FÉMINISMELes théories

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Simone de Beauvoir

Simone de Beauvoir
Crédits : Hulton Getty

photographie

Carol Gilligan, un regard différent sur la responsabilité

Carol Gilligan, un regard différent sur la responsabilité
Crédits : D.R.

photographie

Jacques Derrida

Jacques Derrida
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie


Ce qu'on désigne sous le terme « féminisme » est un mouvement complexe à la fois politique, social, culturel et intellectuel, qui s'est affirmé dans le dernier tiers du xxe siècle au sein de la culture occidentale (États-Unis et Europe) pour s'étendre ensuite, sous des formes diverses, à toutes les régions du monde. Il met théoriquement et politiquement en question la relation entre les sexes qui a assuré séculairement « la domination masculine » (P. Bourdieu), ainsi que leurs définitions.

En effet si, à travers toute l'histoire humaine, la différence des sexes s'est traduite dans des formes sociales et culturelles multiples et a fait l'objet de conceptions religieuses et philosophiques diverses, c'est cependant toujours sur la base d'une structure duelle, hiérarchique et inégalitaire, diversement modulée, constituant un « invariant » (F. Héritier) relayé par la démocratie elle-même : celle-ci dans sa version grecque (N. Loraux) comme dans sa version moderne, se contente de substituer au patriarcat un fratriarcat (C. Pateman). C'est par son caractère global que le féminisme contemporain se distingue des manifestations sporadiques qu'il avait connues au cours des siècles antérieurs, manifestations qui étaient généralement liées à un objectif sectoriel et/ou concernaient un groupe déterminé. Ce mouvement conteste désormais structurellement les formes tant économiques que sociales, politiques, culturelles, privées ou sexuelles, du rapport entre les sexes.

Il faut porter au crédit de Simone de Beauvoir d'avoir, en 1946, avec Le Deuxième Sexe, su repérer et articuler pour la première fois dans une réflexion générale les manifestations les plus diverses de la dualisation hiérarchique des sexes, et les formes variées sous lesquelles celle-ci se décline à travers les périodes de l'histoire et les cultures : formes sexuelles, reproductives, intellectuelles, culturelles, politiques, économiques, etc., qui font qu'« on ne naît pas femme, on le devient ». Même si les analyses sont d'inégales valeurs, et si le modèle humain proposé semble celui qu'incarne la masculinité, des phénomènes abordés jusque-là en ordre dispersé sont désormais structurellement problématisés. Une problématique qui ne cessera de se développer, suivant des chemins divers dans la pensée et la pratique.

Simone de Beauvoir

Simone de Beauvoir

photographie

La Française Simone de Beauvoir (1908-1986), romancière existentialiste (L'Invitée), prix Goncourt (Les Mandarins), et féministe (Le Deuxième Sexe). 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Trente ans plus tard, ce livre, qui fit scandale lors de sa parution, aura sa traduction dans le réel à travers le surgissement du « mouvement de libération des femmes », sans qu'il faille y voir un lien de cause à effet : les premières théoriciennes et activistes du féminisme des années 1970, tant américaines que françaises, ont pour la plupart lu Le Deuxième Sexe et s'y réfèrent, mais sans adopter nécessairement sa perspective théorique ou partager ses analyses.

Spécificité du féminisme

Phénomène complexe, irréductible aux autres phénomènes socio-politiques connus, tout comme à ses manifestations sporadiques antérieures, le mouvement féministe de la fin du xxe siècle manifeste son originalité tant dans son organisation et ses modes de développement, que dans son rapport à la théorie. En effet ce mouvement ne comporte pas de doctrine référentielle, pas plus qu'il ne s'organise en parti politique – et les rares tentatives faites en ce sens échouent. Il ne comporte pas de leader authentifié, même si des personnalités s'y manifestent, inaugurant divers courants de pensée et d'action. Et il n'a pas la représentation, fût-elle utopique, de sa fin : il ne définit pas les formes de la société idéale à atteindre. Il s'agit donc, dans la pensée comme dans la pratique, d'un mouvement acentrique dont les modes opératoires sont originaux : ce qui le rend inidentifiable sur la scène des objets politico-sociaux répertoriés jusque-là. Le motif de la critique et de la contestation féministe, à savoir la structure duelle et inégalitaire qui régit le rapport entre les sexes, est en revanche clairement identifié comme un « invariant » (F. Héritier) qui a traversé sous des formes différentes tous les groupes sociaux, toutes les cultures et toutes les périodes de l'histoire. Il s'agit donc de contester l'invariant.

Si ce mouvement s'affirme sous le terme « féminisme » alors qu'il met en question non pas un des sexes mais bien le rapport entre les sexes et leurs définitions respectives, c'est que, d'une part, il est mis en œuvre par les femmes et les concerne au premier chef, et que, d'autre part, à la différence d'autres courants philosophiques ou politiques, il n'est pas identifiable à une doctrine fondatrice déterminée : il possède des acteur(e)s mais pas d'auteur(e). Le Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir n'y occupe pas la place dogmatique référentielle qu'occupe par exemple Le Capital dans le marxisme et cette différence entre la nomination de la « paternité » et l'anonymat de la « maternité » d'un courant est sans doute significative. Mais l'originalité déterminante de cet ouvrage, au-delà de ses analyses sectorielles inégales, est de faire apercevoir le caractère structurel des différents aspects qui régissent les rapports entre les sexes, que ce soit sur le plan politique, économique, social, culturel, générationnel ou désirant.

Si l'identification et la contestation de la structure ayant conditionné les rapports de sexes au cours de l'histoire sont propres à l'ensemble du mouvement féministe, la lecture interprétative de ces rapports et l'énoncé des modalités de leur dépassement prennent des formes théoriques et politiques, différentes et parfois antagonistes.

Le devenir homme des femmes ou l'« universalisme »

Pour le courant dit « universaliste », qui se revendique de Simone de Beauvoir, il s'agit pour les femmes d'accéder à la position de sujet ou d'individu neutre, position que les seuls hommes s'étaient séculairement appropriée. En effet, la célèbre formule beauvoirienne : « On ne naît pas femme, on le devient », souligne le caractère socialement construit et contraint de la position féminine. Mais, dès lors qu'elle n'est pas accompagnée de la formule parallèle : « On ne naît pas homme, on le devient », elle laisse supposer que la masculinité incarnerait l'humanité dans son essence.

La thèse qui sous-tend Le Deuxième Sexe va rallier et inspirer un courant important du féminisme français, qui rejette l'argument de la nature duelle des sexes (« nature-elle-ment ») au nom d'une unicité de la raison. La définition des sexes et la forme hiérarchique de leur rapport sont arrachées à leur fausse évidence naturelle pour apparaître comme une construction, un « être-devenu » historico-social. C'est ainsi qu'à la formule « différence des sexes » est peu à peu substituée celle de « construction sociale de sexes », celle de « rapports sociaux de sexes », ou plus tard celle de « genre », traduction approximative du gender anglais. Ce paradigme inspire non seulement les pratiques revendicatrices d'ordre politique et économique, mais contraint également à revisiter les différents savoirs et les systèmes de représentation.

