HOUPHOUËT-BOIGNY FÉLIX (1905-1993)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La Côte d'Ivoire avant tout

Fils de paysan, Houphouët-Boigny privilégia toujours l'agriculture par rapport à l'industrie, favorisa la campagne plutôt que la ville et n'eut jamais qu'un seul souci : l'intérêt bien compris des planteurs africains, en l'occurrence ivoiriens. Ainsi, les travailleurs immigrés employés dans les plantations devaient soutenir le R.D.A., en échange de l'accord passé entre Houphouët-Boigny et le Morho Naba, chef traditionnel des Mossi de Haute-Volta, dans lequel il offre son soutien à la reconstitution de la Haute-Volta (qui aura lieu en 1947). Après sa mort, en 1993, ses successeurs (Henri Konan Bédié, Laurent Gbagbo) mettront en cause l'« ivoirité » de ces émigrés qui ont été utilisés par la formation politique d'Houphouët-Boigny, le P.D.C.I., pour faire le plein des voix à chaque élection.

Houphouët-Boigny rencontre le général de Gaulle en 1953, à l'occasion d'une tournée en Afrique, et celui qui devient son interlocuteur direct, Jacques Foccart, alors conseiller de l'Union française. Deux ans plus tard, il évoque la « France-Afrique », une expression qui deviendra célèbre pour qualifier les relations privilégiées des colonies avec la métropole.

À partir de 1956, année marquée par le triomphe du R.D.A. lors des élections locales, Houphouët-Boigny accumule les postes ministériels, et son avis pèse dans la préparation de la loi-cadre Defferre (juin 1956) qui dote les colonies africaines d'une autonomie interne. En 1958, il est ministre d'État dans le gouvernement Debré mis en place après le retour au pouvoir du général de Gaulle. Partisan de la « politique du ventre plein » par l'intermédiaire d'une association directe avec la France, il refuse de « partager la pauvreté avec les autres territoires » et de faire de la Côte d'Ivoire la « vache à lait » de l'A.-O.F. Il s'oppose ainsi à toute tentative de grande fédération des anciennes colonies et, en 1959, s'emploie à torpiller la fédération du Mali, œuvre du président du Sénégal Léopold Sédar Senghor, qui ne l [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  HOUPHOUËT-BOIGNY FÉLIX (1905-1993)  » est également traité dans :

AFRIQUE (Histoire) - Les décolonisations

  • Écrit par 
  • Marc MICHEL
  •  • 12 312 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « L'Afrique noire francophone »  : […] La décolonisation de l'Afrique noire française apparaît, elle, largement comme un problème « mûri de l'extérieur » : à l'issue de la guerre, l'opinion, les partis et les gouvernants français n'étaient absolument pas prêts à envisager une perspective d'indépendance des colonies, tant la « reprise du rang » par la France dans le concert des grandes puissances s'identifiait à la grandeur de l'empire, […] Lire la suite

CÔTE D'IVOIRE

  • Écrit par 
  • Richard BANÉGAS, 
  • Jean-Fabien STECK
  •  • 13 468 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'apparition de la violence politique : le coup d'État de 1999 et la seconde République »  : […] La radicalisation de ces enjeux de la citoyenneté et de l'identité nationale ont ainsi amené, sous le régime d'Henri Konan Bédié, la Côte d'Ivoire au bord de gouffre. Tout le monde fut pourtant surpris lorsque, le 24 décembre 1999, de jeunes militaires en rupture de ban lancèrent une mutinerie qui, très rapidement, se mua en coup d'État. Appelé au pouvoir par ces derniers, le général Robert Gueï, […] Lire la suite

GBAGBO LAURENT (1945- )

