FERRO-ÉLECTRICITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Boracite

Boracite
Crédits : R. Appiani/ De Agostini

photographie

Titanate de baryum

Titanate de baryum
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Phosphate diacide de potassium

Phosphate diacide de potassium
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Variation de1/e avec T

Variation de1/e avec T
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama


Applications des matériaux ferro-électriques

La divergence qui apparaît au voisinage des transitions pour la plupart des coefficients électriques, optiques ou mécaniques des ferro-électriques permet d'espérer l'obtention de bonnes performances dans de nombreuses applications. Toutefois, la première difficulté rencontrée est celle de la dimension des monocristaux disponibles : la croissance de gros cristaux est malaisée, voire impossible, sauf pour les matériaux du type phosphates ou sulfates. Pour les autres matériaux du type oxydes (titanates, niobates, etc.) on préfère utiliser des céramiques dont la préparation, plus facile et moins coûteuse, peut être développée par des méthodes industrielles à grand débit. Un autre avantage des céramiques est la possibilité de réaliser facilement des mélanges ou des dopages, donc d'ajuster plus facilement la valeur des paramètres utilisés et d'optimiser le rendement des composants fabriqués.

Dans la suite, les applications sont classées suivant la propriété physique utilisée.

Propriétés diélectriques

La très forte valeur (εr ∼ 10 000) de la permittivité des titanates, zirconates, tantalates a été très largement mise à profit pour la réalisation des condensateurs dits « céramiques », dont la composition et le dopage peuvent être ajustés à la demande pour obtenir les capacités et les pertes désirées en fonction de la température d'emploi.

Propriétés pyro-électriques

L'apparition d'un courant dans le circuit extérieur d'un condensateur à matériau ferro-électrique quand sa température varie (i = dPs/dT) peut être exploité de la façon suivante : si un rayonnement infrarouge est absorbé par le matériau, la température de celui-ci augmente et le courant apparaît : c'est un détecteur infrarouge. Le dispositif est sensible aux variations de température plutôt qu'à la température elle-même, ce qui place son domaine d'application vers les hau[...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  FERRO-ÉLECTRICITÉ  » est également traité dans :

PÉROVSKITES

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER, 
  • Bernard PIRE
  •  • 1 775 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Propriétés physiques et applications actuelles des pérovskites »  : […] champ électrique extérieur peut faire basculer d’une direction à une autre. Ce caractère, appelé « ferroélectrique », est décrit par le cycle d’hystérésis de la polarisation en fonction du champ électrique appliqué (rappelons que, en physique, on appelle hystérésis la persistance d’un phénomène lorsque cesse la cause qui l’a provoqué). La […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/perovskites/#i_15005

RÉMANENCE, physique

  • Écrit par 
  • Viorel SERGIESCO
  •  • 485 mots

Phénomène lié à l'hystérésis de la réponse A d'un système par rapport au champ appliqué extérieur B. Si A dépend non seulement de la valeur actuelle de B, mais aussi de son « histoire » (systèmes à mémoire, phénomènes héréditaires), il y a hystérésis au sens suivant : en augmentant lentement B de zéro à Bm et en le réduisant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/remanence/#i_15005

Voir aussi

Pour citer l’article

Lucien GODEFROY, « FERRO-ÉLECTRICITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ferro-electricite/