Le différencialisme

Un autre courant, issu de sa confrontation avec la psychanalyse, adopte quant à lui une position différente et affirme – non sans référence à Mélanie Klein – qu'il existe deux sexes, deux modalités différentes d'incarnation de l'humanité, générant deux manières d'être au monde dont l'une a été bridée et asservie à l'autre. Si le rapport au monde masculin de type phallique a dominé l'histoire – parce qu'il inclut la modalité relationnelle de la domination – le rapport au monde féminin, jusqu'ici occulté – et lié à la modalité maternelle de l'accueil – offre une alternative bénéfique.

Soutenu initialement par l'œuvre de Luce Irigaray, ce courant conteste l'affirmation lacanienne d'un signifiant commun aux deux sexes, et corrélativement la référence de l'humanité aux insignes phalliques. Au trait unaire qui caractérise ce signifiant, Irigaray oppose le signifiant féminin de « l'incontournable volume » ou des « lèvres qui se touchent », c'est-à-dire du non-un. Ainsi est reprise et traduite positivement la formule lacanienne selon laquelle la femme est « pas toute ».

Marginalisée dans l'espace français dont la tradition politique est dominée par la conception de « l'individu » neutre, cette interprétation a parfois été qualifiée péjorativement d'« essentialiste » parce qu'elle semble figer chacun des deux sexes dans une essence immuable. Mais elle a inspiré d'importants courants du mouvement des femmes, en particulier en Italie ou aux États-Unis où elle a même parfois été qualifiée à tort de french feminism. On peut y rattacher indirectement la pensée américaine du care (Caroll Gilligan) qui affirme la nécessité d'un surplus de souci de l'autre ou de la sollicitude sur la justice. Dans cet éclairage, l'émancipation des femmes modifierait la conception même du monde commun.

Carol Gilligan, un regard différent sur la responsabilité

Carol Gilligan, un regard différent sur la responsabilité

photographie

C'est avec Une voix différente (1982) que la philosophe et psychologue Carol Gilligan entame une réflexion sur le « réalisme ordinaire » du care, en polémique ouverte avec les théories classiques de la justice, fondées sur des principes abstraits. 

Crédits : D.R.

Afficher

Le postmodernisme ou l'indécidabilité

C'est sous l'influence du courant philosophique français dit postmétaphysique que se dessine une troisième position touchant à la définition théorique et pratique des sexes. On peut y relever des références à Michel Foucault ou à Gilles Deleuze, mais c'est Jacques Derrida qui, dans son enseignement régulier et très médiatisé aux États-Unis, en sera le principal porte-drapeau.

Jacques Derrida

Jacques Derrida

photographie

Jacques Derrida. 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

Jacques Derrida récuse le caractère unaire du signifiant phallique. Il associe à la critique du logocentrisme déployée par Heidegger – critique du rapport au monde fondé sur la maîtrise et sur l'un – la critique du phallocentrisme, et forge ainsi le terme de « phallogocentrisme » pour caractériser et dénoncer la tradition métaphysique occidentale à la fois logocentrique et phallocentrique. Sous sa plume et dans sa perspective, la différence des sexes, sans être niée, ne peut être pensée sous une forme duelle : c'est une différance, c'est-à-dire un mouvement de perpétuel différer, rendant inidentifiables ses pôles. S'il qualifie de « féminine » cette position d'indécidabilité des frontières sexuées, c'est en un sens métaphorique. Le féminin est en effet une forme d'être au monde et de penser à laquelle il s'identifie lui-même. Ainsi n'hésite-t-il pas à affirmer – reprenant une citation de Maurice Blanchot : « Je suis une femme », la position spéculative tenant lieu, à moindres frais, de la révolution socio-politique qui, selon lui, ne fait que conforter par le régime de l'opposition le dualisme sexué. La chance du nouveau réside non dans la lutte mais dans le jeu, ainsi que Derrida l'exprime au cours d'un dialogue avec une féministe américaine. Cette position, qui inspirera un courant important du féminisme universitaire américain, aura peu d'impact sur le féminisme français.

C'est beaucoup plus tard qu'elle atteindra indirectement celui-ci par le détour de la queer theory, qui tente d'affirmer l'indécidabilité des sexes à travers celle des sexualités, thèse soutenue en France par certains leaders intellectuels du mouvement homosexuel qui se revendiquent de l'œuvre de Judith Butler. Le « nomadisme », soutenu antérieurement comme féminin (Rosi Braidotti), se traduit désormais en « transgenre ». La réalité de celui-ci est toutefois contestée par certains penseurs de l'homosexualité comme Leo Bersani.

Des sexes aux sexualités

À partir des années 2000, certains courants dérivés de la pensée derridienne mais davantage encore de la problématique des homosexualités greffée ainsi sur celle des sexes vont, en partant des États-Unis pour gagner la scène française, faire de l'indécidabilité non plus un différer, une différance, mais un état, une « indifférence » non seulement des sexes mais des orientations sexuelles. Pour récuser la hiérarchie des sexes – et des sexualités – contestent jusqu'à leurs différences, tenant pour négligeable la morphologie. Certaines recherches scientifiques (H. Rouche) tendent d'ailleurs à montrer la similitude même biologique des sexes sous leur apparente dissymétrie.

Alors que chez Derrida la différance est un mouvement, chez les théoriciennes ou théoriciens postérieurs du gender trouble (Judith Butler), réinterprété par la queer theory, l'indécidabilité devient un statut. L'affirmation de la « différance » se transforme en affirmation de l'« indifférence » des sexes (Prokhoris). À la limite de cette perspective, la réversibilité des sexes et des sexualités est donc potentiellement radicale. La différence morphologique devient insignifiante, ainsi que l'indiquait d'ailleurs déjà Gilles Deleuze en revendiquant un « corps sans organes ». L'inégalité est surmontée par l'identité – une identité mouvante – au moins potentielle qu'il s'agit d'exercer.

Paradoxalement, les théories de l'indifférence des sexes et des sexualités viennent ainsi rejoindre par une voie détournée les théories classiques du sujet neutre et souverain, voire tout- puissant – l'individu –, qui serait à la fois homme et femme, homo- et hétérosexuel. Se heurtant toutefois à la dissymétrie flagrante des sexes dans le processus générationnel, dissymétrie qu'avait à sa manière déjà rencontrée et recouverte Le Deuxième Sexe, elles en minimisent la portée ou soutiennent le projet des technologies de la reproduction.

Enjeux politiques

Malgré leur diversité et leurs oppositions, ces théories, qui donnent lieu à des pratiques diverses, ont en commun la mise en cause de la domination historico-sociale des hommes sur les femmes, qui se manifeste dans les différentes modalités de la vie politique, sociale, économique, érotique, générationnelle ou symbolique. Elles entraînent des stratégies diverses concernant le devenir des rapports entre hommes et femmes, enjeu central du féminisme ou des féminismes dans leur ambition émancipatrice.

Ce qui caractérise le féminisme, au-delà des positions philosophiques et politiques diverses touchant aux rapports entre les sexes et à leurs statuts respectifs, c'est qu'il en conçoit la transformation non comme un tournant spéculatif, mais comme une pratique politique aventureuse, conjoignant réflexion et action. Il constitue à ce titre une praxis au sens aristotélicien : praxis déployée dans la durée, sans représentation a priori de son modèle, mais qui vise à surmonter l'inégalité séculaire se matérialise dans la « domination masculine ».

