HOUPHOUËT-BOIGNY FÉLIX (1905-1993)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du militant à l'homme politique

À dix-huit ans, Houphouët-Boigny est admis à l'école normale William-Ponty de Gorée, au Sénégal. C'est à cette occasion qu'il s'éveille au militantisme, en refusant d'embarquer sur le navire pour le Sénégal tant que les étudiants africains sont obligés de voyager sur le pont plutôt qu'en troisième classe. Il en revient, en 1925, major de sa promotion avec le grade de médecin auxiliaire. Il exerce sa profession à l'hôpital d'Abidjan en regroupant le personnel africain en une seule amicale. Nommé directeur de l'hôpital d'Abengourou en 1930, il s'oppose à l'administration coloniale qui lui refuse le logement de son prédécesseur blanc.

La Côte d'Ivoire, « Cendrillon de l'A.-O.F. », s'est agrandie en 1932 des deux tiers du territoire de la Haute-Volta, et une main-d'œuvre bon marché, soumise au recrutement forcé, se déverse sur les plantations européennes. C'est à l'occasion d'un appel à la grève des planteurs africains, pour revaloriser le prix du cacao, qu'Houphouët-Boigny écrit dans le journal L'Avenir, l'organe de la S.F.I.O. locale, un texte intitulé « On nous a trop volés » qui marque ses débuts dans la politique. Ses démêlés avec l'administration coloniale lui valent une absence de promotion. Il se replie alors, en 1938, sur Yamoussoukro pour assumer ses responsabilités à la chefferie et prendre en charge la plantation familiale, l'une des plus grandes du pays.

La contestation de la politique coloniale de mise en valeur du pays uniquement par les colons européens se manifeste à partir de 1943, lorsque l'Afrique-Occidentale française, vichyste de 1940 à 1942, bascule dans le camp gaulliste. Un Syndicat agricole africain (S.A.A.) est créé en 1944. Houphouët-Boigny en prend la tête l'année suivante et, pour son entrée en politique, il adopte le nom de Boigny (« Bélier »). Il engage une campagne pour l'abolition du travail forcé : une loi qui porte son nom sera votée en 1946. Elle satisfait aussi bie [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HOUPHOUËT-BOIGNY FÉLIX (1905-1993)  » est également traité dans :

AFRIQUE (Histoire) - Les décolonisations

  • Écrit par 
  • Marc MICHEL
  •  • 12 312 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « L'Afrique noire francophone »  : […] La décolonisation de l'Afrique noire française apparaît, elle, largement comme un problème « mûri de l'extérieur » : à l'issue de la guerre, l'opinion, les partis et les gouvernants français n'étaient absolument pas prêts à envisager une perspective d'indépendance des colonies, tant la « reprise du rang » par la France dans le concert des grandes puissances s'identifiait à la grandeur de l'empire, […] Lire la suite

CÔTE D'IVOIRE

  • Écrit par 
  • Richard BANÉGAS, 
  • Jean-Fabien STECK
  •  • 13 468 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'apparition de la violence politique : le coup d'État de 1999 et la seconde République »  : […] La radicalisation de ces enjeux de la citoyenneté et de l'identité nationale ont ainsi amené, sous le régime d'Henri Konan Bédié, la Côte d'Ivoire au bord de gouffre. Tout le monde fut pourtant surpris lorsque, le 24 décembre 1999, de jeunes militaires en rupture de ban lancèrent une mutinerie qui, très rapidement, se mua en coup d'État. Appelé au pouvoir par ces derniers, le général Robert Gueï, […] Lire la suite

GBAGBO LAURENT (1945- )

  • Écrit par 
  • Tom MICHAËL
  •  • 1 051 mots

Homme politique ivoirien, président de la République de 2000 à 2011. Laurent Gbagbo naît le 31 mai 1945 à Gagnoa (dans le sud-ouest de la Côte d'Ivoire), dans une famille catholique pauvre appartenant à la minorité bété. Dans les années 1960, il rejoint la capitale pour entrer dans un collège d'enseignement secondaire, puis étudie l'histoire à l'université d'Abidjan dont il sort diplômé en 1969. I […] Lire la suite

OUATTARA ALASSANE (1942- )

  • Écrit par 
  • Amy MCKENNA
  •  • 901 mots

Dans le chapitre « Une carrière d’économiste sur la scène internationale »  : […] Alassane Dramane Ouattara, surnommé « Ado », naît le 1 er  janvier 1942 à Dimbokro, en Afrique-Occidentale française (auj. Côte d’Ivoire). Il est issu d’une famille de Dioula musulmans dont le père serait originaire de la Haute-Volta voisine (auj. Burkina Faso). Alassane Ouattara étudie en Côte d’Ivoire puis au Burkina Faso et poursuit ses études supérieures aux États-Unis où il obtient, en 1972, […] Lire la suite

YAMOUSSOUKRO

  • Écrit par 
  • Jean-Fabien STECK
  •  • 549 mots
  •  • 1 média

Depuis le 21 mars 1983, Yamoussoukro est officiellement la capitale de la Côte d'Ivoire. Située au centre du pays sur l'axe structurant sud-nord, cette ville singulière apparaît comme un symbole à entrées multiples. Village natal de l'ancien président (1960-1993) Félix Houphouët-Boigny, Yamoussoukro doit tout à ce dernier qui en fit son fief, évoqué par Ahmadou Kourouma dans En attendant le vote […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

Côte d'Ivoire. Élection présidentielle dans un climat tendu. 6-30 novembre 2010

laquelle tous les candidats peuvent se présenter depuis l'instauration du multipartisme en mai 1990. L'une des raisons de la crise politico-militaire qui a secoué le pays tenait à l'interdiction faite à l'ancien Premier ministre de Félix Houphouët-Boigny, Alassane Ouattara, d'origine burkinabé […] Lire la suite

Côte d'Ivoire. Élection de Henri Konan Bédié à la présidence. 22 octobre 1995

Au terme d'une campagne émaillée d'incidents meurtriers, le président sortant, Henri Konan Bédié, est réélu chef de l'État, avec 96,44 p. 100 des suffrages. Successeur constitutionnel de Félix Houphouët-Boigny depuis la mort de celui-ci, en décembre 1993, et candidat du Parti démocratique de Côte […] Lire la suite

Israël – Autorité palestinienne. Installation de Yasser Arafat. 1er-17 juillet 1994

pas encore été nommés en raison des réticences de certains notables palestiniens à y participer. Le 6, Yasser Arafat, le Premier ministre israélien Itzhak Rabin et son ministre des Affaires étrangères Shimon Peres reçoivent, au siège parisien de l'U.N.E.S.C.O., le prix Félix-Houphouët-Boigny pour la recherche […] Lire la suite

Côte d'Ivoire. Mort et succession du président Félix Houphouët-Boigny. 7-15 décembre 1993

Le 7, le président Félix Houphouët-Boigny meurt à Yamoussoukro des suites d'un cancer. Fondateur du Rassemblement démocratique africain en 1945, plusieurs fois ministre du gouvernement français sous la IVe et la Ve République, officiellement âgé […] Lire la suite

Côte d'Ivoire. Amnistie d'opposants politiques et de militaires. 29 juillet 1992

À la suite de l'annonce de l'amnistie des prisonniers politiques, faite le 24 par le président Félix Houphouët-Boigny, l'Assemblée nationale adopte un projet de loi amnistiant soixante-quinze opposants, dont Laurent Gbagbo, secrétaire général du Front populaire ivoirien et chef de l'opposition […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard NANTET, « HOUPHOUËT-BOIGNY FÉLIX - (1905-1993) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/felix-houphouet-boigny/