  • Écrit par 
  • Tom MICHAËL
  •  • 1 051 mots

Homme politique ivoirien, président de la République de 2000 à 2011. Laurent Gbagbo naît le 31 mai 1945 à Gagnoa (dans le sud-ouest de la Côte d'Ivoire), dans une famille catholique pauvre appartenant à la minorité bété. Dans les années 1960, il rejoint la capitale pour entrer dans un collège d'enseignement secondaire, puis étudie l'histoire à l'université d'Abidjan dont il sort diplômé en 1969. I […] Lire la suite

OUATTARA ALASSANE (1942- )

  • Écrit par 
  • Amy MCKENNA
  •  • 901 mots

Dans le chapitre « Une carrière d’économiste sur la scène internationale »  : […] Alassane Dramane Ouattara, surnommé « Ado », naît le 1 er  janvier 1942 à Dimbokro, en Afrique-Occidentale française (auj. Côte d’Ivoire). Il est issu d’une famille de Dioula musulmans dont le père serait originaire de la Haute-Volta voisine (auj. Burkina Faso). Alassane Ouattara étudie en Côte d’Ivoire puis au Burkina Faso et poursuit ses études supérieures aux États-Unis où il obtient, en 1972, […] Lire la suite

YAMOUSSOUKRO

  • Écrit par 
  • Jean-Fabien STECK
  •  • 549 mots
  •  • 1 média

Depuis le 21 mars 1983, Yamoussoukro est officiellement la capitale de la Côte d'Ivoire. Située au centre du pays sur l'axe structurant sud-nord, cette ville singulière apparaît comme un symbole à entrées multiples. Village natal de l'ancien président (1960-1993) Félix Houphouët-Boigny, Yamoussoukro doit tout à ce dernier qui en fit son fief, évoqué par Ahmadou Kourouma dans En attendant le vote […] Lire la suite

Les derniers événements

Côte d'Ivoire. Élection présidentielle dans un climat tendu. 6-30 novembre 2010

laquelle tous les candidats peuvent se présenter depuis l'instauration du multipartisme en mai 1990. L'une des raisons de la crise politico-militaire qui a secoué le pays tenait à l'interdiction faite à l'ancien Premier ministre de Félix Houphouët-Boigny, Alassane Ouattara, d'origine burkinabé […] Lire la suite

Côte d'Ivoire. Élection de Henri Konan Bédié à la présidence. 22 octobre 1995

Au terme d'une campagne émaillée d'incidents meurtriers, le président sortant, Henri Konan Bédié, est réélu chef de l'État, avec 96,44 p. 100 des suffrages. Successeur constitutionnel de Félix Houphouët-Boigny depuis la mort de celui-ci, en décembre 1993, et candidat du Parti démocratique de Côte […] Lire la suite

Israël – Autorité palestinienne. Installation de Yasser Arafat. 1er-17 juillet 1994

pas encore été nommés en raison des réticences de certains notables palestiniens à y participer. Le 6, Yasser Arafat, le Premier ministre israélien Itzhak Rabin et son ministre des Affaires étrangères Shimon Peres reçoivent, au siège parisien de l'U.N.E.S.C.O., le prix Félix-Houphouët-Boigny pour la recherche […] Lire la suite

Côte d'Ivoire. Mort et succession du président Félix Houphouët-Boigny. 7-15 décembre 1993

Le 7, le président Félix Houphouët-Boigny meurt à Yamoussoukro des suites d'un cancer. Fondateur du Rassemblement démocratique africain en 1945, plusieurs fois ministre du gouvernement français sous la IVe et la Ve République, officiellement âgé […] Lire la suite

Côte d'Ivoire. Amnistie d'opposants politiques et de militaires. 29 juillet 1992

À la suite de l'annonce de l'amnistie des prisonniers politiques, faite le 24 par le président Félix Houphouët-Boigny, l'Assemblée nationale adopte un projet de loi amnistiant soixante-quinze opposants, dont Laurent Gbagbo, secrétaire général du Front populaire ivoirien et chef de l'opposition […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard NANTET, « HOUPHOUËT-BOIGNY FÉLIX - (1905-1993) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/felix-houphouet-boigny/