La question des rapports de sexes, élevée au rang de paradigme politique et théorique par le féminisme, reste toujours retraversée par celle des classes, des races, des orientations sexuelles, des cultures et des conjonctures historiques, qui imposent une pluralité d'analyses sectorielles et d'actions transformatrices. Elle constitue un angle d'approche théorique et pratique universel, mais non exclusif du réel. La domination d'un sexe sur l'autre concerne en effet toutes les périodes de l'histoire et toutes les cultures : mais, en la prenant en charge théoriquement et politiquement, le mouvement féministe ne prétend pas, comme le mouvement marxiste avec la lutte des classes, en faire la « cause » déterminante de toutes les autres formes de domination et d'exploitation. La validité du féminisme est universelle mais non exhaustive.

—  Françoise COLLIN

Bibliographie

L. Bersani, Homos : repenser l'identité, Odile Jacob, 1998

M.-H. Bourcier, Sexpolitiques. Queer zones 2, La Fabrique, Paris, 2005

P. Bourdieu, La Domination masculine, Seuil, 1998

R. Braidotti, Patterns of Dissonance. A Study of Woman in Contemporary Philosophy, Polity Press, 1991

J. Butler, La Vie psychique du pouvoir, Léo Scheer, 2002

F. Collin, Le Différend des sexes, Pleins feux, 1999

F. Collin, E. Pisier & E. Varikas, Les Femmes de Platon à Derrida. Anthologie critique, Plon, 1999

G. Deleuze & F. Guattari, L'Anti-Œdipe, Minuit, 1972

J. Derrida, Points de suspension, Galilée, 1992

P. Deutscher & F. Collin dir., Repenser le politique : l'apport du féminisme, éd. Campagne première, 2005

C. Delphy, L'Ennemi principal, Syllepses, 1998

G. Duby & M. Perrot dir., Histoire des femmes en Occident, 5 vol., Plon, 1990-1992

G. Fraisse, La Raison des femmes, Plon, 1992

C. Guillaumin, Sexe, race et pratique du pouvoir. L'idée de nature, Côté-femmes, 1992

F. Héritier, Masculin/féminin. La pensée de la différence, Odile Jacob, 1996

J. Hirata, F. Laborie, H. Le Doaré & D. Senotier dir., Dictionnaire critique du féminisme, P.U.F., 2000

L. Irigaray, Speculum, de l'autre femme, Minuit, 1974

N. Loraux, Façons tragiques de tuer une femme, Gallimard, 1985

N. C. Mathieu, L'Anatomie politique. Catégorisations et idéologies du sexe, Côté-femmes, 1991

C. Pateman, The Disorder of Women : Democracy, Feminism and Political Theory, Stanford Univers. Press., 1989

La Place des femmes : les enjeux de l'identité et de l'égalité au regard des sciences sociales, ouvr. coll., La Découverte, 1995

S. Prokhoris, Le Sexe prescrit, Aubier, 2000

Le Siècle des féminismes, ouvr. coll., éd. de l'Atelier, 2004.

Écrit par :

Classification


Autres références

«  FÉMINISME  » est également traité dans :

FÉMINISME - Histoire du féminisme

  • Écrit par 
  • Geneviève FRAISSE
  •  • 3 472 mots
  •  • 2 médias

Le féminisme est une notion à la fois trop générale et trop complexe pour qu'on puisse évaluer son contenu, ses objectifs, ses argumentations, son importance historique, avant d'avoir posé la question du terme lui-même. Apparu au xixe siècle et attribué, à tort semble-t-il, à la pensée utopique de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/feminisme-histoire-du-feminisme/

FÉMINISME - France : du M.L.F. à la parité

  • Écrit par 
  • Muriel ROUYER
  •  • 4 252 mots
  •  • 1 média

Dans le sillage de Mai-68, le Mouvement de libération des femmes avait situé ses luttes dans une contestation radicale de l'ordre patriarcal, délaissant le débat politique classique pour inscrire au cœur de la culture sa volonté absolue de voir abolie l'oppression des femmes. Avec la loi du 8 juillet 1999, le principe de parité, c'est-à-dire de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/feminisme-france-du-m-l-f-a-la-parite/

FÉMINISME - Le féminisme des années 1970 dans l'édition et la littérature

  • Écrit par 
  • Brigitte LEGARS
  •  • 6 191 mots
  •  • 5 médias

On peut dater de l'année 1970 une transformation irréversible du rapport des femmes à la littérature. Jusqu'alors l'opinion commune considérait les femmes artistes comme des exceptions. On s'intéressait parfois aux « images de la femme » dans l'histoire des textes littéraires, mais on ignorait presque totalement la pratique des femmes écrivains. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/feminisme-le-feminisme-des-annees-1970-dans-l-edition-et-la-litterature/

1848 ET L'ART (expositions)

  • Écrit par 
  • Jean-François POIRIER
  •  • 1 190 mots

soit étendu aux femmes ; la femme régnerait mais ne gouvernerait pas. Et l'essor du féminisme politique que connurent ces journées révolutionnaires ne manqua pas d'être tympanisé par la caricature qui connut elle aussi un de ses moments forts grâce à la multiplication des publications et au développement sans précédent de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/1848-et-l-art-expositions/#i_50191

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 21 068 mots
  •  • 17 médias

Dans le chapitre « 1970-1989 : dépolitisation et souci de soi »  : […] thérapie qui sera le ferment du courant dominant de la littérature des années 1980. Oppression, soumission, répression sexuelle, viol, solitude, isolement, froideur sont les thèmes principaux de la littérature des femmes qui n'évite ni l'agressivité ni le persiflage à l'égard de l'autre sexe. Le récit de Verena Stefan, Mues ( […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/allemandes-langue-et-litteratures-litteratures/#i_50191

ALLEN PAULA GUNN (1939-2008)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 569 mots

Poétesse, romancière et essayiste américaine, Paula Gunn Allen mêle dans son œuvre les influences du féminisme et de ses racines amérindiennes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paula-gunn-allen/#i_50191

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 337 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Du naturalisme au néoréalisme »  : […] Dans un théâtre du quotidien, Sarah Daniels (Masterpieces, 1983 ; Beside Herself, 1990 ; Head-Rot Holiday, 1992) affiche une volonté radicalement satirique. Son théâtre, parfois classé dans les Lesbian Plays, dépasse le cadre étroit du théâtre homosexuel. Comme Caryl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anglais-art-et-culture-litterature/#i_50191

ANTHONY SUSAN B. (1820-1906)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 977 mots

Pionnière du mouvement suffragiste aux États-Unis, Susan Anthony ouvrit la voie à l'adoption, en 1920, du dix-neuvième amendement à la Constitution américaine, octroyant le droit de vote aux femmes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/susan-b-anthony/#i_50191

ANTHROPOLOGIE

  • Écrit par 
  • Élisabeth COPET-ROUGIER, 
  • Christian GHASARIAN
  •  • 16 099 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre «  L’anthropologie postmoderne »  : […] sur la sellette de par son lien historique avec le colonialisme). Bien que fragmentées, les critiques féministes s'efforcent aussi de démontrer que la philosophie et la science occidentales sont des idéologies de pouvoir construites sur des présupposés patriarcaux et phallocentriques. Au cours de son travail autocritique, l'anthropologie a par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anthropologie/#i_50191

