image est le langage des exilés. » On l'a souvent comparé à Noé. Dans son arche, il a accumulé des trésors d'images qu'il a filmées dans le monde entier, et a réalisé des centaines de films difficiles à classer dans le genre documentaire, car ils représe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frederic-rossif/#i_42857

SURRÉALISME & CINÉMA

  • Écrit par 
  • Ado KYROU
  •  • 1 414 mots

Le cinéma à proprement parler surréaliste peut paraître à première vue mince, voire pauvre. Il n'en est rien : le surréalisme a imprégné quantité de films. Les surréalistes, ceux qui firent partie du groupe et qui signèrent les textes importants de l'entre-deux-guerres, se méfièrent du cinéma, retrouvant dans les seuls films populaires (par exemple Fantomas ), burlesques (par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surrealisme-et-cinema/#i_42857

Pour citer l’article

Jean-Louis COMOLLI, « PEINTRES FILMS DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/films-de-peintres/