FERRO-ÉLECTRICITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Boracite

Boracite
Crédits : R. Appiani/ De Agostini

photographie

Titanate de baryum

Titanate de baryum
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Phosphate diacide de potassium

Phosphate diacide de potassium
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Variation de1/e avec T

Variation de1/e avec T
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama


Théories de la ferro-électricité

La théorie thermodynamique de Devonshire, dérivée de la théorie générale de Landau, explique, au moins qualitativement, l'essentiel des propriétés décrites ci-dessus. Pour cela on admet que l'état du matériau peut être défini par une fonction énergie libre F qui a la même expression dans les différentes phases ferro-électrique et para-électrique, et qui peut être développée en série de puissances de la polarisation.

Par exemple, si l'on prend pour F une expression du type suivant :

où B et C sont indépendants de la température, on peut rendre compte des propriétés des transitions du deuxième ordre (par exemple TGS) : l'application des méthodes classiques de la thermodynamique permet de retrouver la loi de Curie, les variations de la permittivité et de la polarisation spontanée en fonction de la température. L'introduction de terme en P6 dans F permet de traiter le cas des transitions du premier ordre.

La théorie des transitions ferro-électriques est maintenant englobée dans les théories générales des transitions de phases où la méthode du groupe de renormalisation permet de préciser les propriétés d'universalité et de criticalité.

La théorie de Cochran est un modèle microscopique de la ferro-électricité qui suppose que certaines vibrations du réseau cristallin du mode optique (appelées mode ferro-électrique) se font à fréquence très basse, ce qui autorise un couplage avec les vibrations du mode acoustique et assure l'effet coopératif entre mailles polarisées voisines ; celles-ci s'orientent alors toutes dans le même sens pour former un domaine ferro-électrique.

D'autres théories permettent désormais de rendre compte non seulement de l'existence des phases ferro-électrique et para-électrique mais aussi d'une phase dite « incommensurable » qui apparaît entre les deux précédentes dans un certain nombre de matériaux (thiourée, Rb2ZnCl4, NO2Na...).

[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  FERRO-ÉLECTRICITÉ  » est également traité dans :

PÉROVSKITES

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER, 
  • Bernard PIRE
  •  • 1 775 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Propriétés physiques et applications actuelles des pérovskites »  : […] champ électrique extérieur peut faire basculer d’une direction à une autre. Ce caractère, appelé « ferroélectrique », est décrit par le cycle d’hystérésis de la polarisation en fonction du champ électrique appliqué (rappelons que, en physique, on appelle hystérésis la persistance d’un phénomène lorsque cesse la cause qui l’a provoqué). La […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perovskites/#i_15005

RÉMANENCE, physique

  • Écrit par 
  • Viorel SERGIESCO
  •  • 485 mots

Phénomène lié à l'hystérésis de la réponse A d'un système par rapport au champ appliqué extérieur B. Si A dépend non seulement de la valeur actuelle de B, mais aussi de son « histoire » (systèmes à mémoire, phénomènes héréditaires), il y a hystérésis au sens suivant : en augmentant lentement B de zéro à Bm et en le réduisant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/remanence/#i_15005

Voir aussi

Pour citer l’article

Lucien GODEFROY, « FERRO-ÉLECTRICITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ferro-electricite/