AUDÉ FRANÇOISE (1938-2005)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 172 mots

cinéma, elle devient présidente de l'Association nationale des enseignants et partenaires culturels des classes cinéma et audiovisuel. Luttant parallèlement pour la reconnaissance du cinéma des femmes, elle publie plusieurs livres qui soutiennent cette cause, dont Ciné-modèles, cinéma d'elles (1981), Chantal Akerman (1982), Femmes et cinéma […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francoise-aude/#i_50191

BANTI ANNA (1895-1985)

  • Écrit par 
  • Jean-Michel GARDAIR
  •  • 722 mots

de modeler son œuvre, même si celle-ci a peut-être pour vocation de s'en défendre. Le féminisme, qui sous les formes les plus diverses — de la confession à l'histoire — caractérise son inspiration, est la réponse d'une femme prise au piège d'un lien conjugal fondé sur la plus aliénante des inégalités : l'homme aimé est aussi et d'abord le Maître, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anna-banti/#i_50191

BEAUVOIR SIMONE DE (1908-1986)

  • Écrit par 
  • Éliane LECARME-TABONE
  •  • 2 815 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « “Le Deuxième Sexe” »  : […] l'action politique explique que Simone de Beauvoir refusa longtemps de se définir comme “féministe”. C'est seulement à partir de 1970 que, consciente des échecs du socialisme en matière de libération des femmes, elle accepta l'idée d'une dissociation entre lutte des sexes et lutte des classes et passa de la théorie à l'engagement militant. “Je […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/simone-de-beauvoir/#i_50191

BUTLER JUDITH (1955-    )

  • Écrit par 
  • Françoise COLLIN
  •  • 1 094 mots

formulation de cette question telle que Judith Butler l'avait d'abord rencontrée dans la pensée féministe lui a semblé insuffisante. Pour elle, en effet, celle-ci conteste à juste titre les déterminations sociales et culturelles dont ont séculairement été affectés les individus en raison de leur sexe, ainsi que les places auxquelles ils/elles ont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/judith-butler/#i_50191

CADY STANTON ELISABETH (1815-1902)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 045 mots

Chef de file du mouvement américain pour les droits des femmes, Elizabeth Cady Stanton formula en 1848 la première demande organisée en faveur du suffrage féminin aux États-Unis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elisabeth-cady-stanton/#i_50191

CANADA - Arts et culture

  • Écrit par 
  • Andrée DESAUTELS, 
  • Roger DUHAMEL, 
  • Marta DVORAK, 
  • Juliette GARRIGUES, 
  • Constance NAUBERT-RISER, 
  • Philip STRATFORD
  • , Universalis
  •  • 25 026 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Transcultures »  : […] Moodie (1970), mais aussi Morning in the Burned House (1995). Power Politics (1971) et True Stories (1981) font partie des ouvrages particulièrement ancrés dans le courant féministe qui s'érige contre l'oppression d'un système patriarcal. Une poétesse comme Bronwen Wallace (1945-1989) opère de façon plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/canada-arts-et-culture/#i_50191

CARE, philosophie

  • Écrit par 
  • Sandra LAUGIER
  •  • 3 850 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Morale, dépendance, sensibilité »  : […] , il est progressivement apparu au contraire que l'éthique du care est féministe, et permet de mettre en évidence les problèmes les plus cruciaux que doivent affronter les femmes. Le care est doublement subversif : il introduit une différence en philosophie morale qui […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/care-philosophie/#i_50191

CHARLES-ROUX EDMONDE (1922-2016)

  • Écrit par 
  • Laurent LEMIRE
  •  • 812 mots
  •  • 1 média

en devient la présidente en 2002. Elle exercera cette fonction jusqu’en 2014 avec la même énergie qu’elle a mise dans ses livres. Anticonformiste, indocile et passionnément libre – « Vivre, c’est dire non », assurait-elle –, cette féministe qui a accompagné les grandes mutations culturelles de l’après-guerre meurt à Marseille le 20 janvier 2016 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edmonde-charles-roux/#i_50191

CHRISTINE DE PIZAN (1365-1431)

  • Écrit par 
  • Daniel POIRION
  •  • 336 mots

Fille d'un astrologue italien venu se mettre au service de Charles V, mariée à un secrétaire du roi, veuve dix années plus tard (à vingt-cinq ans), Christine doit lutter pour vivre et faire vivre sa famille. Elle est heureusement protégée par quelques grands princes comme Jean de Berry, le duc de Bourgogne et Louis d'Orléans. Elle compose des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/christine-de-pizan/#i_50191

CHURCHILL CARYL (1938-    )

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ
  •  • 672 mots

Caryl Churchill offre au spectateur une œuvre complexe et riche tant sur le plan idéologique que dramaturgique. Jusque dans les années 1990, son travail se place dans le sillage du théâtre féministe, en montrant la schizophrénie de la femme moderne (avec le conflit mère-femme) ou encore la situation économique qui est la sienne dans la société. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/caryl-churchill/#i_50191

COLET LOUISE (1810-1876)

  • Écrit par 
  • Claude BURGELIN
  •  • 297 mots

Connue essentiellement aujourd'hui par sa liaison orageuse et intermittente avec Flaubert (1846-1855). Au long de l'abondante correspondance que ce dernier lui adressa, on voit s'élaborer et s'affermir les principes majeurs de son esthétique et de sa doctrine littéraire, en même temps qu'on assiste à la gestation de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louise-colet/#i_50191

COLLIN FRANÇOISE (1928-2012)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 288 mots

de l'écriture (1971), une des premières études de fond consacrées à cet écrivain.En 1973, à son retour des États-Unis où la vitalité des mouvements féministes l'a impressionnée, elle fonde avec Jacqueline Aubenas et Hedwige Peemans-Poullet Les Cahiers du Grif, première revue féministe de langue française qui paraîtra à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francoise-collin/#i_50191

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 911 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le féminisme »  : […] distincte du sexe biologique (sex). Aux États-Unis, où le mouvement féministe a pris son essor dans les années 1960, on a dénoncé les stéréotypes féminins et l'oppression des femmes dans une société jugée patriarcale. Cela a donné lieu à une critique idéologique, au sens marxiste, de l'image des femmes dans la littérature, de la représentation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-litteraire/#i_50191

DALY MARY (1928-2010)

  • Écrit par 
  • Matt STEFON
  • , Universalis
  •  • 483 mots

Théologienne, philosophe et militante féministe lesbienne, Mary Daly fut une pionnière de la théologie féministe radicale. Elle naît le 16 octobre 1928 à Schenectady, dans l'État de New York, dans une famille catholique. Après avoir obtenu en 1953 un doctorat en religion au Saint Mary's College à Notre Dame, dans l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mary-daly/#i_50191

DES SINGES, DES CYBORGS ET DES FEMMES (D. Haraway)

  • Écrit par 
  • Noëlle DUPUY
  •  • 992 mots

La traduction tardive mais essentielle de Des singes, des cyborgs et des femmes (éditions Jacqueline Chambon, Paris, 2009) viendra sûrement alimenter des débats féministes contemporains en France, surtout chez les féministes qui, comme Marie-Hélène Bourcier, auteur de la Préface, s'inspirent de plus en plus des apports de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/des-singes-des-cyborgs-et-des-femmes/#i_50191

