FELDSPATHS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Morphologie des cristaux de feldspaths

Morphologie des cristaux de feldspaths
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Macles

Macles
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Représentation de 300 feldspaths naturels

Représentation de 300 feldspaths naturels
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Sanidine

Sanidine
Crédits : Encyclopædia Universalis France

diaporama

Tous les médias


Altération

La transformation des feldspaths en produits argileux est un des phénomènes les plus importants dans la géochimie de la surface. La diminution de densité des minéraux ainsi transformés, la nature des produits résiduels ont révélé depuis longtemps que le bilan de cette évolution correspond à une perte importante de sodium, de potassium ou de calcium, à une diminution sensible du silicium, à un enrichissement relatif en aluminium. L'étude expérimentale de l'altération a montré qu'au contact de solutions à 100 ou 200 0C les feldspaths subissaient une dissolution sélective des divers constituants : le sodium, le potassium et le calcium passent rapidement en solution, surtout en présence de CO2 dissous ; la silice est un peu moins mobile et l'alumine pratiquement insoluble. Dans les conditions naturelles, l'entraînement des cations est très rapide, et l'intensité du lessivage joue essentiellement sur l'élimination de la silice, modifiant ainsi le rapport Si/Al des solides résiduels. Lorsque le drainage est très intense – analogue à celui qui caractérise les climats tropicaux –, il se forme exclusivement des hydroxydes d'aluminium (gibbsite ou bœhmite), comme on l'observe dans les phénomènes de latéritisation. Lorsque la circulation est modérée – comme dans les pays tempérés –, il peut apparaître des minéraux argileux avec Si/Al voisin de 1 ou 2. La nature de ces argiles est principalement réglée par le pH des solutions et leur teneur en alcalins. Lorsque le rapport K/H (en concentrations) est élevé, il peut se former de la muscovite KAl3Si3O10(OH)2 ; lorsque ce rapport est faible, on aura une synthèse, par exemple, de kaolinite Al2Si2O5(OH)4. L'expérience prouve, conformément aux observations pétrographiques, que le labrador est plus altérable que l'albite, elle-même moins résistante que l'orthose ; elle précise que les vitesses de transformations sont sensiblement dans les rapports 3, 2 et 1.

Bien entendu, l'altération est d'autant plus rapide que la granulométrie est plus faible ; on comprend ainsi la persistanc [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages


Écrit par :

  • : professeur de géologie à l'université de Bretagne-Occidentale, Brest

Classification


Autres références

«  FELDSPATHS  » est également traité dans :

GRANITES ET RHYOLITES

  • Écrit par 
  • Bernard BONIN, 
  • Jean-Paul CARRON, 
  • Georges PÉDRO, 
  • Michel ROBERT
  •  • 8 468 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre «  Composition et nomenclature »  : […] Les granites forment, selon la fraîcheur des affleurements, des roches de couleur claire, grise ou noire, jaune ou rose selon la teneur en quartz (incolore ou blanc), en micas (muscovite grise, biotite noire), en feldspaths (blancs ou roses) et en oxydes plus ou moins foncés. Les échantillons se caractérisent par la taille des minéraux (roche grenue), toujours visibles à l'œil nu et pouvant attein […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/granites-et-rhyolites/#i_39989

LABRADOR, minéralogie

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 740 mots

Tectosilicate, le labrador est un aluminosilicate de sodium et de calcium appartenant à la famille des feldspaths et faisant partie de la série des plagioclases. Le labrador est rarement cristallisé. En masse, il est souvent de couleur brun bleuté à bleu-vert ou mauve et présente surtout une irridescence très caractéristique : sa texture étant lamellaire, l'épaisseur optique des feuillets est de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/labrador-mineralogie/#i_39989

MÉTASOMATOSE & SPILITISATION

  • Écrit par 
  • Michel FONTEILLES, 
  • Gérard GUITARD
  •  • 3 989 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Implications de l'existence des minéraux reliques »  : […] Dans la cristallisation magmatique, les textures ophitiques impliquent une formation précoce du feldspath. Or les travaux expérimentaux ont montré que l'eutectique du système albite-diopside correspond à un mélange très pauvre en clinopyroxène. Le premier minéral à cristalliser devrait donc être le clinopyroxène. L'observation de la relation inverse indique que le feldspath qui, primitivement, par […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/metasomatose-et-spilitisation/#i_39989

MICHEL-LÉVY AUGUSTE (1814-1911)

  • Écrit par 
  • Myriam COHEN
  •  • 528 mots

Géologue français, né et mort à Paris, Auguste Michel-Lévy a apporté beaucoup d'idées nouvelles dans de nombreux domaines de la géologie de son époque, mais c'est surtout en tant que minéralogiste qu'il a fait œuvre de fondateur avec ses méthodes de détermination des minéraux au microscope. Élevé dans un milieu cultivé et scientifique, ses succès le poussent vers les lettres, mais son père décide […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/auguste-michel-levy/#i_39989

MICROCLINE

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 737 mots

Tectosilicate de potassium, le microcline est un feldspath potassique très commun. De couleur généralement blanche, rose chair ou grise, les cristaux sont fréquents (prismatiques, trapus, souvent à macles répétées de l'albite et du péricline donnant un fin quadrillage) et peuvent atteindre des dimensions impressionnantes – un spécimen de 10,5 m × 4,5 m × 1,8 m trouvé à Keystone dans le Dakota du S […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/microcline/#i_39989

ROCHES LUNAIRES

  • Écrit par 
  • Mireille CHRISTOPHE MICHEL-LEVY
  •  • 3 189 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Minéralogie »  : […] Deux caractéristiques essentielles permettent de différencier les roches lunaires des roches terrestres basiques et ultrabasiques : les roches lunaires ont cristallisé dans un milieu beaucoup plus réducteur et totalement (ou presque) anhydre. Les espèces silicatées sont donc nettement moins nombreuses que sur la Terre, où, notamment, les silicates hydratés sont abondamment représentés. Les minérau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roches-lunaires/#i_39989

SILICATES

  • Écrit par 
  • Jean WYART
  •  • 8 500 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « Les feldspaths »  : […] Les feldspaths sont les tectosilicates les plus importants ; ils forment plus de 60 p. 100 de l'écorce terrestre, en tant que minéraux dominants des roches éruptives et métamorphiques. Du point de vue chimique, ce sont des solutions solides du système ternaire KAlSi 3 O 8 −NaAlSi 3 O 8 −CaAl 2 Si 2 O 8 qui se divisent en deux groupes : les feldspaths alcalins , contenant peu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/silicates/#i_39989

TRACHYTES ET SYÉNITES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CARRON, 
  • Maurice LELUBRE, 
  • Pierre Edouard NATIVEL
  • , Universalis
  •  • 4 708 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  Syénites »  : […] Le mot « syénite » désignait, du temps de Pline l'Ancien, les roches de Syène (Assouan), en Haute-Égypte. Il fut appliqué par A. G. Werner (1788) à des roches à amphibole (hornblende) de la région de Dresde, qui se sont révélées plus tard pratiquement dépourvues de quartz, donc différentes de celles de Syène (qui sont en fait des granites à hornblende). Le sens donné par Werner a cependant persis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/trachytes-et-syenites/#i_39989

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Paul CARRON, « FELDSPATHS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/feldspaths/