LE DEUXIÈME SEXE, Simone de Beauvoir - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Florence BRAUNSTEIN
  •  • 854 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Qu'est-ce qu'une femme ? »  : […] En mettant en cause les préjugés et les stéréotypes qui ont contribué à faire de la femme un objet et des hommes un sujet, un absolu, Simone de Beauvoir dépasse la simple revendication de droits réservés à la femme. Elle fonde les assises d'une réflexion qui alimentera toute son œuvre : la femme doit se différencier de l'homme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-deuxieme-sexe/#i_50191

DWORKIN ANDREA (1946-2005)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 424 mots

Féministe et auteur américaine, Andrea Dworkin critique ouvertement la politique sexuelle, en particulier les persécutions qu'entraîne la pornographie sur les femmes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andrea-dworkin/#i_50191

EAUBONNE FRANÇOISE D' (1920-2005)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 179 mots

Écrivain et militante féministe française. Après un cursus à la faculté des lettres et à l'école des Beaux-Arts de Toulouse, Françoise d'Eaubonne s'engage dans la Résistance. À la Libération, elle adhère au Parti communiste, qu'elle quittera à l'époque des grands procès staliniens. En 1947, elle publie son premier roman, Comme un vol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francoise-d-eaubonne/#i_50191

ÉLISABETH LOUISE VIGÉE LE BRUN (exposition)

  • Écrit par 
  • Marie-Josèphe BONNET
  •  • 1 036 mots

Beaucoup de chemin a été parcouru depuis. Dans le sillage du renouveau féministe, ce sont les États-Unis qui ont ouvert la voie de la reconnaissance des « personnes du sexe », comme on disait au xviiie siècle. À Los Angeles, au County Museum of Art, l’exposition Femmes peintres 1550-1950 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elisabeth-louise-vigee-le-brun/#i_50191

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 206 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La recherche d’une identité »  : […] le kitsch, la parodie et les « petits récits », dans un contexte politique marqué par la montée en puissance de féminismes au sein des populations minoritaires, la volonté communautariste s’effrite face à la diversité des expériences. Les grands récits masculins de reconstruction identitaire font place aux petits récits féminins d’identités […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-la-litterature/#i_50191

FARGE ARLETTE (1941-    )

  • Écrit par 
  • Michel DELON
  •  • 1 188 mots

inséparable d'une conscience militante et d'un travail du style. L'effervescence du féminisme et l'activisme de certaines historiennes ont également constitué une inspiration. Arlette Farge avait dès 1982 réuni et présenté une anthologie de textes de la Bibliothèque bleue véhiculant une image des femmes (Le Miroir des femmes, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arlette-farge/#i_50191

FAWCETT MILLICENT GARRETT (1847-1929)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 472 mots

Millicent Garrett Fawcett fut, pendant cinquante ans, le chef de file des suffragettes britanniques. Née le 11 juin 1847 à Aldeburgh, dans le Suffolk, Millicent Garrett est la septième des dix enfants de l'armateur Newson Garrett. Ce radical soutiendra pendant des années les efforts de sa fille aînée, Elizabeth Garrett […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/millicent-fawcett/#i_50191

FESTIVAL INTERNATIONAL DE FILMS DE FEMMES DE CRÉTEIL

  • Écrit par 
  • Laetitia MIKLES
  •  • 978 mots

L'ambition première des fondatrices du festival, Elisabeth Tréhard et Jackie Buet, était de soutenir une production féminine qui, à la fin des années 1970, était extrêmement marginale et souffrait d'un manque réel de visibilité. Le projet féministe de la manifestation s'est heurté aux critiques de ceux qui considèrent l'approche sexuée des films […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/festival-international-de-films-de-femmes-de-creteil/#i_50191

FOUQUE ANTOINETTE (1936-2014)

  • Écrit par 
  • Yannick RIPA
  •  • 844 mots
  •  • 1 média

Le Mouvement de libération des femmes (M.L.F.) a été fondé en 1968 par trois femmes : Josiane Chanel, Monique Wittig et moi-même ». Ainsi se présentait Antoinette Fouque en 1993, dans son mémoire pour l’habilitation à la direction de recherches intitulé De la libération des femmes à la démocratisation […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoinette-fouque/#i_50191

FRANCE (Histoire et institutions) - Le temps des révolutions

  • Écrit par 
  • Sylvain VENAYRE
  •  • 6 925 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre «  La Révolution contre la République (1880-1944) »  : […] siècle, s'inspirant d'exemples révolutionnaires, tel le souvenir d'Olympe de Gouges, tout un mouvement féministe, de plus en plus écouté, réclama la fin de cette réplique sexuée de la vieille distinction entre citoyens « actifs » et citoyennes « passives ». Ce ne fut néanmoins qu'en 1944 que les femmes françaises se virent reconnaître un droit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-histoire-et-institutions-le-temps-des-revolutions/#i_50191

FRANCE (Arts et culture) - Les Français en question

  • Écrit par 
  • Theodore ZELDIN
  •  • 12 309 mots

Dans le chapitre « Les relations privées »  : […] Vu de l'extérieur, le féminisme français paraît bizarrement livré aux querelles idéologiques, et affaibli par de profondes divisions. Simone de Beauvoir a été la dernière féministe française à exercer une réelle influence hors de l'Hexagone. Ces débats idéologiques, avec toute leur subtilité, demeurent ésotériques pour le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-arts-et-culture-les-francais-en-question/#i_50191

FRENCH MARILYN (1929-2009)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 388 mots

L'œuvre de Marilyn French se caractérise, dans ses romans comme dans ses essais, par une description sans compromis des rapports de domination hommes-femmes. Son premier roman, The Women's Room, marque une date dans le développement de la littérature féministe des années 1970 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marilyn-french/#i_50191

FRIEDAN BETTY (1921-2006)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 783 mots

Féministe américaine née le 4 février 1921 à Peoria (Illinois), morte le 4 février 2006 à Washington […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/betty-friedan/#i_50191

GENRE ET HISTOIRE DE L'ART

  • Écrit par 
  • Fabienne DUMONT
  •  • 2 499 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Valoriser les expériences des femmes »  : […] Les analyses féministes se développent à partir de l’article de Linda Nochlin « Pourquoi n’y a-t-il pas eu de grands artistes femmes ? », paru dans la revue américaine Artnews (1971). La résurgence du mouvement féministe dans les années 1970 amène des interventions féministes propres au monde de l’art : valorisation de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/genre-et-histoire-de-l-art/#i_50191

GILLIGAN CAROL (1936-    )

  • Écrit par 
  • Sandra LAUGIER
  •  • 1 120 mots
  •  • 1 média

Carol Gilligan est née le 28 novembre 1936 à New York. Elle est professeur à la New York University après avoir enseigné pendant des décennies à Harvard. Ses travaux ont permis, au tournant des années 1980, l’introduction, dans le champ des études féministes, de l’éthique du care, qu’elle a été la première à définir et à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carol-gilligan/#i_50191

GOUGES MARIE GOUZE dite OLYMPE DE (1748-1793)

  • Écrit par 
  • Élisabeth ROUDINESCO
  •  • 573 mots

Avec Théroigne de Méricourt et Claire Lacombe, Olympe de Gouges est l'une des héroïnes majeures du premier féminisme français qui se développa sous la Révolution sans parvenir à imposer l'égalité politique des sexes. Née à Montauban, elle était peut-être la fille naturelle du marquis Le Franc de Pompignan, piètre versificateur, auquel elle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gouges-marie-gouze-dite-olympe-de/#i_50191

GREER GERMAINE (1939-    )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 344 mots

Essayiste et militante féministe, née le 29 janvier 1939 à Melbourne (Australie), Germaine Greer fait ses études à Melbourne et à Sydney, avant d'obtenir en 1967 son doctorat de littérature à Cambridge. Tantôt actrice, tantôt animatrice de télévision, elle rédige des articles pour des revues et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/germaine-greer/#i_50191

GROULT BENOÎTE (1920-2016)

  • Écrit par 
  • Laurent LEMIRE
  •  • 722 mots
  •  • 1 média

Tout au long de sa vie d’écrivain, Benoîte Groult aura fait une large place aux combats en faveur du féminisme et aux engagements politiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/benoite-groult/#i_50191

HALIMI GISÈLE (1927-    )

  • Écrit par 
  • Michel MIAILLE
  •  • 1 110 mots

Gisèle Halimi est étroitement liée aux combats des femmes pour leur liberté et leurs droits à partir du début des années 1970. Elle est d'abord l'une des signataires du Manifeste des 343 en 1971, dénonciation de l'hypocrisie et de l'inégalité des femmes devant l'avortement. Les 343 femmes, très connues, reconnaissent qu'elles ont pratiqué l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gisele-halimi/#i_50191

HOMOSEXUALITÉ

  • Écrit par 
  • Frédéric MARTEL
  •  • 9 204 mots

Dans le chapitre « La révolution des années 1970 »  : […] la parole en tant que femme, un combat lesbien pour affirmer leurs droits homosexuels. Or, très souvent, les féministes refuseront d'envisager la singularité lesbienne. Cependant, comme le montre l'histoire du mouvement gay français, c'est bel et bien au sein du mouvement des femmes (M.L.F.) que les hommes homosexuels sauront s'affirmer au départ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homosexualite/#i_50191

ICHIKAWA FUSAE (1893-1981)

  • Écrit par 
  • Patrice JORLAND
  •  • 1 171 mots

Je pleurais et suppliais mon père de ne pas traiter ma mère de pareille façon. Ce fut le point de départ de ma longue carrière de féministe. » C'était le temps où les femmes japonaises demeuraient contraintes aux trois soumissions (sanju) : soumission au père avant le mariage, soumission à l'époux après le mariage, soumission au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ichikawa-fusae/#i_50191

INDIANA (G. Sand) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Anouchka VASAK
  •  • 1 122 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Indiana, c'est un type » »  : […] comprimées, ou, si vous l'aimez mieux, supprimées par les lois ». Dès la Préface de 1832, George Sand défend son ouvrage contre la critique et la morale, lui donnant une portée féministe, voire révolutionnaire, qu'elle accentuera encore dans la Préface de 1842 : « Le malheur de la femme entraîne celui de l'homme, comme celui de l'esclave […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/indiana-livre-de-g-sand/#i_50191

INTELLECTUEL

  • Écrit par 
  • Jean Marie GOULEMOT
  •  • 9 431 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les ivresses de Mai »  : […] au service du radicalisme écologique (La Gueule ouverte, 1972-1973). Inspiré par Simone de Beauvoir et le féminisme américain, se crée le Mouvement de libération de la femme. À la suite du Manifeste des 343, (1971), de l'organisation Choisir, la loi sur l'interruption volontaire de grossesse est votée en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/intellectuel/#i_50191

IRIGARAY LUCE (1930-     )

  • Écrit par 
  • Marie Beth MADER
  •  • 508 mots

Féministe, linguiste, psychanalyste et philosophe française, Luce Irigaray a construit une grande part de son œuvre sur les usages et mésusages de la langue lorsque celle-ci s'emploie à rendre compte du féminin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/luce-irigaray/#i_50191

I.V.G. (Interruption volontaire de grossesse)

  • Écrit par 
  • Muriel ROUYER, 
  • Odette THIBAULT
  • , Universalis
  •  • 3 907 mots
  •  • 1 média

voulant avorter, particulièrement aux plus pauvres, furent un des puissants leviers de révolte et de libération des femmes à partir des années 1960, lorsque les conditions socio-économiques et les progrès de la médecine leur permirent de conquérir de nouveaux droits, au nom du principe de libre disposition de leur corps et de la maîtrise de leur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interruption-volontaire-de-grossesse/#i_50191

JELINEK ELFRIEDE (1946-    )

  • Écrit par 
  • Nicole BARY
  •  • 1 646 mots

Dans le chapitre « La déconstruction des mythes »  : […] Deux fils rouges qui souvent se croisent traversent son œuvre : la femme méprisée dans sa condition de femme, comme chez Bachmann, victime de la répression masculine, et la violence du passé nazi. « Ce n'est pas parce que les nazis ont été vaincus que le monde a été dénazifié d'un seul coup. Cette brutalité se retrouve dans le couple, dans la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elfriede-jelinek/#i_50191

JEUX OLYMPIQUES - Les femmes et les Jeux

  • Écrit par 
  • Pierre LAGRUE
  •  • 2 697 mots

Dans le chapitre « Le combat des femmes »  : […] cette décision ne résulte nullement d'un instant de progressisme spontané. En effet, dans leurs combats pour l'émancipation, les femmes n'oublient pas le sport : dès 1903 est organisée, de Nanterre à Paris, une « course des midinettes » de 12 kilomètres, qui connaît une importante participation (deux mille cinq cents femmes), remportée par Jeanne […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeux-olympiques-les-femmes-et-les-jeux/#i_50191

JOHNSTON JILL (1929-2010)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 205 mots

Écrivain et critique américaine, Jill Johnston fut une ardente défenseur du mouvement féministe dans les années 1960-1970 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jill-johnston/#i_50191

KOLLONTAÏ ALEXANDRA MIKHAÏLOVNA (1872-1952)

  • Écrit par 
  • Georges HAUPT
  •  • 377 mots

Issue d'une famille de la noblesse terrienne, mariée très jeune, Alexandra Kollontaï se sépare de son mari et milite dans les associations de secours mutuel avant d'aller faire ses études de sciences économiques et sociales à Zurich et en Angleterre. À son retour en Russie, elle collabore aux publications social-démocrates, oscillant après 1903 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandra-mikhailovna-kollontai/#i_50191

LEDUC VIOLETTE (1907-1972)

  • Écrit par 
  • Éliane LECARME-TABONE
  •  • 1 279 mots

Dans le chapitre « Une œuvre pionnière »  : […] Le développement des recherches féministes a renouvelé l'intérêt suscité par l'œuvre de Violette Leduc. En s'efforçant, comme elle le confie elle-même, « de rendre le plus exactement possible, le plus minutieusement possible les sensations éprouvées dans l'amour physique » par une femme, notamment dans Thérèse et Isabelle, elle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/violette-leduc/#i_50191

LINGUISTIC TURN, histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand MÜLLER
  •  • 1 841 mots

Dans le chapitre «  La remise en cause des paradigmes des sciences sociales »  : […] face à une idéologie dominante réactionnaire. Ainsi, pour l'historienne américaine Joan W. Scott, l'histoire du féminisme, qui est certes une histoire en soi, ne peut être comprise hors d'une analyse critique des discours et des représentations démocratiques (La Citoyenne paradoxale. Les féministes françaises et les droits de l'homme, 1998 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/linguistic-turn-histoire/#i_50191

MACKINNON CATHARINE ALICE (1946-    )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 527 mots

Professeur de droit et militante féministe, Catharine MacKinnon défendit des théories juridiques controversées mais influentes, centrées principalement sur le combat du harcèlement sexuel et de la pornographie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/catharine-alice-mackinnon/#i_50191

MICHEL LOUISE (1830-1905)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 434 mots

Née le 29 mai 1830 à Vroncourt-la-Côte (Haute-Marne), fille d'un châtelain et de sa servante, Louise Michel grandit au château de ses grands-parents. Elle y reçoit une éducation libérale et une bonne instruction dans une ambiance voltairienne, qui lui permettent d'obtenir son brevet de capacité : la voilà institutrice. Mais elle refuse de prêter […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louise-michel/#i_50191

MILLETT KATE (1934-2017)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 431 mots
  •  • 1 média

Son essai La Politique du mâle valut à Kate Millett de jouer un rôle important dans le féminisme des années 1970 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/kate-millett/#i_50191

MONDIALISATION - Le point de vue internationaliste

  • Écrit par 
  • Daniel BENSAÏD
  •  • 6 094 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le mouvement des femmes »  : […] La Marche mondiale des femmes, préparée par des marches par pays et continents, a culminé à l'automne de 2002 avec les manifestations organisées à New York et à Washington. À son origine, on trouve une partie des O.N.G. qui avaient noué des liens lors de la Conférence mondiale de Pékin en 1995. La Fédération des femmes du Québec a ensuite lancé une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mondialisation-le-point-de-vue-internationaliste/#i_50191

MOUVEMENT SUFFRAGISTE

  • Écrit par 
  • Muriel ROUYER
  •  • 247 mots
  •  • 1 média

La mobilisation des femmes pour obtenir le droit de vote débute au milieu du xixe siècle dans le cadre de la démocratisation du Parlement britannique. Leur cause avait les sympathies du mouvement chartiste et de libéraux progressistes, tel John […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mouvement-suffragiste/#i_50191

MUSIDORA JEANNE ROQUES dite (1889-1957)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 729 mots

Musidora a reçu de nombreuses récompenses pour sa contribution au cinéma français et au féminisme. En 1974, le premier festival du film féministe tenu en France reprit en son honneur le nom de Musidora. Le cinéaste Olivier Assayas lui a rendu hommage avec le film Irma Vep (1996). En 1998, la copie des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeanne-musidora/#i_50191

PANKHURST EMMELINE (1858-1928)

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 888 mots

Le nom de Mrs. Pankhurst, associé à celui de sa fille Christabel, évoque avant tout les combats en faveur de l'émancipation civique des femmes et le mouvement des « suffragettes » anglaises avant 1914. Préparée par ses parents à se battre pour des réformes radicales, elle trouve en son mari, l'homme de loi Richard Marsden […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emmeline-pankhurst/#i_50191

PERKINS CHARLOTTE ANNA GILMAN (1860-1935)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 804 mots

Féministe, conférencière, écrivain et éditrice, Charlotte Perkins Gilman fut l'une des principales théoriciennes du mouvement féministe aux États-Unis. Née le 3 juillet 1860 à Hartford, dans le Connecticut, Charlotte Anna Perkins grandit dans la pauvreté, son père ayant complètement abandonné sa famille. Malgré une éducation décousue et limitée, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charlotte-anna-perkins/#i_50191

PONIATOWSKA ELENA (1932-    )

  • Écrit par 
  • François DELPRAT
  •  • 1 092 mots

Rivera, et leur relation à distance après le retour du peintre à Mexico. Le roman s’appuie sur leur correspondance effective. Les destins de femmes font partie d’une cause féministe pour laquelle Elena Poniatowska montre une passion croissante : sept femmes artistes militantes dans Las siete cabritas (2000) ou encore Leonora (2011, sous le même […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/elena-poniatowska/#i_50191

POSTCOLONIALES LITTÉRATURES

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DURIX, 
  • Jean-Louis JOUBERT
  •  • 8 469 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une implication forte »  : […] un certain rapport avec la « réalité » mais que les auteurs doivent aussi faire connaître et apprécier les cultures minoritaires. Les revendications féministes sont d'autant mieux représentées dans le domaine postcolonial (avec des romancières comme Jean Rhys, Buchi Emecheta, Bessie Head, Margaret Atwood, Erna Brodber, Jamaica Kincaid, Keri […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litteratures-postcoloniales/#i_50191

PROSTITUTION DE 1789 À 1949

  • Écrit par 
  • Yannick RIPA
  •  • 2 195 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le mouvement abolitionniste  »  : […] Malgré son expansion, le réglementarisme est fortement critiqué. Les protestations des féministes britanniques se manifestent dès l’importation du système français, et se concrétisent par la fondation, en 1875, par une figure féministe, Josephine Butler, de la Fédération britannique continentale et générale pour l’abolition […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prostitution/#i_50191

PROSTITUTION DE 1949 À NOS JOURS

  • Écrit par 
  • Lilian MATHIEU
  •  • 2 005 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un débat renouvelé »  : […] Le thème de la prostitution ne peut rester à l’écart de la réflexion et de l’engagement féministes. Ce n’est cependant que progressivement que le mouvement des femmes s’est emparé de la question, en passant de l’expression, dans les années 1970, d’une solidarité spontanée à l’égard des prostituées à, depuis la fin des années 1990, des appréciations […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prostitution-de-1949-a-nos-jours/#i_50191

PROTESTANTISME - Problèmes contemporains

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT
  •  • 3 708 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les théologies issues du christianisme social »  : […] sein, une certaine tension entre l'Occident et le Tiers Monde. Ainsi, la « théologie féministe de la libération » existe toujours (bien que beaucoup d'Églises protestantes acceptent le pastorat féminin), et donne lieu à deux accentuations divergentes. Celle de protestantes américaines, qui estiment que le sexisme est une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/protestantisme-problemes-contemporains/#i_50191

RICH ADRIENNE (1929-2012)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 427 mots

mais imitative, à un style plus personnel et puissant. Dans les années 1960 et 1970, son implication grandissante en faveur de l'émancipation des femmes l'amène à privilégier une esthétique féministe puis lesbienne lorsque, après avoir ouvertement reconnu son homosexualité, elle donne une dimension politique à une grande […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adrienne-rich/#i_50191

ROUSSOPOULOS CAROLE (1945-2009)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 364 mots

en France, les moments forts de l'après-1968 : les luttes ouvrières (Monique, Lip I, 1973), féministes et homosexuelles (Le F.H.A.R., 1971 ; S.C.U.M. Manifesto, avec Delphine Seyrig, 1976). Grâce à elle, les combats en faveur de l'avortement et de la contraception, par exemple, sont amplement montrés et documentés. Qu'elles […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carole-roussopoulos/#i_50191

SANDERS-BRAHMS HELMA (1940-2014)

  • Écrit par 
  • Daniel SAUVAGET
  •  • 845 mots
  •  • 1 média

en Allemagne à la recherche de l’homme qu’elle aime, mais qui ne connaîtra du pays que contremaîtres, policiers et souteneurs. Fidèle à sa réputation de « forte voix féministe » et à la voix off qui interpelle son personnage, Helma Sanders-Brahms réalise son film le plus célèbre et sans aucun doute le mieux maîtrisé, Allemagne, mère blafarde […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/helma-sanders-brahms/#i_50191

SEXE ET GENRE

  • Écrit par 
  • Christine GUIONNET
  •  • 2 118 mots
  •  • 1 média

de libération des femmes des années 1960-1970, les études consacrées aux femmes, « études féministes » ou encore women studies, sortes d'« effets théoriques de la colère des opprimées », selon la formule de Colette Guillaumin, se développèrent dans les pays anglo-saxons et en Europe occidentale afin de dénoncer les inégalités […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sexe-et-genre/#i_50191

SEXISME

  • Écrit par 
  • Marie-Josèphe DHAVERNAS, 
  • Liliane KANDEL
  •  • 696 mots

Le terme de sexisme sert à désigner l'ensemble des institutions (socio-politiques, économiques, juridiques, symboliques) et des comportements, individuels ou collectifs, qui semblent perpétuer et légitimer la domination des hommes sur les femmes. Il est utilisé, plus couramment, pour caractériser les aspects idéologiques du phénomène et leurs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sexisme/#i_50191

SOCIAL HISTORY

  • Écrit par 
  • Bertrand MÜLLER
  •  • 1 742 mots

Dans le chapitre « L'influence des études féministes et des approches du discours »  : […] Les interprétations en termes de classes sont remises en cause par le développement des études féministes et de nouvelles recherches ébranlent le mythe d'une élite ouvrière plus conservatrice que révolutionnaire et révèlent l'importance des conflits intraclassistes, plus virulents que ceux entre ouvriers et patrons. Ces travaux s'intéressent à d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/social-history/#i_50191

SPERO NANCY (1926-2009)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 335 mots

peuplés des corps désarticulés et de monstres hiéroglyphiques qu'imagine la plasticienne. Nancy Spero s'engage activement pour la cause féministe en rejoignant le mouvement W.A.R. (Women Artists in Revolution) en 1969 et en créant la galerie coopérative Air (Artists in Residence). Ses peintures sur papier s'attachent alors à exprimer et à défendre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nancy-spero/#i_50191

SPIVAK GAYATRI (1942-    )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 349 mots

femmes à s'impliquer et à intervenir dans l'évolution de la théorie déconstructionniste. Elle encourage également ses collègues à prendre davantage en compte l'historicité des femmes. Critiquant l'interprétation historique « phallogocentrique » présente tant dans le discours impérialiste que marxiste, elle reproche aux féministes occidentales « […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gayatri-spivak/#i_50191

STEINEM GLORIA (1934-    )

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 401 mots

Féministe américaine, Gloria Steinem est l'une des chefs de file du mouvement de libération des femmes de la fin du xxe siècle. Née le 25 mars 1934 à Toledo, dans l'Ohio, Gloria Steinem passe son enfance à voyager avec ses parents dans une caravane. Diplômée du Smith College en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gloria-steinem/#i_50191

SUFFRAGETTES

  • Écrit par 
  • Roland MARX
  •  • 1 096 mots
  •  • 1 média

Le terme de suffragettes apparaît en 1903 en Grande-Bretagne pour désigner les militantes d'un mouvement nouveau, l'Union politique et sociale des femmes, fondée à Manchester par Emmeline Pankhurst. Il ne fait pas nécessairement double emploi avec celui, jusqu' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/suffragettes/#i_50191

THÉROIGNE DE MÉRICOURT ANNE-JOSÈPHE THERWAGNE dite (1762-1817)

  • Écrit par 
  • Élisabeth ROUDINESCO
  •  • 600 mots

Avec Olympe de Gouges et Claire Lacombe, Théroigne de Méricourt est l'une des premières féministes françaises de la période révolutionnaire. Née à Marcourt, au sud de Liège, dans les Pays-Bas autrichiens, Théroigne était issue d'une famille de paysans propriétaires. Elle passa son enfance dans une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/anne-josephe-theroigne-de-mericourt/#i_50191

TRISTAN FLORA (1803-1844)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 489 mots

Née à Saint-Mandé, enfant naturelle d'une mère française et d'un père aristocrate péruvien, dont la mort prématurée laissera la famille dans la misère, Flora Tristan est d'abord ouvrière coloriste. Son mariage avec le graveur André Chazal sera une catastrophe qui la poursuivra toute sa vie. En 1825, elle s'enfuit du domicile conjugal avec ses deux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/flora-tristan/#i_50191

VOTE DES FEMMES (France)

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 241 mots
  •  • 1 média

les Français et Françaises majeurs » ; l'article 17 précise que « les femmes sont électrices et éligibles dans les mêmes conditions que les hommes ». La revendication du droit en question ne s'était imposée comme préoccupation commune à tous les mouvements féministes qu'au début du xxe siècle. Elle fut à l'origine du combat des suffragettes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vote-des-femmes/#i_50191

WEST REBECCA (1892-1983)

  • Écrit par 
  • Christine JORDIS
  •  • 973 mots

puis dans l'American Bookman et le New Republic. En même temps, elle s'engageait dans la bataille pour le féminisme et ne tardait pas à figurer parmi les suffragettes les plus convaincues. Ses intérêts et ses modes d'expression se sont ensuite diversifiés mais c'est dans le domaine, tôt abordé, du journalisme qu'elle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rebecca-west/#i_50191

WINTERSON JEANETTE (1959-    )

  • Écrit par 
  • Vanessa GUIGNERY
  •  • 1 037 mots
  •  • 1 média

précaires, puis obtient une licence d’anglais à Oxford et travaille chez l’éditeur Pandora Press qui publie son premier roman. Le livre est couronné de succès. Jeanette Winterson devient l’une des grandes voix du féminisme anglo-saxon, qui n’a de cesse de bousculer les frontières entre les sexes, tout en proposant de nouvelles formes d’écriture […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jeanette-winterson/#i_50191

WITTIG MONIQUE (1935-2003)

  • Écrit par 
  • Audrey LASSERRE
  •  • 706 mots

Parallèlement à son activité d'écriture, Monique Wittig fut l'une des pionnières du Mouvement de libération des femmes en France. Elle en cosigna le premier manifeste, en mai 1970, dans L'Idiot international, et appartint au groupe qui déposa en août de la même année une gerbe en mémoire de la femme du soldat inconnu. Déplorant […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monique-wittig/#i_50191

WOLLSTONECRAFT MARY (1759-1797)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 628 mots

Féministe anglaise née le 27 avril 1759 à Londres, morte le 10 septembre 1797 à Londres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mary-wollstonecraft/#i_50191

ZETKIN CLARA (1857-1933)

  • Écrit par 
  • Paul CLAUDEL
  •  • 733 mots

Née à Wiederau dans une famille d'instituteurs polonais, Clara Eisner (devenue, après son mariage, Clara Zetkin) est élève au collège d'enseignement pour jeunes filles de Leipzig, où elle subit l'influence du féministe August Schmidt. Dès cette époque, elle établit des contacts avec le Parti social-démocrate allemand qui vient de se constituer, et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clara-zetkin/#i_50191

Voir aussi

Pour citer l’article

Françoise COLLIN, « FÉMINISME - Les théories », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/feminisme-les-theories/